KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Juillet 2017
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Juillet 2017

LES INSECTES DE LA VANOISE - PREMIÈRE PARTIE

Par Le Lutin d'Ecouves - 27-07-2017 09:21:00 - 5 commentaires

Plutôt que de vous imposer une looongue soirée diapos sur le thème de ses vacances dans les Alpes, Papy Lutin vous invite à une balade entomologique située entre 1500 et 2700m d'altitude où vous trouverez des insectes communs ou plus rares mais toujours beaux et surprenants.
 
 
Les Lépidoptères
 
Oups, restons simples, vous les connaissez sous le nom de papillons. En juillet, ils couvrent les alpages et rendent fous les lutins qui aimeraient bien qu'ils se tiennent tranquilles de temps en temps comme le Machaon rencontré jusqu'à 2700m d'altitude mais dont je n'ai jamais pu faire un cadrage correct. Dommage pour sa longue double queue et les couleurs à la base de ses ailes. Ce papillon est très courant, vous l'avez certainement rencontré tournant autour de vos plants de carottes ou de persil que sa belle chenille verte et noire à pois orange se fait un plaisir de dévorer.
 
 Papilio machao
 
J'eus plus de chance avec son cousin proche le Flambé, autre porte-queue qui, lors de la période des amours, organise une partie en groupe au sommet d'un relief pour l'accouplement. Après bien des déboires, j'ai pu en pister un qui s'était isolé et qui butinait tranquillement. 
 
 Iphiclides podalirius
 
Encore un cousin du machaon (papilionidés) : l'Apollon dont le mâle est un gros macho qui sécrète un petit bouchon lors de l'accouplement qui verrouille l'appareil génital de la femelle condamnée à n'avoir dans sa courte vie de papillon qu'une seule partie de pattes en l'air alors que monsieur va continuer de batifoler jusqu'à sa mort.
 
 Parnassius apollo
 
D'une autre famille mais d'une forme et d'une taille proche de l'Apollon, le Gazé, tout blanc et délicatement nervuré est un as de l'accouplement. Le mâle, contrairement à ce pithécanthrope d'Apollon, honore madame (ou mesdames) de nombreuses fois sans leur boucher le kiki, ce qui donne à chaque fois une ponte. Dans des conditions expérimentales, pour un seul couple, on a obtenu 15 pontes en deux semaines pour un total de 1278 œufs (voir ici).
 
 Aporia crataegi
 
A propos de ces deux derniers papillons, j'ai assisté à une drôle de scène : Alors que je photographiais un Apollon, un Gazé s'est subitement précipité sur celui-ci et s'est posé dessus en mimant un accouplement. L'Apollon s'est aplati comme s'il se soumettait puis le Gazé s'est soudain envolé, peut-être en s'excusant et en prétextant une mauvaise vue, allez savoir...

 A l'assaut ! Oups !
 
Houlà, maintenant, avec le Moiré aveugle on aborde les papillons fiers de leurs racines, celui-ci ne se trouve que dans les Alpes ou à proximité. Gageons qu'il ne dédaigne pas la fondue et le génépi...

 Erebia pharte
 
Autre papillon alpin, le Nacré des Balkans qui ne vit que dans les Alpes et les Balkans (ben oui...). Il a comme plante-hôte la pensée sauvage très présente sur les pentes alpines.  

 Boloria graeca
 
Autre nymphalidae plus répandu mais plutôt cantonné à l'est de la France, la Mélitée noirâtre dont le nom est dû à la teinte sombre de la face interne des ailes mais dont la face externe présente une bien jolie géométrie.

