KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Lutin et billevesées
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Dans la catégorie Lutin et billevesées

BELLE-ÎLE EN JUIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 27-06-2016 13:50:08 - 5 commentaires


Intense outremer
Émeraude et rochers noirs
 Une île au printemps
 
 
 
 
 
 Photos prises du 13 au 18 juin à Belle-Ile-en-Mer
 
Musique : Loreena McKennitt
 

Voir les 5 commentaires

IMPRESSIONS DU BOUT DU MONDE

Par Le Lutin d'Ecouves - 23-05-2016 21:39:07 - 4 commentaires

 
Décidément, le printemps ne veut pas s'installer en Normandie... partons vite au Bout du Monde pour y trouver un peu de lumière.
 
 


Ici, au moins, il ne pleut pas, les pollinisateurs ne chôment pas...

Ancistrocerus trifasciatus

 ... les libellules sont de sortie...

Calopteryx virgo (femelle)
 

 ... et les papillons paradent déjà :

Papilio machaon

Pararge aegeria

D'autres travaillent déjà à la prochaine génération :

Timarcha tenebricosa

Ici, contrairement aux idées reçues, pas de granite mais des grès et parfois des roches volcaniques.
 
 Pillow-lava
 
Cela donne par endroits une petite impression méditerranéenne :
 

Quatre-vingt-dix kilomètres de randonnée en sept jours...
 
 

 ... et des tas de sites spectaculaires plus tard, nous terminons notre séjour au bout du monde...

Fort des Capucins

... sur la presqu'île de Crozon, en Bretagne. 


Photos prises entre le 10 et le 17 mai 2016

 

 

Voir les 4 commentaires

TROIS MOMENTS IMPERCEPTIBLES

Par Le Lutin d'Ecouves - 28-03-2016 18:02:43 - 5 commentaires

 
Les doux replis de l'aube
Ont gardé souvenir
De longs instants liquides
Où tout se confondait
 
 
 Face aux sables du temps

L'écho nacré de ses songes

A courbé l'échine ancienne

De mes certitudes
 
 
Jamais je n'ai cru l'hiver

À l'abri des combes humides

Entouré d'odeurs d'aurore

Et de pensées sylvestres
 
 
 

Voir les 5 commentaires

RANDOS EN CHAMPSAUR ET VALGAUDEMAR

Par Le Lutin d'Ecouves - 06-10-2015 11:49:35 - 8 commentaires

 
Pour un Lutin de la forêt d'Ecouves, ce genre de paysage reste assez inhabituel... Si vous aimez les grands espaces et si l'absence de chênaies-hêtraies ne vous dérange pas, veuillez me suivre dans deux petites balades dans les Alpes.


Plateau de Charnière
 

En partant du village de Prapic (et non priapique), nous avons opté pour le sentier à droite du Drac noir qui nous fait grimper assez rapidement sur les alpages.
 
 Y'a du gaz, Mustang !

J'apprends par le Mustang un peu nerveux que l'animal le plus agressif du coin, ce n'est pas le loup mais bien le patou gardien de moutons qui n'hésite pas à bouffer un touriste de temps en temps.


Coup de bol, pas de troupeau dans le coin, nous allons pouvoir pique-niquer en hauteur face à un panorama grandiose...


... tout en observant les habitants du coin qui nous sifflent de temps en temps.

C'est pas poli de siffler les gens !



Arrivée au Saut du Laire dominé par le Mourre Froid (2993m) et retour par le chemin bas le long du Drac...


... non sans admirer une dernière fois les sommets entourant le plateau.



Lacs de Pétarel
 
 
On en profite du soleil aux Andrieux car dans cet endroit du Valgaudemar, il disparaît entre novembre et février durant cent jours car la vallée est très encaissée.


La montée à partir des Andrieux commence par une forêt de sapins au terrain caillouteux. Les pancartes annoncent 3h00 de montée et c'est au moins ce qu'il faut pour escalader cette pente très raide aux innombrables lacets. Je déconseille d'y emmener sa grand-mère ou alors de jeunes grand-mères comme ma Josette et Mme Mustang.


Si l'on ne voit pas grand chose dans cette sombre forêt, on peut cependant y admirer des nids de formica rufa de plus d'un mètre de haut.


Après bien des efforts, nous débouchons de la forêt. Nous serons dominés et suivis jusqu'au bout par l'imposante silhouette de l'Olan (3564m).


