KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Août 2020
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Août 2020

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HÉMIPTÈRES (II)

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-08-2020 19:54:18 - 3 commentaires

 Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.

 

Hémiptères (2ème partie)

 

Rhyparochromus vulgaris
 

La punaise commune est une espèce éclectique qui se nourrit de graines d'un tas de plantes diverses. Elle affectionne le bois pour hiverner et peut ainsi se retrouver dans le bois de chauffage mais, rassurez-vous, elle ne fera pas de dégâts chez vous. La femelle pond ses œufs sur le sol dans des débris végétaux, les larves qui en sortent se débrouilleront toutes seules.

 ******

Pyrrhocoris apterus


Le pyrrhocorre est plus connu sous le nom de gendarme. C'est une punaise
totalement inoffensive et pour une fois inodore. Même si sa présence en grand nombre peut inquiéter, ce n'est nullement un ravageur, il se contente de piquer certaines plantes comme le tilleul ou la rose trémière pour en sucer le suc, ne laissant pas de traces de dégâts. Il est même utile au jardin en le débarrassant d'un tas de débris en se nourrissant de cadavres d'insectes morts dont il accélère la décomposition en en pompant l'intérieur. Le gendarme n'est pas timide et il montre sa belle livrée rouge et noire à qui le veut, indiquant par là qu'il est immangeable. L'accouplement en opposition des gendarmes peut durer jusqu'à 24 heures et il n'est pas rare de voir les gendarmes circuler en couple, l'un tractant l'autre.


******

Corizus hyoscyami

La punaise de la jusquiame ne ressemble au gendarme que pour les personnes distraites, ses taches ont des formes différentes et il suffit de la prendre dans sa main et de la malmener pour percevoir une autre différence : elle peut sentir très mauvais ! Elle se nourrit sur les ombellifères et les astéracées, faisant peu de dégâts.


******

Deraeocoris ruber
 
Cette punaise aux couleurs variables (plus ou moins rouge ou plus ou moins sombre) est un prédateur se nourrissant de pucerons, d'acariens ou de chenilles ; le jardiner appréciera.  Les œufs sont pondus au sol où ils hivernent, les larves émergeant au printemps suivant.

Larve de deraeocoris ruber


******


Lygus pratensis

Punaise des plantes ou punaise des prés, cet insecte peut présenter une livrée allant du rouge au brun mais aussi parfois très claire comme ici. Dans tous les cas, on observera un joli cœur sur son scutellum. Cette punaise s’attaque en particulier aux cultures de concombres, d’aubergines, de tomates, de poivrons et de fraises. Sa piqûre provoque une nécrose des tissus des plantes car sa salive est toxique. Le jardinier tolèrera donc ce petit animal qui offre son cœur à partir du moment où il reste en petit nombre...

******


Cercopis vulnerata

Le cercope sanguin fait partie des cicadomorphes, autre branche des hémiptères. Il se nourrit aussi en piquant les feuilles et si on le dérange, il s'échappe d'un bond qui peut atteindre un mètre grâce à une détente de deux de ses pattes qui se produit en moins d'une milliseconde. C'est comme si je pouvais sauter 170 mètres en longueur ! L'animal a été pas mal étudié et l'on sait aussi que, comme la cigale, le mâle communique par cymbalisation en déformant rapidement une membrane à l'aide d'un muscle, faisant vibrer les tiges et feuilles à une fréquence de 40 à 300 Hz, ce qui est susceptible d’attirer les femelles. Tout cela reste fort discret et inaudible à l'oreille humaine. Une fois la dame sur place, les deux cercopes se positionnent l'un à côté de l'autre, mettant les pointes de leurs abdomens en contact, les corps formant un angle de 45°, c'est chaud ! Les œufs sont pondus à terre et les larves s'y développent dans des anfractuosités, se nourrissant en piquant les racines. (Références : Zoom-nature.fr)
 
******



Aphrophora alni

La cicadelle écumeuse est appelée ainsi car ses larves, pour se protéger, émettent une sorte de crachat spumeux autour de leur corps pour se cacher des prédateurs et de la chaleur. On appelle cela des "crachats de coucou" communs aux cicadomorphes.

Crachat de coucou

 Bien que cette cicadelle soit aussi appelée cercope de l'aulne, cette espèce vit sur de nombreuses espèces d'arbres, arbustes et buissons dont elle suce la sève des feuilles ou des tiges.

******


Cicadella viridis
 
Très courante dans les prairies humides, la cicadelle verte est un bon sauteur (c'est de famille) et elle sait aussi correctement voler.  Le mâle est plutôt bleu ou brun. Comme toutes les cicadelles, elle se nourrit grâce à son rostre en suçant les végétaux.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les 3 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.19 - 3638971 visites