KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Février 2009
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Février 2009

MARCHER DANS LA LUMIERE

Par Le Lutin d'Ecouves - 25-02-2009 23:44:01 - 6 commentaires

Alençon, centre-ville
le 25 février
 
 

Un rendez-vous décalé et c'est une heure de liberté, une heure à ne rien faire à part flâner. Soixante minutes pour moi tout seul, le nez en l'air. 

Mes pas me mènent vers le centre de la cité à moins de dix minutes de marche de mon logis.


Vue de la Sarthe, Alençon est un jardin.Sous certains angles, on se croirait presque en pleine nature.

Et pourtant, on est bien en ville comme en témoigne la dentelle flamboyante de l'église gothique.

Le temps passe et je dois me rendre à mon rendez-vous. Je presse le pas, passant près de l'ancien gué qui, plus de deux mille ans auparavant, fut à l'origine de la cité.

 

Une heure de liberté, une heure à ne rien faire... encore du temps de gagné !

 

 

 

Voir les 6 commentaires

UNION DES FÊLÉS DE L'OURCQ

Par Le Lutin d'Ecouves - 23-02-2009 23:21:58 - 2 commentaires

 
Entre Paris
 
 
 et Meaux,
 
 
il y a l'Ourcq :
 
 
Le récit de cet OFF avec les Ultrafondus est ICI
 

Voir les 2 commentaires

GRAFFS DE L'OURCQ

Par Le Lutin d'Ecouves - 22-02-2009 18:40:09 - 4 commentaires

Un Art qui casse des briques
(canal de l'Ourcq)
 
 
Samedi 21 février, rencontres avec les murs lors d'un Off UFO de Oufs.
 
 
Dans des friches franchement frappadingues fort peu loin de la Cité des Sciences.
 
 
Des têtes contre les murs.
 
 
L'humour contre nos murs.
 
 

 Désolé pour le (dé)cadrage de ces lettrages wild style
mais un pas de plus en arrière et plouf !
 

 
 
Des bandes de doués...
 
 
... nourris de BD...
 
 
...débitent et détournent...
 
 
...dérident et détonnent.
 
 
Dédicace spéciale aux BSN de Kikouroù.
 
 
Eh oui, Barbabelle a grandi !
 

 
Plus loin, sous un pont : le Kraken de l'Ourcq
 
 
Et enfin, ce mur isolé qu'un graff griffe sans grief.
 
 

Voir les 4 commentaires

PAS D'PAPIER WATER

Par Le Lutin d'Ecouves - 20-02-2009 10:27:43 - 5 commentaires

 Nouveau sur Kikouroku !

Le Kakaraoke

Premièrement, démarrez le morceau ci-dessous :

 
Ensuite, chantez en suivant les paroles :

PAS D'PAPIER WATER

Faut qu'je sorte de là maint'nant qu'ca sent l'bouc
J'vais quand même pas utiliser mon press-book
J'aurais très envie d'quitter ces waters
Mais y'a pas d'papier oh comment j'vais faire

Pas d'papier water (x2)

Sûr c'est pas hygiénique et ça laisse des traces
En plus y'a quelqu'un qui veut prendre ma place
Mais j'ai bien envie de me rhabiller
C'est un vrai challenge pour les lessiviers

Pas d'papier water...

Bien qu'assis dessus je n'ai pas de pot
J'suis comme le papier au bout du rouleau
Si au moins j'avais une carte postale
Voire une bonne BD j'me ferai la malle

Pas d'papier water...

Je vais sacrifier ce s'ra pas de trop 
Mon carnet entier de tickets d'metro
A moins qu'j'utilise le revêtement mural
Mais c'est du crépi ça risque de faire mal

Pas d'papier water...

Chanson extraite de l'album : "4 Beadochons dans le vent"

Voir les 5 commentaires

UN WEEK-END DE LUTIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 18-02-2009 17:02:46 - 5 commentaires

 Une vie d'Lutin,

c'est pas facile tous les jours.