 La température devient fraîche et les places à l'ombre recèlent des plaques d'eau gelée malgré le grand soleil. Certains passages s'avèrent délicats mais tout à fait surmontables si l'on n'a pas le vertige car jusqu'au plateau des lacs, on continue de voir le fond de la vallée situé pratiquement mille mètres plus bas.
 
 Faut pas gisser, c't'un peu pentu...
 
 
 
Un premier petit lac puis c'est la merveille :
 
 
Nous sommes à plus de 2100m. Il est 14h00 et nous pique-niquons enfin dans ce cadre unique. 


Repos en Dévoluy

Après ces deux journées intenses de randonnée, nous avons franchi le col du Noyer...
 
 
... puis passé une journée de repos dans les alpages  plus accessibles du Dévoluy, admirant les vols des vautours au son tintinnabulant des cloches des brebis.
 
Lutin: "Hé, c'est où les toilettes ?
 
- C'est par là !"
 

Voir les 8 commentaires

SIX HAÏKUS ET TANKAS LIBRES COMME L'AIR

Par Le Lutin d'Ecouves - 06-09-2015 16:12:38 - 2 commentaires

 
 
Bruissement d'écailles
La brindille remue à peine
Puis se fond dans l'herbe

 

Chaleur et oubli
Oiseaux enfuis, vents figés
Saison infinie

Ciel blanc, abeilles enfiévrées
L'automne est derrière la porte


Peau luisante et douce
Dans sa prison de dentelle
Promesse sucrée

鬼灯


Dans les coquillages
Le vent aux songes nacrés
Retient l'océan

Sa peau aux perles d'été
A une odeur d'infini


貝類



 Ses pas sur la neige
Effleurent la peau de l'hiver
Crissements ouatés


白雪

 

Saison paresseuse
Sur l'herbe couleur pain d'épices
Le merle s'attarde 


Éclair gris surgi de l'ombre
La mort frappe, le chat s'amuse 



Merci à Tonton Gilles de m'avoir lancé ce défi poétique.
 
 
 
 

Voir les 2 commentaires

OÙ EST-IL ?

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-08-2015 14:11:41 - 2 commentaires

 

À l'ombre d'un hiver délictueux
Nous riions de nous-mêmes
Oublieux de la fraîcheur des villes
Soucieux de nos serrures intimes


Solidaires face au vent de l'effroi
Nous avions cru nous réchauffer
Nous n'avons fait que nous mirer
Dans notre source d'incertitude
 
 
 

Voir les 2 commentaires

DANS LES BRUMES DU LUTIN MARITIME

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-06-2015 19:53:01 - 2 commentaires


Sept petits poèmes lancés par-delà les océans...
 
On a leaf bed
I'm looking beyond me
Bright shapes, dark shades
 
The Sun is mourning again
Your letters flow like drunk fishes
 
 
L'hydromel de ses sens
Enchaîne mon esprit
Au dehors
 
 
Ce ciel de soie assoupie
A endormi le souvenir
De nos matins coruscants
 
 
Et la mer emporte
Les cristaux endormis
Du sel de nos amours mortes
 
 
Comme une fugue
Aux notes évanouies
Je l'attends

Au cœur du chant de pierre
Sa réflexion se trouble
Puis vient mourir
Sur des rives anciennes
 
 
Dans le bleu de ses yeux
Je n'ai pas trouvé l'amour
Mais la chaleur farouche
D'un ciel sans nuages
 
 
¿ Qué contestan las horas
Desvanecidas en el azul
El calor de una mirada,
La fragrancia de un presente ?
 
 
 
 
Merci à lutinalamer pour l'inspiration
Merci à Camomille pour l'aide en espagnol
 
 

Voir les 2 commentaires

A LA RECHERCHE DE LA FEMME ENT

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-04-2015 21:14:55 - 2 commentaires

 
J'ai demandé à la lumière du Dieu des hommes,
 
 
 
J'ai demandé à la femme au visage usé par ses cris,

 
J'ai demandé au chien pétrifié avant que tombe le funambule,


 J'ai demandé aux racines qui chantent dans la pierre,

 
J'ai demandé à l'ombre du souvenir de Sylvebarbe.


Seule la rivière m'a répondu :
 
"Lève les yeux et rêve ; la femme Ent t'apparaîtra dans toute sa grâce de gazelle de branches et de feuilles, de reflets et de bel orgueil, de doux regard et de beauté."


