KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Janvier 2014
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Janvier 2014

ADIEU JULIE

Par Le Lutin d'Ecouves - 24-01-2014 21:27:04 - 9 commentaires


Nous v'là bien !


La semaine n'avait pas commencé dans le frais avec ce courrier reçu le mardi :
 

Bon, je comprends que depuis le temps, les types au ministère en avaient eu marre de moi mais tout de même, ça en fiche un coup dans le genre moisi. Faut pas exagérer, Jules Ferry, je l'ai à peine connu ...
 
Mais c'est pas tout ! Voilà t'y pas que j'apprends avec une stupéfaction teintée d'abasourdissement que cette même semaine, l'indétrônable Julie Lescaut allait connaître le même sort que moi. Il y a des jours où on ferait mieux de rester couché !
 

Ah Julie, passe-moi les menottes et fais de moi ce que tu veux ! Qui n'a pas rêvé d'être questionné par la rousse la plus pétante du PAF ! Bon, rousse c'est pas tout à fait vrai car, malgré le nettoyage systématique du net par Véronique Genest qui incarne la flamboyante commissaire, des collectionneurs enamourés possèdent encore quelques numéros du célèbre "Lui" du 1er mai 1981 dans lequel on ne peut que constater l'étonnante vérité : c'est une fausse rousse et une vraie brune que rien ne défrise, il n'y a pas à en douter !
 
 Autre révélation : elle savait lire

A l'époque, le choc de cette révélation fut rude, jugez-en donc : neuf jours après la parution de la revue où l'héroïne de Zola posait nue, le gouvernement Giscard tombait et les socialistes se jetaient sur la France le couteau entre les dents.

Mais laissons ici le corps con de Zola pour nous concentrer sur la seule vraie culture populaire qui en vaille la peine, j'ai nommé le commissaire Julie Lescaut. Julie, et bien sûr ses filles auxquelles elle fait la cuisine tout en arrêtant les tueurs en série entre deux séances de repassage. Bon, les filles sont régulièrement prises en otage ou agressées par des psychopathes mais c'est pas grave car Julie leur fait toujours un câlin et tout le monde se marre comme à la fin d'un épisode du commissaire Cordier (Ah, Pierre Mondy et ses polos Lacoste !!!).
 
 
Mais il ne faut pas croire que cette rousse est seulement une maman car si Véronique, Julie aussi ; et ses amants ne manquent pas même si elle garde une certaine tendresse pour Paul Lescaut son ex-mari qu'elle enterre quand même dans le dernier épisode, faut ce qu'il faut.

Un autre truc qu'elle a enterré ces derniers temps, c'est sa ligne. Pourtant, elle en avait fait des efforts, allant jusqu'à faire paraître un livre sur son dernier régime. 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Bon, trois ans après, Julie a baissé les armes et pris le yoyo en pleine figure comme en témoignent les derniers épisodes de la série :
 
 
Julie Lescaut, c'était aussi et surtout une galerie de personnages sympathiques comme le lieutenant N'Guma, bien pratique pour porter les courses et même remplacer la voiture de fonction du commissariat quand celle-ci est en panne.
 
 
Il y avait aussi le lieutenant Kaplan, collaborateur émérite que TF1 finira par licencier à cause de son vrai patronyme ; en effet, il s'appelait Renaud Marx.
 
Le copain de Kaplan et informaticien tout aussi émérite s'appelait Motta. Le gars n'était pas bien gâté par la nature mais il vous crackait un disque dur aussi vite que N'Guma vous bouffait un hamburger. 
 
 
Le Vincent Motta, il n'était pas bien gros mais ça, ça se comprend car il en subissait des vertes et des pas mûres avec les filles et ça lui tirait sur la mine.
 
Moi, j'ai rien dit ...

Mais, sincèrement, mon préféré c'était l'agent Léveil, le type qui ne comprenait rien et qui faisait gaffe sur gaffe, le Gaston du commissariat.


Même qu'un jour, il était tellement bête qu'il a arrêté le commissaire Lescaut en personne. La criiise !


