KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Décembre 2020
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Décembre 2020

DOUZE PHOTOS QUI NE S'OPPOSENT COVID

Par Le Lutin d'Ecouves - 15-12-2020 12:30:23 - 9 commentaires

 Rétrospective 2020


Drôle d'année. Qui aurait pu prévoir les événements d'une si singulière année, qui aurait pu soupçonner qu'un jour il faudrait signer un papier pour sortir de chez soi, porter un masque dans la rue, renoncer peut-être pour très longtemps à la main tendue et à la bise ? En tant que photographe (très) amateur, il m'a fallu parfois faire preuve d'imagination pour effectuer des clichés lors de ce si beau printemps sans forêt d'Ecouves ou ce triste novembre sans flamboiement des hêtres et des chênes. Pas de photos de ma forêt cette fois-ci mais quand même des images de mes pérégrinations avec mon épouse mais aussi en compagnie mon très cher Tonton Gilles qui, s'il est loin d'être mon oncle, m'est toujours aussi précieux en tant que conseiller technique et artistique. 

Pour aller plus loin :

Le Flickr de Tonton Gilles
Le Flickr du Lutin d'Ecouves

 

Janvier

 

Le miroir de Ste Anne


Au pied de la forêt de Multonne à vingt km de chez moi, je balise le terrain en vue du cross de Champfrémont qui aura lieu l'après-midi. Les étangs en espalier de Ste Anne offrent comme à l'accoutumée une lumière singulière et le plus vaste d'entre eux présente un miroir semblable au reflet d'un autre monde. Il fait très gris et le passage en monochrome ne fait disparaître que quelques petites traces de bleu.

Compact Sony DSC-RX100M3


Février

 

Flying saucer in Brittany


A la veille de participer à mon seul et unique trail de l'année, je séjourne à Trégastel avec mon épouse. Il fait très froid et il me faut des gants pour manipuler mon trépied sur lequel j'ai vissé mon tout petit Sony. Le site est spectaculaire avec ses blocs cyclopéens en granite rose hauts comme des maisons de deux ou trois étages mais je préfère lors des vingt et quelques minutes que dure l'heure bleue photographier cette singulière coupole de piscine située en bord de plage. Comme j'ai réglé mon ouverture à F11, il me faut un temps d'exposition de 2 secondes. La photo est un peu froide mais bien représentative de l'ambiance.

Compact Sony DSC-RX100M3


Mars

 

L'adieu aux arbres

 

Le couperet vient de tomber, nous n'irons plus aux bois, les lauriers sont coupés ! Avant de m'astreindre à tourner 560 km en huit semaines autour de chez moi, confinement oblige, je m'échappe une dernière fois le long de la Sarthe pour une sortie de 21 km en pleine campagne. La nature est en train de nous préparer un printemps majestueux dont nous n'entendrons qu'un écho lointain. Les chênes semblent désolés lorsqu’ils me saluent. Je ne sais quoi leur répondre...

Compact Sony DSC-TX30


Avril

 

Halle au bleu


Tonton Gilles vient me chercher régulièrement pour une promenade limitée dans le temps et l'espace. Le photographe urbain qu'il est n'est guère perturbé dans sa pratique mais moi, je dois m'adapter. La ville d'Alençon quasi déserte offre des ambiances intéressantes comme le long de cette Halle au Blé et, tour à tour, nous servons de modèle l'un pour l'autre. En ces jours gris quoique ensoleillés, j'ai préféré gommer la couleur excepté sur mon compagnon au chapeau qui fait surgir la vie au centre de ce monde minéral.

Compact Sony DSC-RX100M3


Mai

 

Cylindromyia bicolor


Lors de ce printemps confiné, je n'ai jamais trouvé autant de nouvelles espèces d'insectes dans mon jardin de 100 m2 mais le plus spectaculaire de mes clichés entomologiques fut cet accouplement de tachinidés (mouches hirsutes et fort utiles) dont les larves, comme chacun le sait, parasitent la punaise nébuleuse.

