KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Avril 2020
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Avril 2020

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HYMÉNOPTÈRES (II)

Par Le Lutin d'Ecouves - 15-04-2020 12:36:03 - 1 commentaire

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.

Hyménoptères (2ème partie)
 
 
 Megachile centuncularis
 
Continuons avec les abeilles solitaires. Cette petite abeille (entre 0,8 et 1 cm) est un mégachile du rosier. Comme son nom l'indique, elle découpe des morceaux de feuilles de rosier, non pour s'en nourrir mais pour fabriquer des petites cellules pour ses œufs en les repliant en cigare qu'elle introduit dans des galeries creusées dans la terre ou la pulpe de bois. Contrairement à d'autres abeilles, elle ne récolte pas le pollen avec ses pattes mais avec une brosse située sous son ventre. Si vous constatez de jolies découpes en cercle sur vos feuilles de rosier, ne vous inquiétez pas, les dégâts resteront minimes et cette petite abeille participe grandement à la pollinisation. Les avantages de cet insecte restent donc bien supérieurs à ses inconvénients d'ordre esthétique.
 
 
J'ai une seule fois réussi à photographier un mégachile à la sortie de son terrier. Remarquez les feuilles découpées net autour du trou, ce ne sont pas des feuilles de rosier, ce qui semblerait indiquer que cet insecte est plus opportuniste qu'on ne le croit.

******


Anthidium manicatum

Autres mégachiles, les anthidies sont aussi appelées "abeilles cotonnières" car elles cardent et feutrent les feuilles et récoltent ainsi de la matière duveteuse pour tapisser leurs nids creusés dans le sol, leur donnant ainsi l'aspect du coton. L'anthidie à manchettes présentée ici est une femelle, le mâle quant à lui est beaucoup plus gros et présente quatre épines à l'arrière de son abdomen qu'il utilise pour agresser tout autre insecte (guêpes, abeilles...) qui approche de son territoire en lui lacérant les ailes. 

******
 
Note : Un certain nombre d'espèces sont présentées sur du chardon bleu qui n'est pas la fleur qu'elles butinent habituellement mais qui me sert bien car sa légère odeur de cadavre fascine bon nombre d'espèces.

Anthidium septemspinosum

Autre abeille cotonnière (les Anglais les appellent abeilles cardeuses), l'anthidie à sept épines a les mêmes mœurs belliqueuses en ce qui concerne le mâle (présenté ici) mais vous ne risquez rien car il ne s'attaque pas aux humains contrairement aux abeilles sociales.

******

Chelostoma rapunculi

Le chélostome des campanules est une toute petite abeille mégachile qui, comme son nom l'indique, est spécialisée dans le butinage des campanules mais aussi de la centaurée, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier mon chardon bleu.

******
 

Coelioxys elongata

Si elle butine pour se nourrir, cette petite abeille mégachile facile à reconnaître avec son abdomen pointu ne récolte pas de pollen car c'est une abeille cleptoparasite : elle pond ses œufs dans les nids d'autres mégachiles, ses larves mangent ensuite les œufs de leurs hôtes pour mieux assurer leur survie.


******
 
 
Colletes hederae

L'abeille du lierre est une espèce solitaire mais qui niche en bourgades de parfois plusieurs centaines de nids sur des talus ou des surfaces planes. Chaque femelle s'occupe de son nid, un simple trou creusé dans le sol, et va butiner le lierre dont elle rapporte le nectar et le pollen à destination de sa progéniture. 

******
 
 Colletes daviesanus

La collète commune fait son nid sur des parois rocheuses dans la nature mais elle nidifie aussi en ville en creusant dans les joints de mortier mou, occasionnant parfois quelques dégâts si un grand nombre de ces abeilles décident de former une bourgade sur le même mur. Elle butine de l'alysson argenté, de l'achillée ou de l'anthémis des teinturiers

