KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Course à pied
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Dans la catégorie Course à pied

CORONENTRAÎNEMENT

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-03-2021 19:27:35 - 7 commentaires

En ces temps viraux 😷, il faut trouver des moyens pour se motiver à courir comme s'inscrire à des compétitions qui n'auront pas lieu. Je me suis donc inscrit :

A Alençon-Médavy en mars Raté !
Au marathon de Cheverny en avril Encore raté !
Au Trail du Périgord en mai Toujours raté !
Aux 100 km de Millau en septembre Avec le masque ?
Au marathon de La Rochelle en novembre A moins d'un variant Serbo-Croate...

Début février, j'ai conçu un plan marathon de neuf semaines pour Cheverny synchronisé avec celui de ma copine Magali inscrite au marathon de la Loire ayant lieu à Saumur début mai Raté aussi ! Nous partons tous deux sur un chrono de 3h45 c'est à dire sur une vitesse marathon de 11,2 km/h (11,3 en tenant compte des ravitos). Nous nous sommes juré d'aller jusqu'au bout.

A cause de ce 😡😡😡 de couvre-feu, les occasions d'entraînement en commun se font plus rares et je dois parfois courir seul la matin ou l'après-midi, ce qui est facile pour un retraité alors que Magali ayant vingt ans de moins doit jongler avec ses horaires de boulot (ce kiné pas simple !). Exemple de semaine de stakhanoviste :

Samedi

 

 

Magali et moi sommes accompagnés de Béa, Fab et Stéphane pour cette séance de long du samedi (allant d'1h30 à 2h15). Cette quatrième semaine, c'est relâche et donc seulement 1h30min pour 16,5 km dont 2x5000m à vitesse marathon (Alençon-Alençon en passant par la campagne de l'ouest). Comme d'habitude je passe mon temps à ralentir les filles dont l'instinct de cross-women reprend vite le dessus.

Dimanche

 


Malheur de malheur ! Depuis le début de l'épidémie, nous avons scindé les Trailers d'Ecouves en petits groupes. Accompagnés de Josette ma chère épouse, de Patricia, Brigitte et de Manu le Diable, Magali et moi effectuons la sortie la plus lente de la semaine histoire de faire du volume : 17,5 km en 2h40 en forêt d'Ecouves avec moins de 500m de dénivelé. Belle balade conclue par une bière au cul de la bagnole faute de bar ouvert... 

Lundi

 

 

Petite récup de 7 km en 49 min. Devant aller chercher Arielle à son école, Papy tourne dans le quartier de Lancrel entre 15h et 16h. Quand on vit depuis 65 ans dans la même région, on connaît tous les coins bucoliques d'Alençon comme ce moulin des Châtelets situé sur la Briante qui descend d'Ecouves et se jette dans la Sarthe en centre-ville. J'ai ensuite le plaisir de récupérer ma petite chérie qui termine son CP dans cette même école où j'ai enseigné durant 19 ans.

Mardi

 


J'ai pris l'habitude depuis un moment de suivre la Sarthe pour mes entraînements solitaires, la municipalité ayant dégagé des kilomètres de promenade le long de cette rivière dont un gué est historiquement à l'origine de la ville. Toujours très cool, 8,3km en une heure. J'apprécie particulièrement la nouvelle promenade de la Fuie des Vignes récemment dégagée dans cette zone humide Natura 2000 située à moins de 1000 m du centre-ville. 

 

Mercredi

 


Toujours fidèle, Katia est au rendez-vous du mercredi depuis 2014. Traditionnelle séance d'AS21 : 6x1000m à 12,5 - 13 km/h. Nous côtoyons de pauvres lycéens contraints de faire de la course dans le froid faute d'utiliser leur gymnase. Les malheureux dont certains courent avec leur manteau se font décoiffer à chaque tour par une femme qui pourrait être leur mère et un vieux qui pourrait être leur grand-père. Au total avec l'échauffement et la récup, 15 km parcourus et 1h30 en comptant les arrêts.

