KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Janvier 2011
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Janvier 2011

LE MOT LE PLUS LONG

Par Le Lutin d'Ecouves - 27-01-2011 19:09:38 - 7 commentaires

 

 

 Un petit moment de culture :

Voir les 7 commentaires

L'OURS DE L'ESPACE

Par Le Lutin d'Ecouves - 24-01-2011 18:55:38 - 7 commentaires

 
 
 
 
 
Ce petit organisme (il tourne autour du mm), les anglo-saxons l'appellent Water Bear (ours d'eau), on l'appelle aussi Tardigrade. 

Les tardigrades (+ de 1000 espèces) représentent à eux seuls un embranchement  du règne animal, on les trouve partout sur la planète, en ville ou à la campagne ; de 4000 m de profondeur à plus de 6000m d'altitude (on en a trouvé sur l'Himalaya).
 


Son aliment de prédilection est le lichen mais il vit très bien sur la mousse et  en milieu aqueux (salé ou non) car il sait extraire l'oxygène dissout dans l'eau grâce à sa peau.

Tout cela est intéressant mais pas exceptionnel, j'en conviens. Cependant, ce petit animal qui ne vit qu'un an et demi quand les conditions lui sont favorables, devient quasi immortel dès que ça se gâte.

En effet, le tardigrade est capable d'entrer en cryptobiose dès qu'il se sent agressé par l'environnement, c'est à dire qu'il arrête complètement son métabolisme et devient ainsi immortel et presque indestructible pendant le temps qu'il faut. 

Il perd ainsi plus de 99% de son eau,  la remplaçant par un sucre qu'il synthétise. Cette sorte d'antigel préserve ses cellules. 



Des scientifiques avaient observé qu'en milieu aquatique, ce petit animal, s'il manquait d'oxygène, se gonflait d'eau et s'immobilisait en vie ralentie le temps qu'il fallait. Au contraire, si l'humidité venait à manquer, l'ours d'eau se desséchait et arrêtait totalement de fonctionner, entrant en totale cryptobiose.

Il n'en a pas fallu plus pour que des sadiques essaient de tester notre tardigrade dans les conditions les plus extrêmes. Jugez plutôt :

Il survit à des températures plutôt inconfortables :


-272,9° pendant 20 heures

-200° pendant 20 mois
+ 120°
Chiffres de W.Miller (Kansas School Naturalist 1997)


Il survit au vide de l'espace (on l'a embarqué  sur une fusée Soyouz) comme à des pressions extrêmes : 600 mégapascal, soit la pression d'un océan de 60 000m de profondeur (ce qu'on ne trouve pas sur Terre).

 
 
2001, a Tardigrade Odyssey

Il supporte le rayonnement spatial. Il a été exposé à un rayonnement UV 1000 fois supérieur à celui de la Terre et à un bombardement de rayons X en laboratoire.
(expérience Kinchin 1994)


Il continue de vivre dans le gaz carbonique et le sulfure d'hydrogène.

Le tardigrade résiste à tout, quoi ! Enfin, à presque tout !


 
 
Mais qu'est-ce que c'est que cette bestiole qui résiste à des conditions de vie qu'on ne peut pas trouver sur Terre ?

Certains ont avancé le fait que le Tardigrade pouvait être d'origine extra-terrestre étant donné qu'il pourrait résister à un voyage à dos de comète
.
 
 

Vu comme ça, c'est plausible...
 
 
 

Voir les 7 commentaires

LES FOLIES D'ESPAGNE 23

Par Le Lutin d'Ecouves - 20-01-2011 07:54:31 - 1 commentaire

 
Santiago de Murcia
1673-1739

 

 

Ce n'est que très récemment que l'on a pu avoir quelques rares informations sur la vie de Santiago de Murcia grâce aux trouvailles du musicologue Alejandro Vera.

Murcia fut maître de guitare de Marie Louise de Savoie, femme de Philippe V d'Espagne (petit fils de Louis XIV) jusqu'à la mort de celle-ci en 1714.

On apprend ensuite que le musicien connaît une fin de vie difficile et qu'il mourra dans la pauvreté à Madrid en 1739.

 

 

Ce n'est qu'au milieu du vingtième siècle que furent retrouvés au Mexique deux de ses recueils : "Passacalles y obras" et "Codice Saldivar".

Un autre de ses recueils, "Cifras selectas de guitarra"  a été découvert au Chili en 2006 par Alejandro Vera. 

C'est dans le Codice Saldivar que l'on trouve une Folie d'Espagne étrangement intitulée "Folias Italianas", ce qui laisse supposer que l'auteur s'est inspiré de la Follia de Corelli (dont Murcia avait publié une version en tablature de guitare).

