KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Mars 2018
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Mars 2018

PITIÉ POUR VESPA VELUTINA !

Par Le Lutin d'Ecouves - 20-03-2018 16:12:52 - 9 commentaires

Vespa Velutina
Alençon 08-11-2015
 
Depuis quelques années, en novembre, je reçois la visite de femelles Vespa Velutina, "guêpes veloutées" en latin. C'est mignon mais quand je vous dis que ces hyménoptères s'appellent aussi Frelons asiatiques, là vous tremblez !
 
Il suffit de taper "Frelon Asiatique" dans Google pour tomber sur des dizaines d'articles qui appellent à l'éradication du frelon pas de chez nous. A la date où j'écris ce billet, l'article dédié de Wikipédia est même une charge en règle contre l'animal qui y est qualifié de "nuisible" et responsable de la faillite de nombreux apiculteurs. Il faut savoir qu'en terme de zoologie, le  vocable "nuisible" est tout sauf scientifique ; quant aux raisons de la faillite des apiculteurs, elles peuvent être multiples : climat, chimie, prédateurs, banques, casinos, abus de chouchen (alcool de miel) ...

Mes guêpes veloutées sont pourtant bien placides et se laissent observer de très près contrairement à leurs cousines Vespa Crabro (frelon européen) qui se montrent menaçantes dès qu'elles nous aperçoivent.


Hou, pas commode Vespa Crabro !

Non, le frelon asiatique a une attitude qui confine à l’indifférence. Tant mieux car il est bien outillé d'un beau dard lisse (donc réutilisable contrairement à celui de l'abeille qui meurt en attaquant) et il possède un venin similaire à celui des guêpes ou de notre frelon, ni plus ni moins dangereux sauf pour les personnes allergiques : dix à vingt morts par an en France pour tous les hyménoptères (essentiellement guêpes, abeilles, frelons) à comparer avec les 1 à 3 décès par an dus aux vipères...  [Source Santé publique France
 
Une anecdote à ce propos : il y a quelques années, ma Josette était passée trop près d'un nid de guêpes en forêt d'Ecouves et avait été attaquée dare-dare (hi hi !). J'avais relevé sept piqûres sur mon épouse qui avait continué son entraînement de course à pied pendant deux bonnes heures se plaignant juste de brûlures. 

Revenons à nos frelons et posons-nous la question : pourquoi tant de haine contre un malheureux insecte qui tue les abeilles tout comme son cousin européen ou comme des tas d'autres animaux aussi divers que les oiseaux (guêpier, bondrée, hirondelle, pic ...) les crapauds ou d'autres insectes comme le Philante apivore qui tue les abeilles en les piquant sous la gorge.

 Philante
Alençon 15-08-2016

Ce frelon asiatique pourrait pourtant être bien utile car c'est un des rares prédateurs de la chenille de la Pyrale qui ravage depuis un moment les buis du sud de la France.

En épluchant les sites consacrés à l'éradication des frelons asiatiques, j'ai d'abord cru que je devais avoir affaire à une sorte de Fédération des Apiculteurs Furax (FAF) que je soupçonne être à l'origine de la fameuse défèque news-"Einstein a dit : Si l'abeille disparaît, l'humanité n'a plus que quatre ans à vivre".- Citation inventée en 1994 lors d'une manifestation à Bruxelles (Einstein était une daube en entomologie en fait...).

Et puis, j'ai cherché plus loin et je me suis aperçu que les apiculteurs étaient peut-être innocents (quand on aime les abeilles, on ne peut pas être totalement mauvais) car je tombais bien souvent sur des sites qui, sous couvert d'information essayaient de placer divers produits tels des pièges ou même des aérosols présentés comme de véritables Tchernobyls à frelons totalement inoffensifs pour la faune autochtone, bien sûûûr... Même l'article de Wikipédia s'y met et reçoit d'ailleurs un avertissement "pub" dans la section "Moyens de lutte" (avertissement août 2017, non corrigé à ce jour).

