KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Juillet 2012
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Juillet 2012

QUATRE JOURS AU PAYS DE PIERRE ET D'EAU

Par Le Lutin d'Ecouves - 30-07-2012 09:19:21 - 7 commentaires

 
 
Cette année, ne prenant que quelques jours de vacances, nous avons décidé d'aller à proximité de la fin des terres, histoire de connaître un vrai dépaysement.
 
 
Un pays de pierre oui, mais aussi un pays où l'eau est omniprésente et omni-changeante,


allant de l'outremer le plus profond,
 
 
au turquoise le plus limpide.
 
 
La mer est partout et ses marées sont vastes et rapides, gare au promeneur imprudent...
 
 
 ... ou au randonneur maladroit.

 
Mais ce qui nous a le plus bluffé, ce sont les traces laissées par les géants locaux comme cette roche apparemment fendue un jour de colère par un cyclope.
 
 
Ou bien cet empilement à l'équilibre improbable, sorte de jeu de cubes colossal laissé là par un bébé titanesque.
 
 
De géants, nous n'en vîmes pas mais nous avons pu quand même nous en faire une idée en tombant un jour sur ce moai, lointain cousin des géants pascuans.
 
 
Ces quatre jours furent comme quatre semaines mais il fallut bien repartir non sans sacrifier au rituel si banal mais si beau du dernier coucher de soleil.
 
 
 
Photos garanties sans trucages prises à Pleumeur-Bodou, Trégastel et Trébeurden, villes d'un pays aussi lointain que merveilleux appelé la Bretagne.
 
 

Voir les 7 commentaires

UN TRANSLUTIN À LA TRANSLUTINE

Par Le Lutin d'Ecouves - 23-07-2012 15:42:15 - Aucun commentaire


La mer

 

La course à pied

 

Et des amis...

 

Un samedi au pays des Lutins : ICI.

BZZZZZZZZ !

Par Le Lutin d'Ecouves - 20-07-2012 18:02:42 - Aucun commentaire


XYLOCOPE
 
 
C'est quoi ce vrombissement au-dessus de mes campanules ? L'animal a de quoi inquiéter les entomophobes : 3 cm de longueur pour 5 cm d'envergure et un bruit d'hélicoptère.
 
Rassurez-vous, il s'agit d'un Xylocope, la plus grosse des abeilles solitaires. Bien que pourvu d'un dard, cet hyménoptère n'est pas du tout agressif et même assez indifférent à votre présence.
 
 
La bête a bien voulu poser quelques instants malgré le travail intense qui l'attendait. En effet, elle se dépêchait de butiner une grande quantité de pollen qu'elle transforme ensuite en boulettes nutritives qu'elle va fourrer dans une galerie préalablement forée dans du bois (branches mortes, bois de chauffe ou même volets en bois).


Avec chaque boulette nutritive, le xylocope dépose un  œuf (qui donnera une larve puis une nymphe et enfin un imago) puis rebouche la loge pour en faire une autre au-dessus. Le nombre de loges par galerie est de 3 à 6 mais ce qui est le plus curieux, c'est que le premier pondu (au fond de la galerie) est aussi le dernier sorti, son développement étant plus lent que celui du dessus.


Voilà, les emplettes sont terminées ; le xylocope, chargé comme un mulet,  retourne vers ses galeries pour y confectionner ses gâteaux de pollen.



AU PAYS DES ESSUINS

Par Le Lutin d'Ecouves - 18-07-2012 23:15:28 - 2 commentaires

 
Ce mardi, les Trailers d'Ecouves se sont décentralisés dans la plaine d'Essay à l'invitation de Vomito 61 et de l'Essuin. Nous sommes fort nombreux à répondre à l'appel, certainement à cause des libations promises par nos hôtes à l'issue de l'entraînement.
 
 
 
Le temps est fort couvert en cette fin de soirée mais on ne va pas bouder notre plaisir ; il n'a pas plu de la journée !
 
 
Longeant les champs de colza défleuri, nous montons au-dessus du village pour amorcer une vaste boucle de près de onze kilomètres.
 
Quel est le plus gamin des quatre ?
 
Le rythme modéré et l'ambiance familiale nous permettent d'emmener avec nous les jeunes qui sillonneront Ecouves à la prochaine génération.
 
 
Au milieu du parcours, nous apercevons au loin la tour de Boitron, un ancien moulin construit sur les ruines d'un donjon médiéval.
 
 
L'accès au promontoire s'effectue non sans effort. La saison exceptionnellement humide a toutefois un bon côté : le vert domine sans partage en bien des lieux.
 
 
Nous voici au sommet ; nous dominons la plaine qui se livre jusqu'à Bourse, Perseigne, Ecouves, Multonne ou Pail, les forêts qui l’entourent. 
 
 
Paraît-il que par temps clair, on peut apercevoir le Mont Saint-Michel... C'est quoi, par temps clair ?
 
 
La lumière du couchant change constamment, transformant parfois les champs céréaliers en étangs aurifères.
 
 
Nous descendons parmi les champs d'orge pour retourner vers Essay.
 