Jeudi

 


Couvre-feu oblige, la séance collective du jeudi soir est suspendue jusqu'à nouvel ordre. Mon groupe de piste constitué en majorité de magnifiques athlètes quadragénaires et nonobstant féminines me manque... Même trajet que la veille, je passe ainsi par l'usine Moulinex, maison mère de l'entreprise liquidée en 2001. Les bâtiments ont en grande partie disparu, est surtout visible au loin la "cathédrale", bâtiment historique, ancienne corderie qui abrita le premier atelier "Moulin-Légumes"dans lequel ma grand-mère fut embauchée en 1937.
La piste de la Plaine des Sports est déserte.  3 séries de 500 (300), 400 (200), 300 (100)m. Très dur quand on est seul, je peine à décoller du 15 à l'heure alors que la semaine dernière, Magali alors en congé m'avait poussé à 17,5 à chaque fractionné. Misère de misère, tout seul en plein vent sur la piste, je peine à atteindre la vitesse sur 500m que je tenais sur 10km il y a 15 ans. Faut pas vieillir ! 13,3km tout compris mais les pattes en compote.

Vendredi

 


L'avantage quand on habite une préfecture de 25 000 habitants, c'est qu'on se retrouve vite dans la nature. Je pars vers l'est pour franchir la Sarthe à 1000m de chez moi. Vu les deux séances précédentes et celle de demain (2h15 de long dont 12km à 11,3 km//h), ce sera de la balade à 9 à l'heure. Une heure et huit minutes pour 10,5 km dans la campagne cette fois sarthoise. Alternance de chemins et petites routes, ce n'est pas que j'apprécie cette solitude imposée du coureur de fond mais je la supporte. Un compagnon impromptu sort à un moment d'une entreprise de BTP : l'énorme chien de garde a profité du portail ouvert pour me courir derrière. L'avantage quand on est un Lutin, c'est que l'on comprend le langage des animaux. Ce mastard-là, inutile de lui crier dessus. Je lui donne ma main à sentir et je le caresse tout en lui disant "Bon chien". Je marche, cependant, accompagné par le molosse qui fait consciencieusement son boulot. Il m'accompagne une centaine de mètres puis je lui dis de retourner voir le maître, ce qu'il fait, apparemment content de lui. Je termine en rentrant dans mon département de l'Orne, traversant à nouveau la rivière Sarthe.

Au total 88,1 km sans véritable fatigue. Un entraînement que je ne proposerais pas à un débutant mais dont l’alternance de séances dynamiques et lentes me permet de garder de l'endurance à défaut de vitesse et surtout la tête hors de l'eau face à cette sombre époque rythmée par le virus, le repli sur soi et la décohérence sociale faisant de nous des chats ni vivants ni morts.

 

Voir les 7 commentaires

CORONAVICROSS

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-11-2020 13:04:29 - 3 commentaires

Ça avait commencé presque normalement. Enfin presque... il avait quand même fallu renoncer au marathon de la Rochelle qui venait d'être annulé alors que le plan d'entraînement dédié venait juste de débuter. Qu'à cela ne tienne, le plan avait été maintenu jusqu'au bout à la demande de mes partenaires, histoire de garder la forme. Et puis, hors de question de reconfiner nous assurait-on en plus haut lieu.

Gestes barrières, distanciation, limitation des regroupements, gel hydroalcoolique (mélanger eau et alcool, quelle horreur !), nous on voulait tout bien tant que nous pouvions courir au moins notre saison de cross.

Le cross c'est une longue histoire, notre ADN, la base racinaire de notre discipline, j'allais quand même pouvoir pour ma sixième saison V3 en découdre sans perdre ce fil sportif qui me raccommode à la vie, me faisant oublier le temps qui passe. Le temps qui passe...
 
Rânes 2008 (Mustang, Allain, Lutin)
 
 
L'année précédente, nous avions enfin touché nos nouveaux maillots de l'AS Enseignants, les anciens nous arrivaient à mi-cuisse et nous donnaient l'air de ploucs emblousés. Trois quinquagénaires en pleine forme sur cette photo et une saison de cross à couteaux tirés entre moi et le Mustang lors de laquelle la poudre parla et le sang coula pour de rire. Allain ne court presque plus et le Mustang s'en est allé. Il y a de quoi se la prendre et se la mordre mais elle peut encore servir donc je vais m'abstenir. Et puis j'ai toujours détesté la nostalgie.