******


Lasioglossum malachurum


Les Français n'ont semble-t-il pas donné de nom vernaculaire à cette petite abeille de la famille des halictidés qui, au contraire de beaucoup de ses collègues n'est pas solitaire mais sociale. Les reines fécondées de l'année précédente hivernent à plusieurs dans un seul nid (un simple terrier) et quand la belle saison pointe le bout du nez, c'est la bagarre jusqu'à ce qu'une seule reine entre en possession de tout le nid, les autres allant en fonder de nouveaux plus loin. La reine pond ensuite ses œufs d'où sortiront quelques femelles ouvrières qui vont la seconder. Lors de cette première période, la reine s'absente fréquemment pour butiner et ainsi rapporter de la nourriture destinée au couvain. Ces absences du nid s'accompagnent d'un risque élevé d'usurpation du nid par des abeilles coucous du genre sphecodes. Une fois la première génération au travail, la reine reste dans le nid, faisant office de pondeuse mais aussi de gardienne, surveillant constamment l'entrée du nid. Les mâles et les futures reines sont produits au mois d'août. A l'automne, une fois les jeunes reines fécondées, les ouvrières et les mâles meurent et le nid se met en hibernation.

******



Sphecodes albilabris
 

En zoologie, le labre est l'équivalent de la mâchoire supérieure chez les insectes. Le sphécode à labre blanc est aisé à identifier grâce à cette petite moustache et à son abdomen rouge. C'est aussi une abeille de la famille des halictidés mais elle se s'embête pas à fonder une colonie car c'est une abeille-coucou qui va pondre dans le nid d'autres abeilles, généralement les mégachiles du rosier cités plus haut.

******

Vespula vulgaris

Nous quittons enfin le monde des abeilles pour entrer dans celui des guêpes (vespidés). Ces satanées guêpes sont très courantes mais constamment en mouvement, ce qui les rend difficiles à photographier. La guêpe commune est un insecte social (une reine et des ouvrières essentiellement puis des mâles et des jeunes reines destinés à la reproduction) qui vit en nids pouvant compter 5000 à 10 000 individus. Elles sont responsables d'une bonne moitié des attaques sur les humains qui passent près de leurs nids fabriqués en papier à partir de débris de bois. La guêpe n'est pas commode à proximité de chez elle mais juste énervante quand elle vient voler au-dessus de votre steak. C'est une espèce prédatrice des autres insectes mais c'est surtout pour alimenter ses larves car la guêpe adulte se nourrit de miellat, de nectar et de fruits tombés ou abîmés. En fin de saison, le nid est abandonné et les reines fécondées vont hiverner à l'abri dans des cavités ou même dans votre grenier.

******

Polistes dominula


Le poliste gaulois est une guêpe un peu plus grosse que la guêpe commune facile à reconnaître par ses deux pattes arrières beaucoup plus longues que les autres qui traînent derrière elle quand elle vole. Cette espèce est très peu agressive et se laisse facilement photographier. Ses mœurs sont semblables à celle de la guêpe commune mais son nid en papier mâché est considérablement plus petit, accueillant au maximum 100 à 200 individus. Le poliste est un prédateur de chenilles donc un utile auxiliaire du jardinier.

******

Euodynerus dantici

De la sous-famille des Eumènes, cette très belle guêpe est solitaire et fait son nid dans des loges ou terriers parfois abandonnés par d'autres espèces. pour nourrir ses larves, elle capture des chenilles de microlépidoptères (petites espèces de papillons). Elle semble assez rare mais elle est cependant répandue sur toute la surface eurasiatique.

******

Delta unguiculatum

La plus belle et la plus impressionnante des guêpes, ma préférée : l'Eumène unguiculé est une guêpe courante en Espagne qui remonte chez nous depuis quelques années. De la taille d'un gros frelon, cette élégante à la taille de... guêpe est aussi intimidante que pacifique comme toutes les guêpes et abeilles solitaires. Au pire, quand je l'ennuie trop avec mon appareil photo, elle pratique devant mon nez un vol d'intimidation histoire de me signifier que je la gêne. Son dard ne lui sert qu'à paralyser les chenilles qu'elle capture pour ses larves. C'est une guêpe potière qui fabrique de petites amphores avec de la terre, du sable et sa salive. Dans chaque pot souvent collé sur une paroi rocheuse ou plus simplement sur les murs des maisons, elle met un œuf et une chenille encore vivante qui sera dévorée par la larve à sa sortie de l’œuf.



Voir le commentaire

CORONANNIVERSAIRE

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-04-2020 15:46:49 - 13 commentaires

 1er avril 1978
 
En fait, nous ne nous sentions pas vraiment concernés par le mariage, nous étions peu adeptes de ces institutions héritées de nos parents nés dans les années vingt mais, au bout de dix-huit mois de vie commune, le problème se posa pour des raisons professionnelles. 
 