Hybride Panasonic DMC-G80


Juin

 

Jump !


Douarnenez, une cité à vivre, non encore gâtée par le tourisme où l'on peut voir des HLM donnant sur l'océan et une population se donner du bon temps sur de petites mais conviviales plages. Moi et mon épouse y retrouvons le goût de la liberté et quel plus pur symbole que ces jeunes collégiens à peine sortis des cours qui investissent divers spots de plongée pour se mesurer amicalement loin de leurs parents certainement peu au fait de leurs acrobaties. J'ai ressenti à ce moment comme un courant d'air frais qui m'a rappelé mon enfance dans les années 60 lors desquelles nous évoluions si libres loin du regard de nos parents.

Compact Sony DSC-RX100M3


Juillet

 

Nuées sur l'île Tudy


Que serait la Bretagne sans les nuages ? Ce couvercle menaçant sur l'île Tudy génère une infinité de gris et de bleus. Ce bateau de pêche au premier plan apporte une touche de couleur bienvenue. 

Téléphone portable Huawei MYA-L11


Août

 

A la conquête des Aravis


En vacances à Manigod dans les Alpes, nous nous attaquons à la randonnée du Trou de la Mouche (2453 m) que je déconseillerais par temps humide ou agité. Après quelques heures de grimpette dans les alpages, nous arrivons en phase finale et minérale. Josette regarde la crête embrumée d'un air interrogateur. Elle n'a pas tort, la fin ne va pas être simple pour des lutins sylvestres...

Compact Sony DSC-RX100M3


Septembre

 


De retour à Belle-Ile-en-Mer, j'aurais pu vous gratifier de superbes paysages marins ou même, osons-le, de couchers de soleil. Eh bien non, la photo c'est aussi de la composition et cette dame qui fait son tout premier tour de scooter électrique sous le regard de son mari m'en offre une belle avec ce phare, ces personnages et ces rappels de bleu. Tout simple mais équilibré, ce cliché est validé par Tonton Gilles.

 

Compact Sony DSC-RX100M3


Octobre

 

La Jungle et la Basilique


De retour à Alençon, je me promène le long de la Sarthe et de ses lavoirs. Pour l'avoir survolée en Montgolfière, je sais que cette ville est un jardin mais en ce début d'automne, c'est parfois une jungle d'où émerge la Basilique Notre-Dame. 

Compact Sony DSC-RX100M3


Novembre

 

Le refus de l'ombre


Nouveau confinement, nouvelle balade restreinte avec Tonton Gilles. Le soleil passe crûment sous le pont de chemin de fer à côté de chez moi. Mon compagnon me fait poser dans le rai de lumière et cela donne une photo typique du style de ce citadin photographe. A son tour, il pose pour moi et, si mon petit Sony ne peut rivaliser en netteté avec son gros Canon 7D Mark II, il tient la comparaison en expressivité avec cette ombre qui semble ne pas vouloir suivre son propriétaire.

Compact Sony DSC-RX100M3


Décembre

 

De l'indigo à la feuille morte


Toujours confiné, toujours avec Tonton Gilles en ce premier jour de décembre. La fin d'après-midi est incroyable au niveau des couleurs. Depuis quelques jours, le crépuscule s'est fait feu d'artifice pour nous consoler de notre enfermement partiel. Mon compagnon fait une photo en étonnantes couleurs naturelles du front de Sarthe, je fais le même cliché mais nettement moins bien défini. Cette photo de personnage pris en contre-plongée à partir du bord de la rivière aura ma préférence.