Parlons-en des pièges à frelons asiatiques. Un exemple : la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles de Vendée a posé en 2011 400 pièges dans le département avec comme butin 10 femelles Vespa Velutina pour 485 nids recensés. Quand on sait que chaque nid produit plus de 500 femelles, on mesure l'efficacité du piégeage. Qu'on se rassure, 95% des femelles ne survivent pas à l'hiver et les 5% restantes s'étripent pour le contrôle des nids au printemps.

Quant aux pièges classiques à base de bouteilles en plastique et de liquide sucré qu'on trouve sur internet, une étude menée à Bordeaux en 2009 a montré que seulement 0,55 % des animaux piégés étaient des frelons asiatiques. Autant dire qu'on a utilisé une arme de destruction massive pour des résultats dérisoires et l'on a tué des tas d'autres insectes pour rien (Source Terra eco).

Et en plus, avec les pièges, on favorise paradoxalement la dissémination de l'espèce comme l'indique le chercheur Quentin Rome : « Elles essayent de voler le nid qu’a commencé à préparer une autre et se bagarrent pour cela. C’est un système de régulation naturel : plus il y a de reines présentes, plus la mortalité est élevée, si l’on en piège certaines, on libère le terrain pour d’autres qui n’auront même pas à se battre. »
 
 Vespa Velutina
Alençon 10-10-2016

Vous l'avez compris, sur des dizaines de sites consultés dont pas mal d'officiels (départements, villes), je n'ai pu trouver que quelques pages abordant raisonnablement le problème d'un point de vue scientifique. En fait, j'ai été impressionné par le nombre et la violence des attaques contre le pauvre animal qui a contre lui les pouvoirs publics ainsi que diverses associations qui lui promettent mille maux et mille morts. Il ne reste plus qu'à créer un parti politique visant à la promotion de notre frelon bien français face à l'envahisseur asiatique (Je propose FN pour Frelon National vu que le sigle est à vendre...)
 
Plaisanterie mise à part, Vespa Velutina fait peur pour deux raisons : d'abord parce que c'est une bête qui pique (Hou j'ai peur !) mais surtout parce que c'est un migrant et que dans nos petites têtes, ce qui vient de loin est toujours plus inquiétant que ce qui est proche. N'ayons pas peur des mots, il s'agit de racisme entomologique et comme tout racisme, il se base sur l'ignorance, en l'occurrence de ce qu'est l'écologie, les mouvements de populations et les systèmes de répartition des espèces. Le monde vivant n'est jamais figé et on n'arrête pas une espèce en pleine expansion à moins de noyer le pays sous un nuage chimique. Malgré les nuisances parfois réelles, il est nécessaire de composer avec la nature en utilisant par exemple des muselières à ruches ou même en élevant de féroces poules.

Moi qui observe depuis longtemps les effets du réchauffement climatique dans mon jardin normand, je dois dire que les arrivées du frelon asiatique (Vespa velutina), de la guêpe potière espagnole (Delta Ungiculatum) ou de la jolie guêpe mexicaine (Isodontia Mexicana) m'enchantent au plus haut point car les insectes et les araignées m'ont appris depuis longtemps que la beauté se trouvait dans la diversité.

Isodontia Mexicana
Alençon 07-08-2016


Pour en savoir plus, l'excellent site Insectes.net (4 pages sur le frelon asiatique)
Un article très intéressant sur l'inutilité du piégeage : Terraeco
Un article de l'INRA sur l'impact des pièges.


Photos © Lutin d'Ecouves (sauf indiqué)
 
 
 





Voir les 9 commentaires

COURS TOUJOURS épisode 7

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-03-2018 20:08:26 - 2 commentaires

Coaching


C'est finalement par hasard que je me suis mis à entraîner des coureurs. Au départ, ayant beaucoup reçu de mon ami Allain, je trouvai normal de partager et de transmettre. J'ai d'abord partagé un marathon avec ma chère épouse à Paris puis avec le grand Pascal qui n'en revenait pas de me voir parler durant 42 km dans la bonne ville de La Rochelle . Ce jour-là, j'ai d'ailleurs failli me faire lyncher par des coureurs exténués qui ne supportaient plus mes babillages et mes excentricités.
 