Josette émergeait de l'ENA (Ecole Normale d'Alençon) et j'y plongeais : notre carrière d'instituteurs laïques gratuits et obligatoires débutait. Eh oui, à l'époque, on pouvait se retrouver responsable à vingt ans d'une classe de trente gamins et vivre d'un traitement de fonctionnaire aussi maigre qu'un sandwich SNCF mais suffisant pour de jeunes adultes dont les besoins se limitaient à un peu de nourriture et deux ou trois fringues. Or, la question des postes se posait...
 
Dans l'Orne, jeune instit voulait et veut toujours dire perdu dans la cambrousse et, à cette époque, il n'était pas question d'obtenir de mesures de rapprochement de conjoint si justement on n'était pas conjoints. Sans parler des fameux postes doubles avec logement (en mauvais état) de fonction réservés exclusivement aux couples mariés. Il fallait donc que l'on se marie.
 
Au bureau de l'état-civil de la mairie d'Alençon, nous avions eu le choix entre le samedi 1er et le samedi 8 avril. Nous avions trouvé très amusant de nous marier un 1er avril, un pied de nez aux valeurs institutionnelles de nos parents en quelque sorte. Nous vivions comme si le temps n'existait pas sans penser aux conséquences de nos actes. L'idée même de fonder une famille ne nous avait pas effleuré et d'ailleurs notre fille ne devait arriver que presque sept ans plus tard

Ma future épouse étant fille de couturière, sa mère avait tenu à lui faire un ensemble jupe-boléro bordeaux, surtout pas blanc car c'était la couleur traditionnelle du mariage. J'étrennai ce jour mon premier costume payé par ma mère, il était bleu et en velours. Très années soixante-dix comme la moustache que je portais surtout pour me vieillir. A vingt et vingt-deux ans, dans la vie active, il faut pouvoir être pris au sérieux et certains artifices peuvent servir.
 
Il faisait un temps de  mars ce samedi d'avril avec des rafales de vent et des giboulées. Cérémonie à la mairie (surtout pas à l'église, ce qui fit se désister les grands-parents de Josette nés à la fin du XIXème siècle) puis vin d'honneur chez ma mère. Mon copain et témoin Daniel avait déniché une connaissance qui était équipé d'un réflex, appareil de luxe à l'époque, et qui voulait bien faire les photos du mariage car nous étions trop pauvres pour nous payer un professionnel. Le gars tirait lui-même ses clichés couleur et il avait certainement utilisé des produits périmés car les photos furent toutes ratées, couvertes d'une brume rougeâtre du plus mauvais effet. Nous nous en fichâmes, le souvenir n'avait pas d'importance pour nous.
 
Repas du soir chez Chalumeau, le restaurant ouvrier à côté de chez mes beaux-parents. Parents, frères et sœurs avec leur marmaille plus les témoins et un oncle par famille, nous étions trente. Inviter toute la famille de mon épouse tontons, tatas et cousins et nous dépasserions la centaine, pas possible pour le budget.
 
Vers deux heures du matin, avec plus d'un gramme d'alcool dans le sang comme cela se faisait à l'époque, nous étions partis nous coucher et puis voilà. Nous étions mariés et cela n'eut pas d'autre conséquence qu'administrative.
 
L'âge venant, les restaurants devenant plus abordables pour nous, nous prîmes l'habitude de fêter ce poisson d'avril plus dignement. Mon meilleur souvenir étant cette petite cabane au bord de l'immense plage de Bordeira sur la côte vincentine au Portugal. Nous avions fêté nos quarante ans de mariage d'une daurade pêchée le matin même par le restaurateur accompagnée d'une bouteille de vinho verde. Une repas de fête simple comme le fut notre mariage.
 
Cette année c'est 42 qui comme chacun le sait est la réponse à la grande question sur la vie, l'univers et le reste. Drôle d'anniversaire confiné... j'ai quand même acheté un gâteau en allant chercher le pain. La queue faisait dix mètres de long, nous étions cinq à attendre. Je suis ensuite allé chez le traiteur acheter du gratin de poisson. Ça s'impose.
 
Un anniversaire de mariage en ces temps de privation de liberté ça finit un peu en queue de poisson. Mais après tout, nous prenons cela avec légèreté comme nous le fîmes en ce jour de 1978.

 
 
 

Voir les 13 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 3607406 visites