KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Février 2018
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Février 2018

COURS TOUJOURS épisode 6

Par Le Lutin d'Ecouves - 19-02-2018 11:35:11 - 4 commentaires


Le groupe
 
 
J'eus été chauve, je ne sais pas si j'aurais persisté dans l'agitation des jambonneaux... Je courais péniblement depuis un an ou deux quand je changeai de coiffeur, le précédent ressemblant plus à un capilliculteur en tenue de cosmonaute qu'à un merlan de quartier, mon compte en banque s'en ressentait et je voulus retrouver un peu d’authenticité dans le ripage des douilles tout en épargnant mon larfeuille (fin de l'intermède argotique).
 
Chez le coiffeur, on cause et comme on ne peut pas trop tourner la tête, on s'intéresse à ce qui est devant soi, en l'occurrence des coupes, des médailles et autres certificats sur lesquels étaient écrits des mots hallucinants tels que marathon ou cent kilomètres (euh, à pied ???).
 
J'eus l’imprudence de dire : "Je cours un peu." et me vis répondre : "Venez donc courir avec nous dimanche à 10h00". J'avais mis le doigt de pied dans l'engrenage.

Allain, c'était le nom du coiffeur, me présenta à un petit groupe de personnes puis me confia au plus lent d'entre eux, le gentil Jean-Louis. En quelques années, je fis avec eux d'énormes progrès, le tout dans la décontraction la plus totale. A l'époque, la course ne se concevait qu'en short et t-shirt en coton, les "baskets" sur le bitume. Le groupe s'étoffa car, à l'instar des autres, j'y amenai mon épouse et diverses autres connaissances comme le Mustang qui jusqu'ici ne galopait point en troupeau.
 
La mode du trail surgissant, nous déménageâmes notre entraînement dominical en forêt d'Ecouves, ce qui attira encore plus de monde. A cette époque, on nous appelait "Les Cinglés" eu égard aux courses de plus en plus difficiles que nous effectuions puis, à l'occasion de l'ouverture de mon premier blog en 2007, je trouvai un terme plus adéquat : "Les Traileurs d'Écouves".
 
Au bout d'un moment, nous étions devenus un réseau dont le noyau dur était presque une famille qui voyait ses rangs se resserrer dès que l'un ou l'une avait un problème ou nous présentait un proche en difficulté qui était aussitôt intégré. J'ai vu des personnes reprendre pied, s'épanouir et même trouver l'amour dans ce groupe.
 
Beaucoup d'années ont passé et des dizaines de personnes ont intégré la bande puis l'ont quittée ou y sont restées. J'ai vu la nouvelle génération l'investir et s'investir. En permanence, nous sommes toujours une trentaine à arpenter Ecouves et à organiser diverses sorties dans toute la France y compris Outre-Mer.

Après l'effort, le réconfort. Ce sont des fleuves de bière qui ont coulé depuis vingt ans en notre QG de Radon. De onze à treize heures, chaque dimanche, c'est un joyeux foutoir au bar maintenant tenu par le jeune Clément qui ferme les yeux sur nos grandes gueules et nos chaussures sales.

Toute médaille, si brillante soit-elle, a un revers : dans un groupe de course à pied, tu dois courir pour exister. Je ne vois que rarement le gentil Jean-Louis qui m'avait si bien accueilli depuis le jour où son système circulatoire l'a trahi. Allain et les premiers membres du groupe dépassent maintenant la soixantaine et parmi les jeunes trentenaires ou quadragénaires qui galopent effrontément devant nous, certains ignorent tout de la longue histoire de la bande du coiffeur qui voulait faire courir sa ville d'Alençon.

C'est pourquoi à longueur de blog je narre, à longueur d'entraînement, je relate... jusqu'à ce que mes souvenirs s'évanouissent dans la brume hivernale de notre mère Écouves.


1  2  3  4   5

 

Voir les 4 commentaires

ENTRE LE GRIS ET LE BLANC

Par Le Lutin d'Ecouves - 09-02-2018 21:04:05 - 5 commentaires

Parfois, je me demande si ce siècle n'est pas en train de nous transformer en lagopèdes frémissants et pusillanimes... Trois flocons sur la France et c'est la panique que relaient stupidement médias et réseaux sociaux. Rendez-vous compte, il neige en hiver ! Moi qui ai vécu en Franche-Comté et qui suis allé à l'école en marchant à côté de congères presque aussi hautes que moi, je me gausse, et pas seulement Carl Friedrich...
 