 
La modeste splendeur de notre Normandie nous guérit un instant de nos soucis et de notre fatigue. Sa beauté nous apaise.
 
 
De retour à Essay, nous passons par la chapelle des ducs d'Alençon et son jardin castral avant de rejoindre  le lieu de ce qu'il faut bien appeler un banquet.
 

Voir les 2 commentaires

LA GESNOISE, C'EST DU GÂTEAU !

Par Le Lutin d'Ecouves - 16-07-2012 21:54:40 - Aucun commentaire


Gesnes le Gandelin (72)


Où y'a d'la Gesnes, y'a du plaisir ?

Le Lutin passé à la GéGesnes ?

Une main de fer dans un gant de lin ?



Jolie photo du Mustang

Les Foulées Gesnoises organisaient un marathon par équipes et les Givrés-Chambertin y participaient. Le récit ICI.



MÊME PAS MOUILLÉ !

Par Le Lutin d'Ecouves - 08-07-2012 22:51:29 - Aucun commentaire

 

Dessin Heula

 

Humides mais vaillants, les guerriers normands ont couru dans les Alpes Sarthoises. Le Récit ICI.



BASQUIAT EN CM2

Par Le Lutin d'Ecouves - 04-07-2012 21:14:48 - 8 commentaires

Jean-Michel Basquiat
1960-1988
 
 
Jean-Michel Basquiat, l'étoile filante de l'avant-garde américaine était un enfant surdoué très tôt intéressé par l'art. A l'âge de sept ans, percuté par une voiture, il doit séjourner des mois à l'hôpital. Il y passe son temps à dessiner. C'est à ce moment que sa mère lui offre un livre d'anatomie qui le passionnera et qui sera une influence majeure de son art.
 
En 1976, inscrit dans une école pour jeunes doués, Basquiat y fait la connaissance du monde des graffiteurs dont l'influence sera déterminante. A l'âge de 18 ans, sa rencontre avec Andy Warhol va le propulser au firmament de l'art new-yorkais dans lequel il deviendra une star.
 
La drogue mettra un terme à sa brillante carrière avant même qu'il n'atteigne ses 28 ans...

Basquiat (sans titre 1982)

J'ai pas mal hésité avant de choisir ce peintre comme artiste phare de mon année en art plastique. Basquiat, ce n'est pas beau mais cette peinture hantée par la mort, le sexe, la drogue et le vaudou (le père de Basquiat était d'origine haïtienne), est aussi une forme d'expression proche du monde de l'enfance qui est loin d'être un vert pâturage.

Cette année, pour la première fois depuis vingt ans, je prends une classe de CM2 (avec 5 CM1 de compétition en plus), des enfants en pleine transformation passant progressivement du statut d'enfant à celui d'ado, ce qui génère automatiquement des interrogations et des angoisses.

Je m'attendais à un accueil mitigé mais Basquiat et son côté morbide plaît plutôt à mes élèves. Après une présentation de différentes œuvres, s'en suit une discussion sur la vie et les motivations de l'artiste, démarche indispensable pour une bonne compréhension du type d'expression recherchée.

Après un travail de coloriage sur petit format, je passe vite au pastel sur A3 pour obtenir des résultats plutôt intéressants. On ne donne pas dans le joli mais les enfants sont assez ravis de travailler à partir de tableaux qui leur donnent une grande liberté personnelle. En effet, pas question ici de copier l'artiste ; il s'agit surtout de rechercher le même type expressivité tout en s'inspirant de ses tableaux.


D'après Untitled skull (1981)
L'enfant a "rhabillé" le crâne.

D'après Arroz con pollo (1981)
Très proche de l'original

D'après Autoportrait 1960 (1983)
Vision colorée d'un tableau qui était en noir et blanc
 
 D'après Dos cabezas (Warhol et Basquiat) (1982)
L'enfant a coloré Warhol alors qu'il était plus fantomatique dans l'original
Il s'agit d'un cm1, on remarquera le côté plus enfantin de la production

Nous sommes ensuite passés à la production sur feuilles 40x60 cm, format permettant une plus grande expressivité gestuelle. La plupart des travaux sont effectués au pastel mais d'autres techniques ont été utilisées en mélange comme la peinture acrylique, le feutre et le collage.

D'après Tabacco (1985)
Pastel sur acrylique

D'après Tenor (1985)
Pastel sur journal collé

D'après Cabeza (1982)
Pastel avec un peu d'acrylique

D'après Flexible (1984)
L'original est presque entièrement noir et blanc

D'après All colored cast (1982)
Pastel sur acrylique, typique du style graffiteur

D'après Fallen angel (1981)
L'enfant a ré-humanisé l'ange qui avait plutôt l'air d'un monstre

D'après Pecho/Oreja (1983)
Le visage a lui aussi été humanisé

Voilà, je suis plutôt content de la maturité artistique de mes élèves de 10-11 ans qui ont su comprendre l'univers de Basquiat tout en l'adaptant à leur gré.



Site officiel de Basquiat
 

Voir les 8 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 2660589 visites