Rânes 2020 (Photo Marie Léveillé)

Masque au départ, masque à l'arrivée, vu le temps brouillasseux bien humide, je me mets une serpillière sur le nez une fois la ligne d'arrivée franchie. Incroyable, je finis 4/26 V3 alors que j'arrive à 65 berges. Toujours la même hargne, toujours la même méchanceté et ce coup de tête vers l'arrière en fin de parcours pour m'assurer qu'un paltoquet mal intentionné ne cherche pas à me provoquer au sprint. Je ne suis pas le meilleur mais je suis le plus vindicatif. Pandémie oblige, pas de regroupements et pas de vin chaud à l'arrivée. Tout fout le camp ! Je m'enfile deux bière au cul de la bagnole en me disant qu'il me restera six cross pour digérer cela.

Ben non, quelques jours après, un type avec une tronche de premier de la classe nous annonce qu'il va falloir regagner nos pénates et nous contenter de courir autour du pâté de maison une heure par jour. Enfer et tartemolle, je venais d'étrenner une nouvelle paire de pointes de cross qui était assortie avec mon vieux maillot que je traîne depuis 13 ans ! Plus de copines, plus de piste, plus de forêt !

On va être sérieux et se conformer à la Loi, il faut dire qu'il y a quand même trois personnes en réanimation dans mon département. Je rechausse donc mes running et cours à nouveau mes 10,5 km quotidiens autour de chez moi. Je crois que je vais quand même me la prendre et me la mordre...



Voir les 3 commentaires

BILAN ANNUEL

Par Le Lutin d'Ecouves - 31-12-2019 16:36:21 - 9 commentaires


Une fois n'est pas coutume, après 25 ans de course à pied, je m'amuse pour cette année 2019 à faire un petit bilan chiffré, histoire de voir où mes pieds m'ont mené...
 
D'abord les données brutes fournies par mon GPS :
 
 
On remarquera le nombre d'activités supérieur d'une unité au nombre de jours de l'année. En fait, à part exception, je ne fais aucun sport le lundi, j'ai donc parfois deux activités par jour, souvent marche nordique + course à pied.
 
La répartition :
 
Course à pied : 250 activités pour 3605,99 km
 
Marche nordique : 116 activités pour 1097,78 km

(Dénivelé total : 68 081 m)
 
 
Bilan physique :

Aucune blessure cette année ; de plus, mes hallux valgus (déformation des bases des deux gros orteils) m'ont enfin laissé tranquille : merci à Katia qui m'a appris de savants bandages des pieds à effectuer quand l’inflammation se pointe et merci à moi pour avoir toujours refusé l'opération des pieds en partant du principe qu'un lutin, ça ne s'ouvre pas (ou alors aux autres...).

Toujours au niveau physique, même si la forme était moyenne en début d'année, elle n'a cessé de s'améliorer une fois que j'ai trouvé un équilibre d'entraînement entre 75 et 100 km par semaine (avec un pic à 120) répartis entre 70% de course et 30% de marche.

Bilan compétitions :
 
Au niveau compétitions, j'en suis certainement à mon niveau le plus modeste avec 19 épreuves (à 50 ans, j'en courais le double) : 7 cross, 7 trails (dont un de 64 km), 4 courses sur route (dont un marathon et un 100 km) et un 24 H dans lequel j'ai battu mon modeste record de distance avec 127,73 km. Le total des kilomètres en compétition étant de 503,49 km. Au niveau performances, l'érosion prévue se poursuit et je peux maintenant juste espérer 45 min sur 10 km et 3h45 au marathon. Par contre, je n'ai rien perdu sur les 100 km de Millau en 5 ans puisque mon chrono 2019 est le même que celui de 2014. 
La nouveauté en compétition, c'est que, en allant un peu moins vite, je termine chaque fois assez frais comme à Millau où je suis reparti à mon gîte à pied ou au Trail des Châteaux de la Loire lors duquel j'ai maintenu un rythme de 9 km/h du début à la fin.