La première personne que j'ai vraiment entraînée de manière plus "scientifique", c'est moi-même, le jour où, ayant pris de l'âge, je songeai qu'il serait peut-être nécessaire que je me trouve des plans d'entraînement, ce qui fut fait sur le Net. A l'époque, je me débattais comme un beau diable pour rester en deçà de la barre de 3h30 au marathon. Constatant que cela marchait, j'affinais de plus en plus mes pratiques pour me maintenir tant bien que mal à la surface, l'âge m'entraînant cependant inexorablement vers le fond... Et plus je vieillissais, plus j'affinais histoire d'adoucir mon inévitable naufrage. Ça fait moins mal de tomber doucement.
 
Au bout d'un moment, les copains et les copines de course ne sachant pas toujours quoi faire, se mirent à m'imiter et ils découvrirent que des séances structurées les faisaient progresser. De fil en aiguille, à l'intérieur de mon groupe, je suis devenu le spécialiste ès entraînements qualité et ès marathon. Par expérience mais parfois aussi de manière empirique, j'ai développé mes techniques et découvert certaines choses bien utiles comme le Smecta ou la rotation des paires de chaussures.

Dans trois cas sur quatre, mes plans d'entraînement sont destinés à des femmes et même si j'ai bien sûr accompagné des amis hommes en compétition, je me retrouve souvent en compagnie de la gent féminine sur route, sur piste ou en forêt. 

Il ne faut pas s'y méprendre, même si je fais souvent le Guignol, je suis un mari honnête et le fait que les filles me choisissent comme entraîneur ne vient pas du fait que je ressemble à Alain de loin car il suffit de me regarder pour constater que je suis plus Robert que Redford. Je suis juste un gynécoach qui prête attention aux femmes que j'entraîne comme je l'ai toujours fait concernant les enfants dont je me suis occupé durant ma longue carrière d'instituteur.

Tout ce coaching représente pour moi une certaine charge psychologique mais aussi physique car j'accompagne souvent mes camarades à l'entraînement ainsi qu'en compétition. Les progrès et les résultats de mes "élèves" font certainement du bien à mon Ego de mâle ; d'une certaine manière, je réussis par procuration, mais chaque blessure et chaque contre-performance est une éraflure sur ma carrosserie déjà bien bosselée.


C'est en me promenant un jour dans des alpages que j'ai finalement réalisé ce qui me poussait à m'occuper ainsi des autres : j'ai une mentalité de chien de berger. D'ailleurs, j'ai des points communs avec le patou : je suis tenace, parfois brut de décoffrage et j'ai une grande gueule. Arrêtons-là la comparaison, les sportifs ne sont pas des moutons et je n'ai pas le corps couvert de poils, loin s'en faut.

Dans quelques années, je n'aurai plus les moyens de m'investir ainsi physiquement dans l'entraînement des autres et je ne me vois pas les diriger assis sur un banc, le sifflet au bec.
 
C'est progressivement que je passe la main. Katia, avec toute la rigueur qui la caractérise, écrit déjà ses plans d'entraînement qu'elle fait partager et elle commence à prendre en charge d'autres coureuses. Cathy avec qui j'ai couru maintes épreuves est toujours là ; pour mes soixante-dix ans, elle m'a fait une promesse : elle me préparera et m'accompagnera pour un marathon en 2026. Et le relais sera transmis...


1  2  3  4   5  6
 
 

Voir les 2 commentaires

COURONS DANS UN CONGÉLATEUR

Par Le Lutin d'Ecouves - 03-03-2018 19:52:40 - 4 commentaires

 28 février
 
P... de vent d'est ! Dimanche c'était supportable, il ne faisait que moins deux et le grand soleil nous consolait de deux mois de déluge et de gris. Ce matin, il fait moins huit et je me suis équipé en conséquence. Quand je sors de chez moi, j'ai l'impression de pénétrer dans un congélateur. J'ai mis une casquette pour protéger le sommet de mon crâne de plus en plus déserté par les cheveux ; un bonnet eût été plus adéquat mais j'ai l'air d'un nœud avec ce genre de couvre-chef et je ne dois pas avoir l'air d'un nœud quand je cours avec des copines, à fortiori avec Katia qui a toujours les yeux et les ongles faits, même à quatre heures du matin au départ d'un trail en pleine montagne. Au moins on peut faire notre séance, ce n'est pas comme il y a trois semaines* où il a fallu surseoir à l'entraînement sur piste pour cause d'enneigement.
 