Je pourrais disserter des lignes et des lignes sur les 101 épisodes de la série mais, après la mort de Motta dans le centième épisode et la retraite de Julie jeudi dernier, je n'ai plus d'énergie. Il faut dire que le décès du commissaire Cordier et l'éviction télévisuelle de l'inspecteur Derrick pour une peccadille de jeunesse m'avaient déjà bien entamé le moral. 

Et puis, je dois l'avouer, je suis né la même année que Véronique Genest et, en juin, je vais être à la fois grand-père et quasiment à la retraite à l'instar du commissaire Lescaut. Vous comprenez que ça m'en fiche un coup.

Julie, ses filles et sa petite-fille dans le dernier épisode du 23 janvier 2014
 
 
 
 
 
 

Voir les 9 commentaires

L'ART DU HAÏKU EN CM2

Par Le Lutin d'Ecouves - 22-01-2014 14:21:38 - 9 commentaires

En 2010, j'avais déjà étudié l'art du haïku avec des élèves de CE1-CE2 (7 et 8 ans) et cela avait donné des résultats surprenants, révélant chez ces petits une poésie insoupçonnée. Ayant un CM2 (10 à 11 ans) en cette dernière année d'enseignement, je n'ai pas résisté à l'idée de renouveler l'expérience avec des enfants plus mûrs.
 
Après une séance de lecture de haïkus classiques et modernes puis un cours sur ce qu'est le haïku, son origine et son histoire, j'ai demandé aux élèves d'en choisir deux et de les apprendre pour les réciter en classe durant quelques jours ; étape importante car ce type de poésie passe beaucoup par le ressenti et l'imprégnation.

 

Une séance de rédaction a suivi lors de laquelle j'ai demandé aux élèves de respecter la structure classique (5,7,5) dans la mesure du possible mais aussi d'exprimer ce qui fait le charme particulier du haïku : présence de la nature, de l'instant, de l'impression ...

Mise au propre sur ordinateur : pour des raisons d'esthétique, j'ai demandé aux enfants d'illustrer chaque production par un mot choisi dans le texte et traduit en japonais à partir d'un dictionnaire en ligne. Ultérieurement et dans le cadre du Printemps de Poètes en mars, les élèves vont produire des affiches en illustrant leurs poésies avec ces mêmes idéogrammes (Kanji) tracés au pinceau à l'encre de Chine ; ainsi je conjuguerai poésie, arts plastiques, informatique, histoire de l'Art et Géographie, la frime pédagogique en somme ...

Voici quelques exemples choisis parmi la soixantaine de Haïkus produits :

 

Les nuages me donnent
leur secret le plus précieux
ce n'est que de l'eau

 
 
Il pleut très fort
la ville est un poisson
un jour d'automne.

Assise dans la nuit
Une étoile filante
Éclaircit mon rêve

Elle me regarde
La lune est une reine
Je suis une étoile.

星空

 

 
Un grain de poussière
court après un ballon rouge
non, c'est un chaton noir !

子猫

 

Dans le ciel d'azur
Les nuages semblent danser
Avec le mistral.


Du feu dans la mer
Illumine la journée
Phénix arc-en-ciel

不死鳥

  


Le soleil se couche
L'année du dragon commence
Et le feu revient

Un aileron dans l'eau
Sous la pluie et sous la lune
Une grande bouche ouverte

Fleurs de la montagne
Un bon parfum d'été
Après-midi calme

 

Un mur invisible
Me prive de mon élan
Vers l'avenir.

 

 
La mer engloutit
Les marins et les bateaux
Pour soigner sa faim

 

 
Les étoiles blanches
Illuminent soudain mes yeux,
Embaument mon cœur.
星影
  
 
 
La lune dans ses yeux
Le reflet du soleil
Amplifie sa beauté.

健康美

 

Un petit bruit grandit
Doucement l'herbe refroidit
La pluie de retour.

Un jour, dans ma chambre.
Une ombre est apparue,
là, derrière le meuble.

自室

 
 
La pluie est tombée.
La terre l'a absorbée.
Et soudain, une fleur.

 

Les yeux se ferment,
un autre monde s'ouvre à nous
On l'attendait !

世界


 
Les aurores boréales
sont des fragments d'étoiles
qui regardent la terre

小片

 

Nuit de brouillard,
comme les larmes des planètes
qui nous entourent

Neige étrangère,
Incendie de poussière, 
Le film s'achève.