Entraînement

La semaine type hors compétition :
Lundi : Je m'occupe de mes petites-filles en compagnie de mon épouse pendant que leurs parents font du sport.
Mardi : Sortie jogging avec des membres du tennis-club d'Alençon. Comme ce sont des bourgeois, je fais profil bas et ne joue pas au lutin.
Mercredi : AS21 avec Katia : 3,5 km d'échauffement, entre 5 et 8 X1000 m à 13 km/h sur piste puis 3,5 km de retour au calme.
Jeudi : Fractionnés sur piste avec les copines : 3,5 km cool puis la fête entre 15 et 18 km/h puis 3,5 km re-cool. Ce qui est nouveau ici, c'est que je m'astreins à limiter la vitesse maximum à 17/18 km/h et même souvent de me contenter de 16 à l'heure contrairement aux 20 km/h d'il y a quelques années ; j'évite ainsi les blessures et de la fatigue musculaire, ce qui me permet de démarrer l'entraînement suivant moins de 12 heures après celui-ci.
Vendredi : Entre 2 et 3 h de trail en Ecouves seul le matin. Marche nordique 2h00 avec la FSGT l'après-midi.
Samedi : Marche Nordique 2 à 3h00 avec mon épouse et des copains et copines (surtout des femmes) en Ecouves.
Dimanche : 1h30 de trail en Ecouves avec mon épouse et des copines puis 1h00 de plus seul.
 
 
J'ai 64 ans dans pile 10 jours et je vais devoir chaque année adapter mes activités à l'usure du temps. Ce bilan peut à certains paraître déraisonnable mais il est le fruit de l'expérience de 25 années de course à pied (après 25 années de Judo) mais aussi de ma pratique d'entraîneur bénévole de copines, ce qui m'a obligé à réfléchir sur les dangers et les bienfaits du sport, les seconds l'emportant largement sur les premiers.


 Bonne année 2020 !
 
 
 
 

Voir les 9 commentaires

MAIS POURQUOI EST-IL SI MÉCHANT ?

Par Le Lutin d'Ecouves - 29-10-2019 10:55:20 - Aucun commentaire

 

On peut vraiment se poser la question comme lors du Cross de Rânes : ICI.


UN MONDE 100 BORNES

Par Le Lutin d'Ecouves - 04-10-2019 22:18:45 - 4 commentaires

Un marathon et deux courses en côte, Millau c'est plus qu'un 100 km, c'est un voyage dans un monde sans limites...


Mon récit ICI.




Voir les 4 commentaires

LES CAILLOUX C'EST PAS LE BAGNE

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-09-2019 16:23:03 - Aucun commentaire

 

 

Le Lutin ne casse pas des briques et ne veut pas faire carrière mais quand il y a une course sympa parmi les cailloux et que c'est pas le bagne, il y va.

 

Le Récit de la Cailloutine ICI.

 

LA VIE DE CHÂTEAU

Par Le Lutin d'Ecouves - 14-04-2019 20:42:23 - 1 commentaire

 

 


Au pays du bon roi François, Thierry d'Ecouves a défouraillé comme un blaireau lors d'une bien agréable feste à courre durant seize lieues.


Le récit ICI.



 

Voir le commentaire

ON A LES MONTAGNES QU'ON PEUT...

Par Le Lutin d'Ecouves - 13-08-2018 21:20:57 - 8 commentaires


Ben oui, quand on vit près du point culminant de la Normandie (Signal d'Ecouves 413 m), ce n'est pas toujours facile de trouver des terrains pour préparer des trails en montagne. Or, Katia et Sandrine accompagnées du grand Jéjé préparent la fameuse Diagonale des Fous avec ses 165km et surtout ses 9500m de dénivelée positive. 
 
Habituellement, nous arpentons les pentes d'Ecouves, c'est ce que l'on a de plus pentu cheu nous mais ce beau samedi d'août, nous avons choisi les pentes bien raides de St Léonard des Bois, un joli village sarthois situé à 20 min d'Alençon.
 
 4 août 2018

Nous sommes cinq : Katia, Sandrine, Jéjé ainsi que Thomas qui est chargé de faire la trace, sans oublier le Lutin qui fait des photos. Il est 8h30 sur le parking de la Cave à Bière, le soleil se pointe sur le Haut Fourché, une des deux collines qui enserrent la vallée de la Sarthe. C'est justement cette pente raide que nous empruntons sur le champ pour débuter la balade.


Arrivés en haut de la colline, nous basculons vers St Céneri le Gérei situé dans l'Orne mais toujours sur les rives de la Sarthe. La descente du chemin des Gaulois est périlleuse mais l'arrivée au village vaut le coup d’œil :
 
 
Le coin est magnifique mais nous ne nous attardons pas, nous dirigeant vers le Moulin de Trotté, faisant une très brève incursion dans le département de la Mayenne lors de la traversée du Sarthon. Un entraînement couvrant trois départements, ça en jette...
 
