KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Avril 2017
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Avril 2017

UN AIMANT QUI A BONNE MINE

Par Le Lutin d'Ecouves - 21-04-2017 09:51:11 - 8 commentaires

 
Si je compte bien, cela fait quarante-trois ans que je fréquente la maison. Cette table de salle à manger, je l'ai bien souvent vue encombrée d'une machine à coudre Singer. Une belle-mère couturière, on ne sait pas à quel point ça peut être utile... 
 
Au moment d'épingler les ourlets avant la coupe du bas de mes pantalons, Cécile sort toujours la même boîte en fer qui contient le même aimant bien pratique pour faire le ménage après l'ouvrage. Une couturière, ça sème beaucoup et quand on est maman de cinq enfants puis nourrice à domicile, on ne peut pas se permettre de laisser des aiguilles sur le parquet.

"Tu ne sais pas d'où il est venu celui-là ?
- Ben non, je l'ai toujours vu dans votre boîte..."
Et elle me raconte.
 
En août 1944, ça avait bien tapé  en forêt d'Ecouves avant que les Allemands ne lâchent prise, laissant du matériel et tout un tas de munitions dans différents endroits. Perchés aux Montgommeries tout en haut de la montagne à près de 400 mètres d'altitude, Cécile et ses cinq frères et sœurs menaient une vie normale d'enfants ou d'adolescents de l'époque. Enfin, presque normale, c'était la guerre quand même.

A l'époque, les gamins n'avaient pas constamment le fil à la patte comme actuellement et ils jouissaient d'une liberté qu'on n'ose à peine imaginer. Une sacrée liberté pour apprendre la vie et aussi faire des bêtises.

Le petit Roger avait treize ans et il était déjà bien adroit. Il avait découvert un stock de mines anti-char allemandes de modèle Hafthohlladung. Ces mines pouvant percer 14 cm de blindage se posaient à la main sur les chars et étaient déclenchées par un détonateur à friction retard. Le pauvre bidasse qui avait réussi à poser la mine sur le blindé ennemi sans se faire écraser ni mitrailler avait ensuite 7,5 secondes pour prendre la poudre d'escampette. C'était rock and roll !


Or, ces mines, pour rester fixées aux chars, étaient pourvues de trois puissants aimants parallélépipédiques à la base comme on peut le voir sur cette photo :


Qui n'a pas été émerveillé dans son enfance par les propriétés magiques du magnétisme ? Le petit Roger n'a pas mis de temps à trouver comment démonter les aimants de ces mines et, comme il avait constitué un stock, il en a distribué autour de lui. Je ne pense pas que ses parents en connaissaient la provenance, ses frères et sœurs, si. 
 
Comme on a l'esprit pratique en Ecouves, chacun a trouvé une fonction à son aimant. Pour Cécile la couturière, ce fut "ramasse-aiguilles". Voilà comment un morceau de métal aimanté peut nous faire voyager dans le temps et l'Histoire...




Merci au forum "Les aigles verts" pour les renseignements sur les mines.
 
 
 


Voir les 8 commentaires

VERS UNE HERMÉNEUTIQUE QUANTIQUE

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-04-2017 08:39:55 - 23 commentaires


Le vingt et unième siècle, s'il connaît d'ores et déjà des bouleversements au niveau  de la compréhension phrénologique de l'appréhension sociale de la phénoménologie structurelle, a des grandes chances de subir une révolution techno-cognitive autrement plus prégnante en ce qui concerne l'application ingéniologique de la théorie des quanta élaborée par Max Planck dès le début du vingtième siècle.
 
Même si un grand nombre d'applications ont vu le jour très tôt comme l'effet photo-électrique très connu ou  l'effacement ailurophobe de Schrödinger moins connu, c'est bien dans les prochaines années que se prépare une véritable révolution trans-scientifique qui verra tomber bien des barrières dogmatiques au niveau de l'épistémologie sociale dont les méta-modèles sont en pleine expansion.

Mais c'est à l'étage humain que se situe la véritable révolution et c'est au niveau d'un nouveau structuralisme basé sur une phénoménologie sartrienne adossée au post-modernisme d'un Derrida ou d'une déconstruction à la Deleuze. L'eccéité même de l'homme du vingt et unième siècle pourrait bien voir entamer une montée en puissance de l’idiosyncrasie réifiante constitutive de la dégradation ontologique de la perception combinatoire. Pour preuve de nouvelles techniques comme le "Quantic Potential Measurement" maintenant utilisé dans la nouvelle administration américaine dont la preuve de l'efficacité n'est plus à faire. 

Les quanta (pluriel de quantum) et leurs applications fort nombreuses actuellement ont enfin permis d'éclairer le public sur la réalité de bon nombre de pratiques au niveau des sciences et de la médecine. C'est en reprenant les théories d'Heisenberg sur les similitudes entre le pont Einstein-Rosen et la contrafactualité du comportement des molécules d'eau (de l'infiniment grand à l'infiniment petit) que le professeur Benveniste a finalement trouvé le chemin le menant à prouver la véracité factuelle de la mémoire de l'eau, véritable acrasie intellectuelle et scientifique. Sans Max Planck ou Niels Bohr, l'homéopathie en serait restée au niveau d'une sympathique pratique empirique alors que, reprenant les travaux de ses aînés, Benveniste a mis en lumière l'aliénation entre les molécules et leur mémoire, un "trou de ver" quantique, une logique événementielle et statistique au niveau de l'infiniment petit.
 
Et si ce n'était qu'au niveau de l'eau...  Une acatalepsie partielle des sciences du vingtième siècle avait occulté bien des pratiques anciennes comme le Reiki  que Mitsao Usui remit au goût du jour et que de nombreux scientifiques japonais considèrent maintenant comme un véritable transfert d'énergies combinées propres à engendrer une modification chiasmique des propriétés corporelles. Combinée à une lithothérapie issue des dernières recherches sur le rayonnement quantique des cristaux, cette pratique révèle un autre homme et même un homme autre, une sorte de "Cogito alter ego sum".

Pour rester clair et concis, on peut juste noter que le principe d'intrication quantique explique enfin nombre de phénomènes jusqu'alors mystérieux et cela ne peut qu'engendrer une nouvelle pensée de décohérence structurelle qui attend ses nouveaux théoriciens comme ses futurs contempteurs. Une formidable bataille au niveau de l'aséité culturelle et morale est à venir. Espérons que se lèveront de nouveaux penseurs à l’éthologie organologique solide capables d'appréhender de manière globale un monde conceptuel aussi vaste que grandement ichtyologique.
 
 
 

Pour approfondir votre réflexion, un article passionnant sur le Blog de Tonton Gilles.

 



Voir les 23 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 2628586 visites