N'empêche, notre séance marche nordique du vendredi est annulée car la Loi avec un grand Hell nous interdit d'emmener du monde en forêt par vigilance orange. Quand c'est orange, on se range ; quand c'est rouge, personne ne bouge. Mais quelle vigie lance ce genre d'ânerie ? Eh bien puisque c'est orange, pas de quartier même si je dois avoir des pépins, s'il me reste encore un zeste d'énergie, je dois bien être encore capable de conduire sur la neige et ainsi profiter d'Ecouves en manteau d'hermine.
 
On voit encore la chaussée par endroit... mon épouse n'est pas toujours rassurée mais elle sait que je ne panique jamais sur neige. La conduite est pourtant simple : on oublie la pédale de frein et on pilote le véhicule comme un canoë. Arrivés au pied des Ragottières à moins de trois kilomètres d'Ecouves,  une surprise nous attend : un panneau "Route barrée". Un responsable tremblotant de la Préfecture a dû croire que le ciel lui tomberait sur la tête s'il ne prenait pas toutes les mesures nécessaires pour protéger sa carrière en émettant toutes les interdictions possibles, évitant par là-même de se voir accuser de négligence. 
 
On ne se refait pas, je franchis l'interdiction. Vu l'état de la route, je dois être le premier rebelle du matin, quel plaisir de rouler sur ce tapis onctueux ! Nous nous garons dans le blanc silence du Vignage. Bien équipés, bien au chaud, les lutins vont trottiner sur les virginales pentes de la mère Ecouves.
 
 
Le premier plaisir de la neige, c'est ce crissement ouaté, ce gémissement subtil de la matière vierge que l'on foule. Personne n'est passé depuis l'aurore et nos pas sont pionniers. Une gomme de lait a transformé nos si familiers sentiers en nouveaux territoires d'exploration. Nous renouons avec ce plaisir enfantin de la découverte d'un nouveau monde. Pour quelques heures encore, nous serons les premiers...

 
La lumière n'est pas favorable au photographe, nous allons cheminer entre le blanc du sol et le gris du ciel, peu de nuances mais suffisamment de sensations pour qui sait s'ouvrir et vivre dans les délectables interstices de l'instant. 
 

De Pierre-Chien à la Croix-Madame, ce n'est que montée sous une douce ondée liliale. Nous nous arrêtons de temps en temps pour écouter le silence, le vrai, celui qui laisse entendre le son duveteux de l'air égratigné par les cristaux de frimas.
 
 
La neige chafouine chiffonne nos sentiers et nous nous égarons parfois mais l'instinct des lutins nous remet à chaque fois dans le blanc des lieux. Voici la Croix-Madame plantée en hommage à Louise de Savoie alors qu'elle était l'épouse de Monsieur, futur Louis XVIII Comte de Provence et Duc d'Alençon. C'est fou comment un simple carrefour peut faire ainsi voyager...

 
Nous dévalons par la route en direction du Chêne au Verdier. La chaussée, vierge depuis cette nuit, déroule une parfaite piste de ski de 1500m de long que personne n'empruntera hélas. Faire du ski, vous n'y pensez pas ! Et si vous tombiez ? Heureusement que les routes d'accès sont interdites.
 
 
Du Verdier au Vignage, le chemin est plaisant par la falaise surplombant les douces collines d'Ecouves. Environ dix kilomètres seuls au monde et nous retrouvons bientôt la civilisation. Nos traces ont dû ouvrir la voie car deux autres véhicules accompagnent notre automobile au pied du Vignage. La fonte a débuté et la route a perdu sa douceur de coton. Au pied des Ragottières, c'est redevenu une bête route noire à peine tavelée de quelques souvenirs neigeux. Et pourtant, Big Brother a maintenu son interdiction : Route barrée, je vous dis ! Route barrée au rêve, à la douce illusion de l'enfance, au blanc des sentiments qui adoucit le gris de la vie. Heureusement que cette interdiction ne s'adresse qu'aux pauvres lapins trémulants mus par l'effroi distillé à cor et à cri par des écrans à cran. 

Forêt d'Ecouves, 9 février 2018

Voir les 5 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 3080357 visites