Les vagues éternelles,
Sur la plage le sable crisse,
Le vent chaud l'emporte.

 

Les feuilles rouges
tombent comme la neige.
L'automne est de retour.
 
 
 
 
 
 
 
 
Haïku de Basho (1686)
 
 
 

Voir les 9 commentaires

PAS D'HIVER SANS CROSS

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-01-2014 20:11:00 - 9 commentaires

Rappel pour les analphabètes des pieds, le cross c'est un truc qui se court en hiver dans la boue, le plus vite possible et la gerbe au bord des lèvres. Je ne compte plus les années passées à galoper comme un malade dans des champs impropres à la consommation du jogger dominical et je me demande pourquoi je continue à me poutrer ainsi la barbaque alors que je pourrais passer mon samedi tranquillement dans un fauteuil à regarder la télé en buvant des bières.
 
Pour la deuxième année, je fais les cross courts réservés aux  Juniors, V2 et V3 et je m'en porte très bien, la distance de 5000 à 6000 m me donnant les moyens d'exprimer toute ma hargne du départ aux derniers mètres de l'arrivée.
 
Le cross en graphique
 
 
Résumé du début de saison
 
Gesnes le Gandelin-2 novembre
 
 
Gesnes le Gandecrin plutôt ! Les gars d'Gesnes, pensant nous faire plaisir, ont transformé leur cross en mini trail avec des côtes à régurgiter ses poumons. J'inaugure ma nouvelle place au scratch de la saison : 14ème sur 66. J'ai perdu 3 ou 4 places par rapport à l'année dernière. A ce train-là, je devrais finir dernier entre 70 et 75 ans.

Nouveauté : ma chère épouse a décidé de courir sa première saison de cross pour fêter son accession à la retraite. Elle a ainsi découvert la gadoue, la douleur, la pugnacité et le vin chaud à l'arrivée ; toute la beauté du cross, en quelque sorte. Je suis très fier d'elle.


Montilly sur Noireau-11 novembre
 

Trop facile le terrain de ce cross au nord du département et c'est pas plus mal car il est situé entre mes marathons de Vannes et de La Rochelle. Une occasion pour moi d'obtenir mon meilleur classement V2 : 7ème. Il faut dire que l'éloignement de cette épreuve (1h15 de route) a découragé un certain nombre de camarades.
 
 Cerisy Belle Etoile-7 décembre
 

Décidément, ma Josette prend goût au cross sur ce terrain pentu et casse-cheville ! Ah, je suis 16 ème et 8ème V2, faut pas que j'm'endorme !

Alençon-11 janvier
 
 
Un peu poutré par mon début de saison et par mes 58 berges qui dataient de la veille, j'ai pris le départ au milieu du peloton de 65 concurrents et puis le naturel est revenu au galop et j'ai planté mes crocs dans le dos de chaque type qui me précédait pour terminer 14ème au scratch en m'offrant le luxe de finir au sprint au détriment d'un concurrent sarthois du club d'Allones. Ah, la bonne envie de vomir sur la ligne d'arrivée !

Satisfaction supplémentaire, ce cross FSGT servant aussi de départementaux FFA, j'ai eu le plaisir de voir deux de mes élèves accéder au titre de champion de l'Orne :
 
 
Antoine, que j'ai actuellement en CM2, a remporté haut le pied le titre chez les poussins grâce à sa gestion exemplaire, laissant ses camarades agoniser à distance. Brave petit.


Bin', qui a bien grandi depuis que je l'ai eu en CP, a littéralement décollé le peloton au deuxième tour pour remporter le titre en juniors.


Et la suite ?

Petite saison pour moi cette année, ayant manqué deux cross pour cause de marathon. Il me reste deux épreuves à courir en janvier et février en attendant 2014-2015 qui sera ma dernière saison en V2. Ce ne sera pas trop facile avec tous ces jeunes de 50 ans à peine qui arriveront  en cross court mais je vendrai chèrement ma vieille peau, c'est le moins que je puisse faire.

C'est bon la boue et la pluie !


Merci à NCAP et Lydie et Christian Coulange pour leurs photos


Voir les 9 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 2766892 visites