Photos prises à Alençon le 12 avril 2015

Voir les 2 commentaires

UN MONDE SANS FIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 26-03-2015 18:49:53 - 3 commentaires

 
 
Parfois, hors du temps, loin de ses lares
Il arrive que le voyageur s'égare
 
 
Sur des chemins mentaux, bleus et givrés
Sur des rivages au vent d'éternité
 
 
La vie s'arrête alors, instant véritable
L'avenir s'évanouit là, sur le sable
 
 
La lumière se fige, le regard fuit
L’univers t'appartient, tu es la Nuit 

 
La Vie s'éprend du chemin, du voyage
 Le monde s'apprend, est-ce cela être sage ?



Merci à ma Josette d'avoir joué le rôle du voyageur.
Clichés pris dans la Manche du 21 au 23 mars 2015 à Bricqueville-sur-Mer, St Germain sur Ay et à la Pointe du Grouin du sud.



Voir les 3 commentaires

ÇA VA MIEUX !

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-03-2015 19:48:12 - 5 commentaires

31 octobre 2014
 

Quel beau temps ! Une petite balade à Arromanches avec ma Josette s'impose. L'avantage avec la côte normande, c'est qu'on n'est pas les uns sur les autres, a fortiori la veille de la Toussaint...
 
 
Pendant que mon épouse se perd en conjectures sur la composition de tel ou tel minéral, je me dis que les minéraux, je les grimperais bien. Eh oui, depuis tout petit, enfin encore plus petit que maintenant, dès que j'ai vu un grand truc, j'ai eu envie de monter dessus pour voir. Dépourvu de vertige, j'ai toujours aimé grimper sur les toits,  aux arbres ou sur les modestes reliefs de ma région.
 
 
Yes, le Lutin surplombe la plage après avoir grimpé la moitié d'une falaise pourrie mi-calcaire mi-papier mâché. Pas moyen d'aller plus haut mais je suis content de surplomber le monde, oubliant que j'ai presque 59 berges et qu'il faut redescendre.
 
 
Tiens, je viens de faire une chute de trois mètres avec un élégant atterrissage sur le dos. Un surplomb en terre m'a arrêté à un mètre d'une barre rocheuse. J'essaie de me lever... ben non, on va attendre un peu. Au bout de vingt minutes, je finis par me redresser pour descendre sur la plage et rejoindre ma femme qui n'a rien vu. "Bon, ben on va se les manger ces moules ?"

Pendant le repas, je lutte pour ne pas défaillir, n'osant pas m'ouvrir à mon épouse de mon aventure dont l'imprudence le dispute à la gaminerie.


L'après-midi, la balade se fait le bras gauche en feu et l'épaule froissée comme la tôle d'une voiture accidentée. Bizarrement, je ne cherche plus à grimper les falaises rencontrées d'autant que je vois ici et là des avis indiquant la dangerosité de certains sites. Ah bon ?
 
Quelle belle journée ce fut, et quelle nuit de chi.... Pas moyen de fermer l’œil.
Au bout de quelques nuits de torture, je vais voir mon médecin qui constate que mon bras gauche ne sert plus à grand chose. Il me prescrit des anti-inflammatoires et des investigations radiologiques.

Comme je suis têtu, je prends les anti-inflammatoires et ne vais pas passer les radios. Résultat, je me retrouve avec un bras toujours en vrac et des intestins en bazar ! Y'a plus qu'à prendre de l'anti-diarrhéique.



Je ne vous dis pas les débuts de ma saison de cross... avec autant d’atouts de mon côté.
 
Photo Lydie-Christian Coulange
 
Avec ça, j'ai fait des classements de m...

Au bout de trois semaines, j'ai fini par aller les faire ces investigations radiologiques. Eh bien, j'avais rien de cassé mais le gars m'a dit qu'il y avait du boxon au niveau des tendons, cela étant évident à l'échographie.
 
 
"Vous voyez, là l'extrémité distale du sous-épineux gauche est hétérogène, c'est évident !
- Ben oui docteur, je vois bien euh..."
 
Il n'y avait plus qu'à attendre que ça se guérisse et ce fut long, mais long ! Trois mois à glacer trois fois par jour et à bouffer de la codéine pour supporter la douleur tout en continuant le sport et mes exercices de musculation de grand-père consistant à porter une petite chérie qui a atteint les dix kilos pour ses neuf mois. Yes ! 

Codéine, ça vient de kôdé !e nom grec du pavot.
C'est d'la bonne !
 
Le printemps arrive et la douleur a presque totalement disparu. Je peux maintenir un bébé du bras gauche s'il ne gigote pas trop, je n'arrive pas encore à lever le poing pour chanter l'Internationale mais je peux faire un bras d'honneur. Ouf !


  Promis, j's'rai plus prudent !
 
 
 
 

Voir les 5 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.14 - 2350988 visites