 

Vous allez voir cela car je vais vous relater un week-end type de Lutin :

Samedi

Ce samedi, c'est le jour de la Saint Valentin. Comme chaque année (voir  billet 69), j'ai apporté à ma femme des divorcés que j'ai spécialement commandés à la boulangerie du quartier :

Si vous avez une bonne vue, vous constaterez que le petit bonhomme jaune est content.

Ma femme, ça la fait toujours rire. N'empêche que les divorcés à la crème au chocolat et au café, c'est lourdingue et peu adapté à la course à pied. Burp !

Et justement, ce samedi, c'est jour de cross et le Mustang m'emmène à Silly en Gouffern à côté d'Argentan. C'est son pays et il me désigne le petit ruisseau où il pêchait enfant ainsi que l'emplacement du tas de foin où il emmenait ses copines jouer au docteur. 

On voit que l'endroit lui rappelle de bons souvenirs.
 
Bon, je ne vais pas encore faire un billet détaillé sur ce dernier cross de la saison FSGT. Comme d'habitude, il y a eu la course des jeunes :
 

 Puis la course des femmes :
 

 
Enfin, le cross masculin (9,5 km) sur lequel nous nous sommes alignés, moi et le Mustang six jours après les deux trails Glazig (48 km cumulés).
 
Bizarrement, j'étais en forme et j'ai filé comme un lapin, laissant la Mouette agoniser dès la première (sévère) côte.  Gnark gnark ! Je me suis vengé du cross de Mamers. Cette année, j'avais dit : "Le Lutin, devant !"
 
Comme il me faut un sujet à poutrer, j'ai avisé mon ami Chaton dès le deuxième tour et je me suis approché discrètement de lui dans l'espoir de le passer chafouinement dans une descente.
 
Chaton est un crossman nettement supérieur à moi mais un jour de forme, je peux espérer l'approcher. Plus que 100 m, plus que 50 m....
 
Enfer et tartemolle ! Le Christian qui assiste au cross en spectateur avertit le Chaton qu'il est suivi par le Lutin et ses chaussettes roses. Chaton se retourne et constate avec horreur que je suis sur ses talons. Sursaut de fierté, il se défonce la caisse et m'empaffe de quelques mètres supplémentaires.
 
Pas moyen de passer le félidé et je termine (à fond) le cross quelques secondes derrière lui.
 
J'ai mis plus d'un kilomètre au Mustang mais je ne me moque pas de lui à l'arrivée. Si je veux qu'il m'accompagne "en bonnet difforme" à l'Eco-trail de Paris, il vaut mieux que je ne provoque pas trop sa fierté chevaline.
 
 
Chaton content
 
Et c'est pas fini ! Le cross, c'est aussi le vin chaud et le gâteau :
 
 
 
 Enfin, pas que le vin chaud car certains clubs savent vivre comme les gars du club de Champfrémont qui améliorent l'ordinaire du cross avec quelques crus judicieusement choisis. Il faut dire que ce sont des spécialistes du marathon vinicole, ayant organisé des déplacements aux marathons du Médoc, de Blaye, de Cognac et du Beaujolais.
 

 Digne représentante du club de Champfrémont : Véronique
(38 minutes aux 10 km, tout de même !)
 
 Le Mustang me ramène sur Alençon, j'ai un peu mal aux pattes (9,5 km avec des pointes, ça tire !). En route, j'aperçois au loin la forêt d'Ecouves qui se confond avec les nuages. C'est la prochaine étape sportive du week-end.
 

 
Dimanche
 
Saint Valentin ou pas la veille, le dimanche c'est entraînement trail avec des fous pendant deux heures minimum sur une distance de 15 à 20 bornes.
 
J'ai un cross dans les pattes et je progresse péniblement. Ça n'empêche pas les copains de démarrer par le plus raide, histoire de se mettre en jambes. Et pour un Lutin, les côtes c'est pas facile !
 

 Ben oui, c'est comme ça que je vois les montées : à hauteur de Lutin.
 