 
A chaque fois que l'on s'éloigne du cours de la Sarthe, il faut à nouveau grimper les falaises de grès armoricain par des chemins de terre parfois hérissés de rocs et de racines. Le soleil donne...


Le but de la manœuvre c'est de faire un maximum de dénivelée, nous descendons à nouveau dans la vallée pour grimper aussitôt la colline située au-dessus du Gasseau dont nous apercevons le pierrier. Une première grimpette parmi les brandes sur un chemin au tracé symbolique plus emprunté par les suidés que par les humains.


Nous descendons ce que nous venons de monter puis c'est l’escalade par une autre voie de la même colline : un de ces fameux pierriers de grès avec ses blocs instables et ses vipères grincheuses. Ces pierriers typiques de mon pays, je les connais bien et je grimpe celui-ci en peu de temps, sachant qu'il se forme d'à peine visibles chemins en lacets que seuls les anciens lutins peuvent percevoir. Je me moque un peu de mes camarades qui trébuchent, c'est de bonne guerre...


Au sommet, la vue sur la Sarthe et la plaine est sublime. Il fait très chaud et chacun ruisselle, un ravito s'impose. Nous descendons ensuite vers la cluse de St Léonard pour gravir le Haut Fourché pour la deuxième fois. 


Une fois de plus, nous passons par des chemins qui n'ont de chemin que le nom... 


C'est au sommet du Haut Fourché que nous passons ma Josette et sa copine Annick qui arpentent le site en mode marche nordique. Rendez-vous est pris pour la bière mais il faut encore descendre pour monter l'autre lèvre de la cluse : le Narbonne coupé en deux par la vallée de la Misère. Mes souvenirs d'escapades adolescentes me reviennent sur ces pentes à la végétation méditerranéenne : le Narbonne si raide à monter, la descente vers l'ardoisière et ses pentes glissantes de schistes du Pissot, l'énigmatique mare sombre de la carrière, la vallée de la Misère et ses racines si nombreuses et sinueuses, la remontée puis la descente acrobatique vers le moulin de Linthe. 


Ce devrait être le dernier mur à monter mais zut alors, nous n'avons pas encore rempli notre objectif temps. Nous arrivons bientôt au pont mais Thomas a la bonne idée de nous faire traverser la Sarthe à gué.


 En ces temps de canicule, l'eau est presque chaude mais elle délasse quand même les muscles. C'est les pieds trempés que nous abordons la dernière difficulté : la re-re-grimpette du Haut Fourché et de ses 100m de dénivelée par rapport à la rivière. J'ai une idée subite : nous allons faire cette dernière montée en la courant en intégralité, histoire d'avoir le cœur au bord des lèvres au sommet. Floc, floc, les chaussures trempées attaquent la pente. Les garçons s'envolent,  je me fais mal pour rester avec Sandrine qui, avec ses 42 kilos, n'a aucun mal à escalader le site. Plus lente mais incroyablement endurante, Katia reste en retrait mais s'astreint à courir tout du long.
 
 
Arrivé au sommet, j'attends Katia en compagnie de Sandrine puis nous dévalons la colline par son autre extrémité et rejoignons le village.


On a les montagnes qu'on peut mais nous avons cumulé 900 m de D+ en 23km, ce qui n'est pas si mal pour notre région...

Et maintenant direction la Cave à Bière...


Voir les 8 commentaires

LA COUPE EST PLEINE !

Par Le Lutin d'Ecouves - 24-07-2018 10:47:29 - Aucun commentaire

 

 

Un trail le jour d'une finale de coupe du monde, c'est possible ?

Ben oui et ce n'est pas sans conséquences...

Le récit ICI.

 

TEN YEARS AFTER, I'M GOING HOME

Par Le Lutin d'Ecouves - 06-07-2018 21:58:28 - 1 commentaire

 

Il est des endroits où l'on se sent chez soi...

 


Dix ans après, les Trailers d'Ecouves remettent le couvert à Belle-Ile-en-Mer.

Et ça se passe ICI.

 

 

Voir le commentaire

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 3761726 visites