 

 
 
 
 1  2  3   4   5   6   7   8   9   10  11   12  13  14  15
 
  16  17  18  19  20  21  22
 
 

Voir le commentaire

CHEVAL DE L'ANNEE 2010

Par Le Lutin d'Ecouves - 18-01-2011 08:03:08 - 6 commentaires

 

 

En réponse à Jérôme, voici deux portraits Pop Art de mon meilleur adversaire, le célèbre Mustang à qui je décerne le titre de cheval de l'année pour son courage, sa ténacité, son sens de l'organisation et la qualité de ses confitures.

 

Style BD :

 

Style Warhol :

© Lutin d'Ecouves

 

Voir les 6 commentaires

BOUM !

Par Le Lutin d'Ecouves - 13-01-2011 15:49:57 - 25 commentaires

 
Pas facile de taper sur le clavier aujourd'hui...
 
 
 
Tiens, je vais mettre mes Converse rose bonbon, ça va aller avec ma chemise et ça plaît aux gamins de ma classe, surtout aux petites filles.
 
Huit heures sept, je sors de la maison. Boudiou, il tombe des cordes ! J'ajuste mes écouteurs, ce matin, c'est Paul Mc Cartney qui va m'accompagner au boulot : seize à dix-sept minutes de marche à pied pour aller à l'école.
 
Depuis cette année, j'ai laissé tomber le vélo. Trop dangereux. En quinze ans sur ce trajet, je me suis fait plier deux roues et j'ai pris une portière dans la figure.
 
Il choit une bonne renapée et je rabats ma capuche sur mes écouteurs pour éviter de ressembler à une serpillière en arrivant à l'école. Malgré le temps humide, j'apprécie l'atmosphère de cette fin de nuit car il fait très doux, ce qui repose un peu d'un mois continu de températures glaciales.
 
Je m'engage sur le passage piéton situé à quinze mètres de mon domicile...
 
 
 
Boum ! Tiens, une voiture qui me fait une béquille en haut de la cuisse ! 

Tiens, je bascule violemment sur  un capot ! Ah, il freine enfin le gars, ce qui a pour effet de m'éjecter sur le sol.

Juste un saut de deux bons mètres en grande partie accompagné par l'automobile. Je suis sur le ventre et je regarde devant moi : pourvu qu'un débile n'arrive pas dans l'autre sens. Non... Tiens, si je lève la tête pour observer cela, c'est que la colonne vertébrale n'a pas trop morflé. Il faut dire que mon gros cartable plein de cahiers a pris une bonne partie du choc quand j'ai élégamment percuté le capot de trois-quarts dos.

Je me retourne pendant que des gens se regroupent autour de moi. Sur le coup, j'ai bien envie de me lever mais une douleur à l'épaule me rend prudent. Et puis, j'ai plus d'adrénaline que de sang dans les veines en ce moment et je suis partiellement en état de choc. 

Le conducteur de la bagnole doit avoir une bonne soixantaine ou alors, il ne fait pas assez de sport. Il se penche vers moi et je constate qu'il est plus paniqué que moi. Je le rassure.

Tiens, les pompiers sont déjà là ! Chouette, je vais avoir droit à la voiture rouge comme mon ami le Mustang dans le Vercors ! Les deux jeunes gars tiennent absolument à me sécuriser la colonne et m'enfournent dans leur véhicule comme Josette l'a fait récemment pour le chapon de Noël : ficelé et bien farci.

Tiens, Josette est là aussi. Je plaisante constamment avec les pompiers et ils demandent à mon épouse si je suis tout le temps comme ça. Elle répond par l'affirmative d'un air désolé...

En fait, je ne suis pas tout à fait dans mon état normal, le choc nerveux a activé la machine à déconner et je suis excité comme une puce. C'est un réflexe de survie. Tant que je dis des âneries, c'est que je suis toujours vivant. 

Avant le départ pour les urgences, je demande à Josette de m'amener un appareil photo à l'hôpital. Je pense déjà à mon blog. Ça va mieux.

Les urgences de l'hôpital d'Alençon, je les connais mais aujourd'hui, j'en découvre les plafonds, sanglé que je suis sur mon brancard. Intéressant.

 
 
Mars Attacks !
 

Les urgences, c'est un monde à part. Il y a des gens partout, des lits dans les couloirs, des poivrots qui gueulent, des vieux qui geignent, du stress et un boulot dingue mais médecins et infirmières te traitent toujours avec le sourire, t'écoutent et prennent même le temps de discuter avec toi si c'est nécessaire. 

