KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Août 2019
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Août 2019

ZOOMACHOLOGIE

Par Le Lutin d'Ecouves - 28-08-2019 13:10:00 - 6 commentaires


"L’homme se distingue des animaux surtout en ceci : il est le seul qui maltraite sa femelle ..." (Jack London)

Cette phrase quelque peu définitive prouve au moins une chose : à l'instar de Einstein qui était une buse en entomologie, London était une quiche en zoologie. En effet, nos amis les animaux si mignons et si naturels ne sont pas des saints, loin s'en faut ! Quelques exemples :

L'éléphant de mer de l'océan austral (Mirounga leonina)

Doté d'une imposante constitution, le mâle peut peser jusqu'à quatre tonnes alors que la femelle ne fait que de quatre cents à huit cents kilos. L'animal est particulièrement agressif et, au début de la saison des amours, les plus gros machos se battent parfois jusqu'à la mort pour constituer un harem.

Une fois le harem constitué sur la plage (parfois jusqu'à cent femelles !), le mâle dominant entreprend de s'accoupler avec tout ce petit monde. Las, le temps que Monsieur s'occupe de ses compagnes, des concurrents déboutés plus jeunes et donc moins massifs sortent de l'eau et se précipitent sur la file d'attente pour littéralement violer fissa ces dames avant de prendre la poudre d'escampette, ce qui ne laisse pas Monsieur sans réaction qui, s'il ne parvient pas à attraper l'impudent pour lui faire passer un mauvais quart d'heure, n'hésite pas à trucider la pauvre femelle en se jetant dessus pour l'écraser plutôt que de prendre le risque qu'elle porte une descendance autre que la sienne.

Comme toute loi, la loi de la nature peut être contournée, des recherches du début des années 2000 ont prouvé que nombre de femelles sont en fait fécondées en mer par des jeunes mâles, ce qui va dans le sens de plus de diversité génétique.
 
(http://fish-dont-exist.blogspot.com/2012/08/les-elephants-de-mer-sont-ils-si.html)

Photo Wikipedia

Flippant le dauphin (Tursiops truncatus)

Notre mignon dauphin n'est pas toujours le sympathique cétacé que l'on voit sur les écrans, loin s'en faut. Les chercheurs du Shark Bay Research Alliance (http://www.sharkbaydolphins.org/) ont mis en évidence le comportement pour le moins hooliganesque de certaines bandes de voyous des mers.

Ces mammifères marins très intelligents forment parfois des duos ou des trios de mâles durant leur adolescence et ces groupes restent relativement stables durant des années (plus de dix ans dans certains cas). Or, ces racailles des mers n'hésitent pas à enlever des femelles en les isolant, n'hésitant pas à donner des coups de queue, de tête et des morsures. Une fois la femelle isolée, elle est violée parfois pendant plusieurs mois et même échangée avec d'autres groupes car certaines bandes de mâles coopèrent entre eux (on a observé des "super alliances" allant jusqu'à quatorze mâles).

Non contents de pratiquer le viol, ces tristes sires peuvent être amenés à se livrer à l'infanticide comme l'indique une étude pratiquée en Virginie (https://www.jwildlifedis.org/doi/10.7589/0090-3558-38.3.505) où l'on a recensé un nombre important de jeunes dauphins morts sur les plages. Après dissection d'un certain nombre d'individus, il a été prouvé que les traumatismes ayant entraîné la mort étaient dus à d'autres dauphins qui frappaient ou lançaient en l'air les delphineaux, non pour jouer mais pour provoquer fractures et hémorragies internes dans le but de les séparer de leur mère. En effet, en tant qu'animal très évolué, le dauphin Tursiops reste longtemps avec sa mère, ce qui la rend non disponible pour la reproduction. Tuer les petits permet ainsi de remettre la machine sexuelle en marche... Ce comportement n'est pas généralisé mais peut arriver dans des zones où les femelles disponibles sont en nombre insuffisant.


(*Il est à noter qu'une étude récente de 2017 due à  la biologiste Dara Orbach a mis en évidence le caractère labyrinthique du vagin de la femelle dauphin qui est à rapprocher de celui particulièrement tortueux de la plupart des femelles canards dont la complexité oblige les mâles à avoir des pénis très flexibles dont la longueur atteint souvent 20 cm avec un record de 42 cm pour un canard argentin. Or les canards sont eux aussi connus pour leur brutalité lors des rapports sexuels.)


(**Le comportement de "bande" pour pratiquer le viol n'est pas l'apanage de l'humain ou du dauphin, j'ai moi-même observé à Marrakech où les félins sont légion, deux chats mâles qui coopéraient pour s'accoupler avec une femelle : l'un maintenant la chatte au sol en la mordant et en la fixant avec ses griffes et l'autre la pénétrant)



Photo Elegant walpapers

La loutre de mer (Enhydra lutris)

Qu'elle est mignonne cette louloutre, petite peluche qui nage avec son petit loutron sur le ventre. Elle, au moins, choisit librement son partenaire et c'est en connaissance de cause qu'elle se fait cruellement mordre lors de l'accouplement qui se fait dans l'eau, le mâle fixant la femelle avec ses dents pour qu'elle ne pivote pas. Les blessures occasionnées sont à l'origine d'un nombre non-négligeable de décès de femelles (10 à 11% chiffre compilé par les chercheurs de Monterey Bay en Californie.).

Mais même si madame est une adepte du BDSM, je ne pense pas qu'elle apprécie un autre comportement des mâles : on a observé certains voyous enlever des petits loutrons à leur mère et ne les rendre qu'en échange de nourriture. Comme quoi, le macho qui met les pieds sous la table n'est pas seulement humain.


https://www.dinosoria.com/loutre_mer.htm



Photo origine inconnue


Avis aux Brutos phallocrates et bas du front : Ce n'est pas parce que certaines espèces animales pratiquent le tabassage de leurs compagnes qu'il faut généraliser. Nombre d'animaux ont des rapports apaisés et très satisfaisants sexuellement des deux côtés, le sexe est même parfois une pratique apaisante de régulation sociale comme chez les grands singes. Alors, le prochain qui me dit que frapper sa femme c'est "naturel", je lui file une beigne !



Voir les 6 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 3358630 visites