Melitaea diamina
 
Et maintenant, deux petits malins de la famille des Azurés (parce que les mâles sont bleus au niveau des faces internes des ailes). Tout d'abord, l'Argus bleu que j'ai souvent rencontré en grand nombre en train de butiner de la crotte, ce qui ne doit pas lui donner une bonne haleine mais ce qui lui apporte de précieux nutriments. Sa chenille se fait dorloter par certaines espèces de fourmis en émettant une sécrétion sucrée que les fourmis lèchent et qui atténue leur agressivité. En échange, les fourmis protègent la chenille de ses prédateurs. C'est bien connu, la lèche permet de se garantir une place confortable en société.

 Polyommatus icarus
 
Autre papillon azuré, l'Azuré des mouillères qui vit toujours proche d'une zone humide où il trouve sa plante hôte : la gentiane pneumonanthe. Une fois qu'elle a boulotté assez de graines de gentiane, la chenille de l'Azuré des mouillères se laisse tomber au sol et, quand elle croise des fourmis du genre myrmica attirées par le miellat que ses glandes dorsales sécrètent, elle émet des phéromones imitant à la perfection les phéromones émises par les fourmis elle se fait transporter dans la fourmilière où elle s'installe tranquillement pour se nourrir des œufs et les larves des fourmis qui n'y voient que du feu. Une fois rassasiée, la chenille se nymphose puis se transforme en un papillon qui va vite fait quitter la fourmilière avant qu'on s'aperçoive des dégâts. Le papillon présenté sur la photo est une femelle qui est brune (avec des reflets bleus selon la lumière) alors que le mâle est d'un beau bleu. La partie externe des ailes est très différente, proche de celle de l'Argus bleu.

 Maculinea alcon
 
L'Hespérie de l'échiquier fait partie de cette famille de papillons (Hesperiidae) aux caractères primitifs et au vol vif. Leurs chenilles, pour se métamorphoser à l'abri, s'enroulent dans des feuilles qu'elles fixent avec des soies.

Carterocephalus palaemon
 
Je termine ce tour d'horizon non exhaustif des papillons de la Vanoise par deux espèces nocturnes. D'abord la Panthère. Tout papillon nocturne qu'il puisse être, on peut facilement l'observer en plein jour. 

Pseudopanthera macularia

Et pour finir, un papillon à tête de chauve-souris : le Bombyx du chêne que j'ai trouvé à environ 1900m d'altitude ce qui n'a pas laissé de m'intriguer car les chênes ne poussent pas à cette altitude. En fait, ce papillon présent dans tout le pays est un opportuniste dont la chenille peut vivre sur les chênes, les arbres fruitiers et de nombreuses espèces d'arbustes.

Lasiocampa quercus



Voir les 5 commentaires

GOODBYE GEORGE

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-07-2017 10:35:16 - 2 commentaires

 
 
George Romero est mort... et bien vivant pour tous ses fans.
 
 
George Romero n'est pas seulement le créateur du film de morts-vivants, il a produit dès 1968 (La nuit des morts-vivants) une critique au vitriol de la société américaine poursuivie dans son deuxième film (Zombie 1978) qui se passe dans un centre commercial où les morts continuent d'errer comme ils le faisaient du temps de leur vivant. Parmi l’œuvre modeste mais déterminante de ce maître de l'horreur, nous noterons l'excellent "Territoire des Morts" (Land of the Dead 2005), véritable plaidoyer pour la différence dans lequel les morts-vivants, devenus le gibier d'américains surarmés, finissent par revendiquer leur identité ainsi qu'un territoire pour y vivre-mourir dignement.
 
 

Voir les 2 commentaires

QUAND T'ES DANS LE BROUILLARD...

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-07-2017 16:57:53 - Aucun commentaire


*Quand t'es dans le brouillard depuis trop longtemps
Tu t'demandes à quoi ça sert  d'courir comme ça le TGV
Ce trail qu'il faudrait terminer
Les yeux bandés.


Tour des Glaciers de la Vanoise
2017



La montagne, c'est très beau... quand on y voit quelque chose.




Le Récit du TGV : ICI.





*Sur l'air de : "Quand t'es dans le désert" de JP Capdevielle.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 2800744 visites