Je sens que ça ne va pas le faire et je me traîne presque une heure au ras du sol. Puis petit à petit, ça va mieux et je me retrouve à suivre le Chef et le Grand Raymond qui commencent à allumer sévèrement.
 
En jaune, Christian surnommé le chef car il décide toujours des itinéraires.
(Il connaît la forêt par coeur)
 
Une fois bien chaud et au sommet de la forêt, je me sens franchement mieux et je finis par m'échapper avec JMF dans une descente de folie qui nous mènera à Radon à des vitesses de dingues.
Les autres arriveront dix minutes après nous, se toquant la tempe de l'index en nous regardant d'un air désolé.
 
JMF à droite, un gars qui descend aussi vite que le Lutin

 Et c'est pas fini, après l'entraînement, c'est la bière belge au bar du coin ; et après la bière, c'est le poulet ou le rôti arrosé de Bordeaux à la maison. Quand je vous disais que c'est pas facile tous les jours la vie d'un Lutin !

 

 

Bon, heureusement que le dimanche après-midi, il y a l'inspecteur Barnaby pour récupérer dans le canapé !

Tiens, c'est presque aussi bien que Derrick ! 
 

Voir les 5 commentaires

ROCK AND ROLEX

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-02-2009 12:39:37 - 21 commentaires

Invité le 13 février à l'émission "les 4 vérités" sur France 2, la question est posée à Jacques Séguéla :

"L'image ostentatoire du président, ce côté bing-bling de Nicolas Sarkozy, est-elle une erreur de communication ?"

"C'est une erreur journalistique. Comment peut-on reprocher à un président d'avoir une Rolex. Enfin... tout le monde a une Rolex. Si à cinquante ans, on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie !"

réf. Cosmograph Daytona 116589

Daytona
référence  Cosmograph Daytona 116589
boîtier  or gris
bracelet  croco
mécanisme  automatique
taille  homme
*prix du neuf  48 660,00 €

Boudiou ! Une montre comme ça représente deux ans de mon salaire, c'est à dire quatre ans de SMIC !

J'ai passé cinquante-trois ans et j'ai pôôô de Rolex. Je suis un raté !!!

 

Nouvelle campagne de Pub d'Havas Advertising (Séguéla) à destination des quinquagénaires qui n'ont pas de Rolex :

 

Voir les 21 commentaires

PAUL IS STILL ALIVE...

Par Le Lutin d'Ecouves - 13-02-2009 18:44:46 - 3 commentaires

... et il bouge encore !
 
 
 
L'année 2008 ne m'a pas apporté de grandes satisfactions musicales hormis le très bel album "Me and Armini" de l'islandaise Emiliana Torrini.
 
Je suis certainement un vieux con et je regrette peut-être l'époque bénie des années 60-70 où il sortait un style nouveau tous les six mois et où les maisons de disques n'avaient pas encore confondu créativité et marketing.
 
Donc, j'attendais encore l'album qui me surprendrait et nourrirait ma curiosité intellectuelle au même titre que les Pink Floyd, Magma, King Crimson ou Tangerine Dream de mon adolescence quand je tombai soudain sur le troisième album de The Fireman, c'est à dire sur la dernière production de Paul McCartney (66 ans !) : "Electric Arguments" datant de la toute fin 2008.
 

Assisté de Youth, bassiste de Killing Joke et producteur de Depeche Mode et U2, Paul nous sert un album de rock psychédélique (on ne savait même plus ce que c'était) compact, rageur et combatif à la créativité sans limite.

On est revenu à l'époque allant de "Rubber soul" au "White Album" où chaque morceau se devait de réinventer le rock.

Mais ne pensez pas que l'on a affaire à un retour de l'acid rock à Papa, il s'agit bien d'une musique de 2008. Ne cherchez surtout pas de clone de Yesterday ou d'Eleanor Rigby ; Paulo a laissé de côté ses fantastiques dons de mélodiste pour donner libre cours à son génie créatif.

Cela donne un album extrêmement dense au foisonnement coloré et rageur dans lequel Macca (comme on dit en Angleterre) va du blues-rock saignant à l'électro-rock expérimental en passant par des morceaux à l'architecture plus classique mais au son travaillé de manière inattendue.