Compact Panasonic DMC-TZ100

 

 



Voir les 9 commentaires

ON S'HABITUE À TOUT

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-12-2020 12:44:20 - 5 commentaires


Ça a commencé un lundi avec le voisin et sa tête de veau. Pas vraiment un plat cuisiné mais une tête de veau vissée sur ses épaules qui me regardait fixement par-dessus la clôture. J’étais en train de photographier les derniers frelons asiatiques de la saison qui butinaient les fleurs de lierre du jardin. Les frelons, pacifiques comme à l’accoutumée, voletaient en silence et lui, il me regardait sans piper mot. Le plus surprenant, c’était mon absence de surprise. Pourquoi pas…

Comme chaque soir depuis le début du Grand Confinement, je sortis courir mes trois boucles : Avenue de Courteille, rue d’Echauffour, rue de la Fuie des Vignes, rue de Labillardière. Cela faisait 12 890 tours effectués ce lundi-là. Le chien du numéro 80 m’a salué d’un grognement qui m’a semblé moins indistinct que d’habitude, comme s’il me disait « Brome » ou « Broom ». Ce chien, je ne l’ai jamais aperçu derrière sa palissade mais il m’a toujours parlé.  A l’entrée du pont du chemin de fer, la Police contrôlait le passage vers Courteille mais ils ne m’ont pas arrêté, habitués qu’ils sont de me voir courir chaque jour avec mon laissez-passer épinglé dans le dos. Comme d’habitude, je les ai salués mais ils ne m’ont pas répondu. Ils n’avaient pas de bouche.

On s’habitue à tout et, quand je me suis aperçu que mon épouse avait une tête de loup, je ne fus pas plus surpris que cela. On se voyait de moins en moins, la faute aux multiples autorisations qu’il fallait remplir pour se rencontrer juste pour discuter sans parler des tests médicaux nécessaires. L’installation des caméras de surveillance domestique avaient rendu impossible toute tentative de fraude au confinement. Chacun à son étage et à chacun ses heures pour la toilette et la cuisine. Pas d’autorisation pour quelque rapport que ce soit, nous avons passé les soixante ans, c’est trop dangereux. On s’habitue. C’est vrai ça, on s’habitue à tout, j’avais depuis un moment des nausées quand je la voyais de trop près, était-ce des symptômes de la Maladie ou un avertissement subliminal, en tout cas  je me sentais de plus en plus mal à l’aise en sa présence. Alors, la voir avec une tête de loup, ça ne m’a pas surpris. Et puis, elle ne parlait plus car les loups ça ne parle pas. Contrairement aux chiens.

Ma consultation à distance avec le psy s’est bien passée. Lui, il avait encore une tête sur l’écran. Sa tête de chevêche échevelée coutumière et son air bienveillant. Je lui ai parlé du chien qui me salue, de la tête de veau et du loup. Lui, il m’a répondu en allemand. Je n’ai rien compris mais ça m’a fait du bien.

Je lis beaucoup. J’ai récemment relu « Face aux feux du soleil » d’Isaac Asimov. Ça se passe sur une planète où il y a tellement de place et si peu de monde que les habitants ont pris l’habitude de ne plus se voir que par écran interposé, les robots servant d’intermédiaires et de serviteurs à cette population claustrophile. Evidemment, la délinquance y est très faible et évidemment il y a un meurtre sujet de l’intrigue. Je ne me souvenais plus de la fin et quelle ne fut pas ma surprise quand je m’aperçus que les vingt dernières pages étaient blanches. Le livre ne voulait plus parler.

En fait, petit à petit, au bout de quelques semaines tout le monde a fini par ressembler à une ménagerie, les livres et la télé se sont tus et je me suis habitué à la tête de dindon du type du Drive qui m’apporte les courses.

On s’habitue à tout. J’ai fini par m’habituer à moi. Et puis, j’ai mon autorisation de sortie d’une heure par jour de 19h à 20h. Grâce à ma licence officielle de la Fédération Française Sportive de Confinement, je peux courir mes dix kilomètres quotidiens. Je croise ainsi de rares sportifs à tête de sanglier sur mon parcours. Ils me saluent silencieusement. Après tout, je ne suis pas si seul même s’il n’y a que le chien du 80 pour m’adresser la parole.

 

Photo chefsimon.com

 

 

Texte écrit pour la Gazette d'ici... et d'ailleurs (Alençon)

 

Voir les 5 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.19 - 3761634 visites