KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Novembre 2015
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Novembre 2015

L'ESPRIT FRANÇAIS 12

Par Le Lutin d'Ecouves - 24-11-2015 20:34:13 - 2 commentaires

Jacques Gallot
1625-1690
 
Ayant déjà cité Jacques Gallot dans la série des Folies d'Espagne, je ne m'étendrai pas sur sa maigre biographie. Elève d'Ennemond Gaultier et contemporain de Charles Mouton, il est un digne représentant de l'école française de luth dont on ne dit pas assez l'originalité et la puissance d'expression. Il s'agit d'une musique des sentiments, des impressions, de la description ; même si les pièces y sont organisées en suites, la danse n'y est qu'un cadre abritant une peinture musicale rappelant bien des œuvres picturales du Grand Siècle. 
 
Comète de Kirch au-dessus de Rotterdam
 
C'est justement le cas dans cette chaconne "La Comète" dont la répétition du thème sert d'écrin à un ensemble de miniatures délicatement expressives. Cette pièce a peut-être été inspirée par le passage de la comète de Kirch (1680) qui fut une des plus brillantes du XVIIème siècle.


 

1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11

 
 

Voir les 2 commentaires

AURORE BORÉALE

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-11-2015 10:35:56 - 3 commentaires

 
Novembre est froid et Caen n'est pas une très belle ville... ce n'est pas sa faute, en juin 44, six cent mille obus se sont abattus sur la ville et sa région, provoquant le chaos et la mort. La liberté était à ce prix.

Ecouves est située en Normandie méridionale, nous quittons rarement notre biotope et goûtons peu les plaines calcaires, lutins des collines que nous sommes, mais un concert d'Alina Orlova est chose trop rare pour y surseoir. Après un symbolique shopping dans le centre ville de la cité de Guillaume, nous rejoignons le théâtre de la Comédie de Caen situé à Hérouville St Clair.

Il n'y a pas foule... les gens venus pour le concert sont pour la plupart des festivaliers qui sont ici pour la découverte. 


Nous avons le temps de musarder dans le hall du théâtre avant de nous positionner enfin en première place devant l'escalier menant à la salle de spectacle. L'humain est grégaire, il a suffi que nous fissions cela pour que de nombreuses personnes se mettent à faire la queue.

La salle est très confortable, nous sommes assis au premier rang. Alina Orlova n'est pas venue seule de Vilnius et la première partie est assurée par Eglė Sirvydytė du groupe MMPSUF. Douceur, nonchalance, on se croirait chez Emiliana Torrini.
MMPSUF (Je recommande chaudement leurs albums Electro "Expeditors" et "Retina" téléchargeables gratuitement sur leur site.)


Pendant les dix minutes d'entracte, une jeune femme vient s'asseoir à côté de nous en pestant contre les employés du théâtre qui empêchent les prises de vue. Nous discutons un moment, la dame est fan de musique nordique, ça tombe bien, moi aussi. J'ai toujours aimé la glace car elle fond à un moment ou un autre...


Alina Orlova se présente seule au piano, délivrant aussitôt avec rage une multitude de miniatures de sa voix claire, puissante et tendue. Son extrême minceur fait penser aux cordes du Steinway qui ondule sous ses doigts impitoyablement précis à l'impeccable technique classique. Entre chaque morceau, quelques mots presque bafouillés, elle s'excuse de la brièveté de chaque pièce. En solo, ses textes sont des haïkus et sa musique tranchante comme du verre, dégraissée à l'extrême. Jamais je n'ai vu un tel engagement physique chez une chanteuse hormis chez Janis Joplin

Deux rappels, la salle est conquise et Alina épuisée nous fait signe qu'elle arrête. Je connaissais sa musique pour posséder ses quatre albums dont un en live mais je ne l'avais pas vue jusqu'ici s'impliquer ainsi physiquement avec une telle urgence ; j'en suis presque inquiet pour elle.

22h45, nous avons cent kilomètres à faire pour retourner dans nos collines, je demande à mon épouse de charger un CD dans le lecteur de la voiture. La radio se met automatiquement en marche. Stupeur, chaos, mort.

La ville de Caen n'est pas très belle et elle connaît le prix amer de la liberté. La ville de Caen n'est pas très belle mais elle est toujours debout.


Alina Orlova en public à Vilnius :

 

 

 

Voir les 3 commentaires

CHTRAK !

Par Le Lutin d'Ecouves - 02-11-2015 18:18:31 - 4 commentaires


A l'époque, l'économat de la caserne fournissait une fois par mois diverses denrées aux familles qui le désiraient à des tarifs convenables. Je me souviens surtout des tablettes de cet épais chocolat noir qui me valut quelques crises de foie. Il n'était pas spécialement bon mais je ne pouvais pas m'empêcher d'en voler dans le placard de la cuisine et je le dévorais, il n'y a pas d'autre mot, jusqu'à ce que je me mette à vomir. A l'époque, on disait plutôt "rendre" comme si l'on restituait à la communauté ce que l'on ne pouvait pas digérer. En fait, l'unique bénéficiaire était surtout la cuvette des toilettes quand la restitution n'était pas trop précipitée...
 