Et la voix ! Je veux dire, les voix de Sir McCartney. Depuis les Beatles, on savait que Paul avait un registre extrêmement varié, tellement varié que les distraits ne faisaient pas le rapport entre celui qui chantait Hey jude et Helter Skelter (il y en a encore qui croient que ce déluge de sons hystériques est chanté par Lennon). Ici, Mac s'en donne à coeur joie, changeant de registre à chaque morceau.

Pour les curieux, notons l'utilisation dans certains morceaux d'un mellotron, instrument tombé en désuétude que les Beatles avaient utilisé pour la première fois fin 66 lors des sessions d'enregistrement de Strawberry Fields Forever (c'était Paul qui jouait).

Cela dit, ne croyez pas que l'objet musical est le produit d'une technologie froide et complexe, au contraire ! Paul et Youth se sont donné le défi d'enregistrer chaque morceau en une journée, ce qui garde une fraîcheur et une sacrée pêche à l'ensemble.

Vous comprendrez que pour moi, cet album est définitivement le meilleur de 2008.

Nothing too much just out of sight

Voir les 3 commentaires

LA BLAGUE AU LUTIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-02-2009 10:32:36 - 2 commentaires

 
Les lutins d'Ecouves organisent un match de foot sur le terrain de la commune de Radon, en bordure de la forêt. Pour ce faire, ils se séparent en deux équipes : les rouges et les bleus.
 
Une fois le match terminé, ils vont faire une petite fête dans une salle au premier étage du troquet du village.
 
En bas, au bar, il y a le gars Marcel qui est là depuis bien deux heures et qui en est à sa cinquième bière.
 
Soudain, Marcel voit descendre un à un onze petits lutins habillés en bleu qui sortent ensuite du bar pour rejoindre la forêt.
 
A peine Marcel est-il revenu de sa surprise qu'il voit avec stupeur onze petits lutins habillés en rouge descendre puis sortir sans un mot.
 
A ce moment, il se penche vers le patron du bar d'un air intrigué et lui dit de sa voix pâteuse :
 
"Dis Roger, je ne voudrais pas t'inquiéter mais j'crois bien qu'y a ton baby-foot qui se fait la malle !"

Voir les 2 commentaires

LE LUTIN AU PAYS DES KORRIGANS

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-02-2009 01:04:01 - Aucun commentaire

 
Dimanche, il faisait beau quelque part...
 

 
 Devinez où !
 

 Pour le voyage, c'est par ICI

 

THE LUTIN STRIKES BACK EN BRETAGNE

Par Le Lutin d'Ecouves - 06-02-2009 19:53:13 - 14 commentaires

De retour dans la belle Bretagne
 

Youpi ! Je retourne en Bretagne ce week-end, le pays qu'aiment tous les Normands à moins qu'ils ne soient de très mauvaise foi.

photo organisation Glazig
 

Grâce au Trail Glazig, je vais retrouver tous ces gentils Kikous que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer. Quel bonheur !

Par exemple, je vais avoir le plaisir de retrouver Olycos, ce joli brun au physique de sylphide. Content de me voir, Olivier ?

Quand Oly est là, son alter Ego Benos n'est pas loin. Benos, c'est la gentillesse et la tendresse, la douceur et la générosité. Je sais qu'il m'aime !

A Glazig, je vais aussi avoir le plaisir de retrouver des trailers du Calvados comme Breizhman14 qui est ravi de me voir...

... ou encore Vetchar14 la quinqua qu'en veut au corps de déesse qui trépigne de joie à l'idée de me revoir enfin.


Mais Le Lutin ne vient pas tout seul, il arrive avec son Gourou Riah50 dont il suit depuis toujours les bons conseils, ce qui l'empêche de commettre des imprudences.

Bien sûr, le Mustang sera de la partie car il ne peut pas se passer de son ami Lutin.

 
 Quel beau week-end en perspective avec d'aussi excellents amis !

Voir les 14 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 2710378 visites