Je suis trempé et je laisse une très jolie et très jeune infirmière brune aux yeux bleus me dévêtir partiellement. J'apprécie tout en regrettant l'époque où le personnel soignant féminin ne portait que des blouses. Saletés de tuniques, ça gâche le plaisir !

La gamine me prend mes constantes : cœur à 49. Je l'avertis que je ne suis pas en train de calancher, je fais seulement de la course à pied.

Un petit tour par la radio. L'opératrice est cool, comme tout le monde dans cet apparent capharnaüm.

De retour dans le service, une femme médecin lit mes radios, je l'informe que cette épaule a déjà subi deux luxations partielles. Ça se voit, me dit-elle. Apparemment, il n'y a pas de bobo important. 

"Vous avez eu de la chance..."

 

On cause un moment de pédagogie de la lecture pendant qu'elle me fait mon arrêt de travail. Je vais avoir du mal à écrire au tableau pendant quelques jours. Zut ! Et mon clavier d'ordinateur, je ne vais quand même pas m'en priver ! Va falloir s'adapter.

Josette revient me chercher. Accident, pompiers, urgences, radio, consultation : deux heures trente chrono. Je suis sûr qu'en cas de compétition, je ne serais pas loin du podium. 

On est bien mais rien ne vaut la maison d'autant que les nerfs tombent et je ressens comme un coup de pompe. Je vais peut-être remettre ma séance de fractionnés de ce soir à samedi.

 

 

Je remercie tout le monde et je repars avec mon ordonnance à la main.

 

******

Une voiture un peu plus haute, un peu plus rapide, un conducteur un peu plus miraud et crouîîîk, plus de Lutin ! Ça correspond tout à fait à ma vision de l'existence. Un jour, tu es là, l'instant d'après, tu n'es plus là... C'est tout le tragique et toute la beauté de la vie. C'est aussi pour cela qu'elle vaut la peine d'être vécue.

N'empêche, la prochaine fois, je regarderai plus attentivement quand je traverserai...

 

 

Voir les 25 commentaires

LES FEMMES EPISODE 15

Par Le Lutin d'Ecouves - 11-01-2011 22:10:53 - Aucun commentaire

 
 
Alina Orlova
 
 
 
 
 
 
 
Cette très jeune femme née en 1988 en Lituanie n'est pas une débutante, loin s'en faut...
 
 
Alina Orlovskaya, de son vrai nom, en est à son troisième album. Il est vrai que son premier disque "Mimino-16 dainu" 2007 (Mimino est le pseudo d'Alina sur Flickr) est plutôt une maquette enregistrée dans sa cuisine...
 
 
 
Nouvelle robe (Alina Orlova)
 
 
 
En fait, Alina jusqu'ici appréciée chez elle comme une graphiste originale, s'est fait connaître par son deuxième album Laukinis šuo dingo 2008 (chien retourné à l'état sauvage, d'après  le roman sur l'adolescence de l'écrivain russe Ruvim Fraerman).
 
 
 
 
 Cet album présente seize miniatures au style encore folk dans lequel se trouvent les germes de son troisième opus : Mutabor.
 
 
 
Paru en 2010, cet album singulièrement mature pour une jeune femme de 22 ans, tranche avec ses autres productions d'abord par la plus grande durée des morceaux mais aussi et surtout par la richesse et l'étrangeté des arrangements.
 
Si le piano d'Alina est toujours présent, sa voix est maintenant accompagnée par divers instruments acoustiques ou électroniques. A l'écoute de cette œuvre, on glisse dans un monde où la fraîcheur de la voix de l'artiste laisse régulièrement place à des ambiances fantasmagoriques aux échos subtilement inquiétants.
 
 
Le garçon noyé, (Alina Orlova)
 
 
Les textes, souvent très courts, sont proches du Haïku par leur côté impressionniste, à la fois concrets et rêveurs. Ils sont écrits en Lituanien, une fort belle langue que j'ai découverte pour l'occasion (merci le traducteur Google), en russe et en anglais.
 
Le seul problème avec cette perle musicale, c'est qu'elle n'est pas disponible en France ou en Europe de l'Ouest. Qu'à cela ne tienne, je l'ai facilement obtenue pour une somme dérisoire directement en Lituanie en passant par Discogs qui m'a orienté vers un vendeur de Vilnius.
 
 
 
 
A consulter : 
 
 
 
 
 Sirdis
(le coeur en Lituanien)
 
 
 

1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14

 
 
Merci à Epytafe pour le tuyau
 
 
 

LES BONS CONSEILS DU LUTIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 08-01-2011 09:56:57 - 4 commentaires

 

 

 

Cette fois-ci, Tonton Lutin s'adresse aux ados de plus de quinze ans et plus particulièrement aux garçons.