Les fournitures et victuailles étaient toujours emballées dans un gros carton que mes parents me donnaient une fois vidé. Pendant quelques jours, ce carton devenait mon terrain de jeu car je m'y installais pendant des heures, pour jouer et même regarder la télé. C'était mon château, ma caserne, ma chambre et peut-être même un utérus de substitution. Les parois de cette maison finissaient par craquer à un moment et je reprenais une vie normale hors de ma boîte jusqu'au mois suivant.
 
En dehors du contenant et du chocolat qui faisait vomir, je me souviens surtout des cahiers et fournitures qui accompagnaient la nourriture. J’étais le petit de la famille et j'avais ainsi droit à des crayons et un cahier sur lequel je dessinais régulièrement, ce qui peut paraître étrange vu qu'étant né avec deux mains gauches ou plutôt avec quatre pieds, j'étais d'une maladresse étonnante, maladresse qui culminait dans mes exploits graphiques que ce soit au niveau de l'écriture ou du dessin. Je dessinais moche mais je dessinais beaucoup, je remplissais des cahiers de dessins maladroits, dépourvus de perspective et toujours sur le même thème, ce qui ne laissait pas d'inquiéter mes parents qui se demandaient si ce ne serait pas une bonne idée d'en parler au médecin ou à un psychologue. "Mais pourquoi dessine-t-il toujours des trucs pareils ?"
 
Papa était plutôt strict mais extrêmement sensible, peut-être est-ce pour cela qu'il ne parlait pas trop de ses souvenirs professionnels dont je raffolais cependant. J'avais surtout droit aux histoires rigolotes comme celle de la mine anti-char qui avait envoyé mon père et le chien qui l'accompagnait cul par-dessus tête dans une mare qui avait bien amorti la chute. Heureusement, Papa avait des amis hauts en couleurs dont certains étaient très marrants.
 
C'était le cas de Chtrak. On l'appelait comme cela car il ponctuait tous ses discours par une série d'onomatopées. Je me souviens surtout d'un jour où, entre autres, il se lança dans le récit épique de l'assaut final contre un groupe de Viêt Minh que son unité avait réussi à coincer dans une grotte.
 
"T'aurais vu le feu d'artifice, on s'est mis sur une butte et on a tiré au canon de 75 sans recul, c'était pas fait pour ça mais tchouf tchouf tchouf ! Vzzzz bomp ! C'est bien simple, les Viêts, on n'en a pas trouvé les morceaux, c'était que d'la bouillie !"Et hop, un coup de pastis.

"Tu te rappelles aussi le jour où on a été obligé de reculer ? On était tout un peloton de chars quand ils sont sortis des rizières. Des paysans armés de vieilles pétoires qui nous ont sauté dessus par centaines. Des sauvages qui n'avaient jamais vu de blindés. Les Communistes les avaient persuadés que les chars étaient en carton-pâte et ces cons attaquaient le blindage à la baïonnette, Chtrak ! Des grappes de types sur les tourelles qui essayaient de les ouvrir, on était obligé de se mitrailler les uns les autres pour se dégager rakatakatac ! Des morceaux partout, on a juste eu un lieutenant de blessé mais il a bien fallu se tirer, crac." Encore un coup de pastis.

Je raffolais de ces histoires de guerriers, moi qui ne jouais qu'au soldat, au chevalier ou au cowboy avec mes camarades. Chtrak était un peu fou, la cicatrice qu'il avait sur la tempe devait avoir un rapport avec cela, mais peu importe, il avait fait l'Indochine et l'Algérie comme Papa et ils avaient l'air de bien s'amuser là-bas. Surtout en Indochine où ils semblaient se comporter avec une grande liberté comme "Le Légionnaire", ce type inquiétant que Chtrak ne citait qu'en baissant un peu le ton.

"Celui-là, il nous foutait la trouille à Hanoï. Il faisait ce qu'il voulait. Tu te rappelles le marchand Chinois ? Le Légionnaire l'avait pris en grippe, il disait que c'était un espion communiste." Chtrak me regarda du coin de l’œil, se demandant s'il allait continuer. Maman s'agita un peu... "Une nuit, il l'a choppé et lui a fait son affaire sans rien dire à personne. En tout cas, le lendemain, sa femme a retrouvé la tête de son mari sur son paillasson."

"Bon on va faire manger les enfants, hein !" J'aurais volontiers écouté d'autres histoires comme celle-ci mais je ne protestai pas, Papa était capitaine et ça s'entendait. 

J'avais dix ans et j'allais bientôt entrer au collège mais je dessinais encore beaucoup sur les cahiers d'écolier que mon père me donnait chaque mois. Toujours les mêmes scènes de guerre au crayon à papier rehaussées de couleur pour les flammes et le sang. Des bombardements, des batailles au fusil ou avec des blindés, des morts entiers ou en morceaux bien tartinés au crayon rouge.

"Mais pourquoi dessine-t-il toujours des trucs pareils ?" se demandaient mes parents. Finalement, j'ai quand même échappé au psychologue.

 
 
 
 

Voir les 4 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 2628509 visites