Arrivé à la Fuie des Vignes, je me félicite d'avoir mis des gants. Les fossés de ce grand espace marécageux urbain sont couverts de glace, les nombreux oiseaux du lieu se font discrets en attendant des jours meilleurs. Comme à l'accoutumée, nous traversons Perseigne ce quartier qui fait peur aux bourgeois. Nous croisons des Africaines transies qui nous saluent et nous leur répondons. Les jardins familiaux sont déserts, la nature est en suspens. 

Surprise, nous ne sommes pas seuls en arrivant sur notre belle piste de 400m. Deux jeunes femmes s’y entraînent à un bon rythme ainsi que Joséphine qui fait des séries de fractionnés. Cette jeune "espoir" a décidé de s'attaquer à son record sur 10km et elle s'y donne à fond malgré le froid polaire... euh non, pas polaire car au même moment, il fait trois degrés au-dessus de zéro à Nuuk, la capitale du Groenland (J'ai vérifié). En tout cas Joséphine, c'est une fille qui en a... tout juste vingt ans et de la volonté à revendre et ce n'est pas la présence de phoques et d'ours blancs qui va la décourager.

Et c'est parti pour huit fois mille mètres plus deux cents mètres de récupération. Vingt-quatre tours de piste dont les trois-quarts effectués à la vitesse semi-marathon soit 12,5 km/h à 13 km/h. Dès le deuxième tour, je sens que Katia souffre. Je sens, je n'entends pas car elle ne se plaint jamais. Courir avec son asthme en hiver est bien souvent une torture pour elle. Quand ses poumons produisent un sifflement aigu, je sais que l'on a atteint les limites. Je me demande parfois si tout cela est bien raisonnable, je me demande aussi comment on peut ranger autant de pugnacité dans un mètre soixante-quatre. Peut-être vient-ce du fait d'avoir mis au monde quatre enfants et de les élever...

Pour avoir entraîné pas mal de femmes, je sais que leur légendaire endurance n'est pas physique, elles sont même désavantagées de par leur plus petite capacité pulmonaire sans parler du ratio poids/masse musculaire. Et pourtant...

Et pourtant, Katia a fini le Tour des Glaciers de la Vanoise là où j'échouais au 50ème km. Et pourtant, elle a bouclé les 100km de Millau en moins de douze heures. Et pourtant, elle a couru 151 km en 24 heures lors de la No Finish Line là où je n'ai pas pu dépasser 107 km l'année précédente.

Tout cela m'amène à plus d'humilité mais cela ne me coupe pas la parole. Sans vergogne, je fais des commentaires élogieux sur les fessiers féminins que nous côtoyons. Katia semble bien encaisser mes propos issus d'une ancestrale tradition de machos préhistoriques. Parfois je pense que je devrais avoir honte mais je me dis aussitôt que cesser de dire ce qui me passe par la tête serait le début d'un court chemin menant à l'hypocrisie.

Au bout d'une dizaine de tours, je m'aperçois que l'eau mentholée de ma gourde forme des petits glaçons malvenus par cette météo. Six, sept, huit fois mille mètres, nous finissons le dernier tour à un bon treize à l'heure. La température est remontée à moins cinq. C'est presque de la douceur. Il ne nous reste plus de 3,5km pour retourner à notre point de départ. Katia parle de ses enfants, quant à moi, je ne puis m'empêcher de m'extasier sur le bonheur d'être grand-père. Chaque génération a ses plaisirs...


Dans moins d'un mois, nous serons au départ du marathon de Bordeaux. Ces neuf semaines de préparation s'avèreront utiles. Ou pas... 

*Entraînement du 7 février



Voir les 4 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.3 - 2960101 visites