Eh oui les gars, je n'oublie pas que j'ai eu votre âge (il y a 40 ans ! ) et je vous envoie un petit conseil sous forme de vidéo. 

 

 
 
 
 
 
 
 

Voir les 4 commentaires

LES FOLIES D'ESPAGNE 22

Par Le Lutin d'Ecouves - 05-01-2011 21:09:34 - Aucun commentaire

Georg Friedrich Händel
1685-1759
 
 
 
 
 
George Frideric pour les Anglais, Haendel pour les Français, Händel pour les Allemands, ce fils de chirurgien barbier de Halle en Saxe est le type même du musicien baroque : voyageur, éclectique et productif.
 
 De Hambourg à Venise et passant par Florence, Rome et bien sûr Londres, Allemand, Italien ou Anglais, Händel est tout cela à la fois. Il compose dans tous les styles et produit toutes sortes d'œuvres : sonates, concertos, pièces pour clavier, oratorios (le Messie) et autres pièces religieuses et surtout 42 opéras qui lui vaudront une gloire internationale.
 
Je ne vais pas ici refaire la biographie très riche du "Saxon Furieux" qui menaçait de jeter par la fenêtre les chanteuses qui n'appréciaient pas ses airs d'opéra mais plutôt vous raconter l'anecdote liée à sa célébrissime "Water Music" tirée de la biographie écrite par John Mainwaring en 1760 (Mainwaring s'est planté au niveau des dates et l'anecdote est douteuse mais que serait l'Histoire sans les petites histoires...).

Bien qu'il ait déjà séjourné six mois à Londres en 1710-1711, Händel, alors directeur de la musique de l’Electeur de Hanovre, avait en 1712 demandé à nouveau à son patron l'autorisation d'aller faire jouer sa musique  chez les Anglais qui prisaient fort ses airs.

Il avait obtenu la permission de se rendre en Angleterre, à condition de ne pas y rester trop longtemps mais le succès londonien fut tel que le brave Georg oublia de rentrer à Hanovre...

Ce genre de faux-bond pouvait coûter la prison à qui se faisait attraper mais Händel n'en avait cure, adulé qu'il était par les Rosbeefs mal remis de la mort de Purcell leur dernier grand compositeur et qui voyaient déjà en lui le nouvel Orphée britannique, oubliant par là-même son petit accent guttural.

Mais, zut de zut,  voilà qu'à la mort de la reine Anne en 1714, son cousin l'Electeur de Hanovre, l'ancien patron du musicien, monta sur le trône anglais. Pour le coup, Händel se fit discret un moment...

Cependant, un jour de 1715, alors que le nouveau roi faisait une procession sur la Tamise en compagnie de la Cour, le rusé Georg Friedrich fit suivre l'embarcation royale par une vaste barge sur laquelle il avait embarqué un orchestre qu'il dirigeait lui-même et qui exécutait des pièces composées pour l'occasion. Ainsi naquit The Water Music.
 
  Autre version de Water Music

 

Händel fut vite pardonné et devint même le premier compositeur du royaume, obtenant officiellement la nationalité anglaise.


C'est en 1720 à Londres que Händel fait éditer ses huit suites pour clavecin qui sont certainement des œuvres de jeunesse composées en Allemagne. L'une des suites comporte une "Grande Sarabande" qui s'inspire du thème des Folies d'Espagne que l'auteur connaissait bien comme tout le monde à son époque à cause de l'immense succès de l'opus V de Corelli.


A l'instar de Purcell, Händel modifiera la progression harmonique d'origine.
/DM___ /A7___ /F___ /C___ /GM___ /DM___ /GM___ /A7___ / /DM___ /A7___ /F___ /C___ /GM___ /F___ /GM A7__/DM___ /


Alors que la Folia "classique" a pour progression :
/DM___ /A7___ /DM___ /C___ /F___ /C___ /DM___ /A7___ / /DM___ /A7___ /DM___ /C___ /F___ /C___ /dm A7__/DM___ /


(Merci à Folia, a musical cathedral pour le renseignement)

 

Cela dit, cette sarabande sonne vraiment comme une Folia et encore plus dans l'adaptation pour orchestre à cordes qui a été faite pour le film Barry Lyndon de Stanley Kubrick en 1975.
 
Même si la version contemporaine de cette pièce est de loin la plus connue,  c'est la version originale de la Sarabande que je vous propose d'écouter, moins évidente mais plus baroque.
 
 
 
 1  2  3   4   5   6   7   8   9   10  11   12  13  14  15
 
  16  17  18  19  20  21
 
 
Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 2820461 visites