PITIÉ POUR VESPA VELUTINA !
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

PITIÉ POUR VESPA VELUTINA !

Par Le Lutin d'Ecouves - 20-03-2018 16:12:52 - 9 commentaires

Vespa Velutina
Alençon 08-11-2015
 
Depuis quelques années, en novembre, je reçois la visite de femelles Vespa Velutina, "guêpes veloutées" en latin. C'est mignon mais quand je vous dis que ces hyménoptères s'appellent aussi Frelons asiatiques, là vous tremblez !
 
Il suffit de taper "Frelon Asiatique" dans Google pour tomber sur des dizaines d'articles qui appellent à l'éradication du frelon pas de chez nous. A la date où j'écris ce billet, l'article dédié de Wikipédia est même une charge en règle contre l'animal qui y est qualifié de "nuisible" et responsable de la faillite de nombreux apiculteurs. Il faut savoir qu'en terme de zoologie, le  vocable "nuisible" est tout sauf scientifique ; quant aux raisons de la faillite des apiculteurs, elles peuvent être multiples : climat, chimie, prédateurs, banques, casinos, abus de chouchen (alcool de miel) ...

Mes guêpes veloutées sont pourtant bien placides et se laissent observer de très près contrairement à leurs cousines Vespa Crabro (frelon européen) qui se montrent menaçantes dès qu'elles nous aperçoivent.


Hou, pas commode Vespa Crabro !

Non, le frelon asiatique a une attitude qui confine à l’indifférence. Tant mieux car il est bien outillé d'un beau dard lisse (donc réutilisable contrairement à celui de l'abeille qui meurt en attaquant) et il possède un venin similaire à celui des guêpes ou de notre frelon, ni plus ni moins dangereux sauf pour les personnes allergiques : dix à vingt morts par an en France pour tous les hyménoptères (essentiellement guêpes, abeilles, frelons) à comparer avec les 1 à 3 décès par an dus aux vipères...  [Source Santé publique France
 
Une anecdote à ce propos : il y a quelques années, ma Josette était passée trop près d'un nid de guêpes en forêt d'Ecouves et avait été attaquée dare-dare (hi hi !). J'avais relevé sept piqûres sur mon épouse qui avait continué son entraînement de course à pied pendant deux bonnes heures se plaignant juste de brûlures. 

Revenons à nos frelons et posons-nous la question : pourquoi tant de haine contre un malheureux insecte qui tue les abeilles tout comme son cousin européen ou comme des tas d'autres animaux aussi divers que les oiseaux (guêpier, bondrée, hirondelle, pic ...) les crapauds ou d'autres insectes comme le Philante apivore qui tue les abeilles en les piquant sous la gorge.

 Philante
Alençon 15-08-2016

Ce frelon asiatique pourrait pourtant être bien utile car c'est un des rares prédateurs de la chenille de la Pyrale qui ravage depuis un moment les buis du sud de la France.

En épluchant les sites consacrés à l'éradication des frelons asiatiques, j'ai d'abord cru que je devais avoir affaire à une sorte de Fédération des Apiculteurs Furax (FAF) que je soupçonne être à l'origine de la fameuse défèque news-"Einstein a dit : Si l'abeille disparaît, l'humanité n'a plus que quatre ans à vivre".- Citation inventée en 1994 lors d'une manifestation à Bruxelles (Einstein était une daube en entomologie en fait...).

Et puis, j'ai cherché plus loin et je me suis aperçu que les apiculteurs étaient peut-être innocents (quand on aime les abeilles, on ne peut pas être totalement mauvais) car je tombais bien souvent sur des sites qui, sous couvert d'information essayaient de placer divers produits tels des pièges ou même des aérosols présentés comme de véritables Tchernobyls à frelons totalement inoffensifs pour la faune autochtone, bien sûûûr... Même l'article de Wikipédia s'y met et reçoit d'ailleurs un avertissement "pub" dans la section "Moyens de lutte" (avertissement août 2017, non corrigé à ce jour).

Parlons-en des pièges à frelons asiatiques. Un exemple : la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles de Vendée a posé en 2011 400 pièges dans le département avec comme butin 10 femelles Vespa Velutina pour 485 nids recensés. Quand on sait que chaque nid produit plus de 500 femelles, on mesure l'efficacité du piégeage. Qu'on se rassure, 95% des femelles ne survivent pas à l'hiver et les 5% restantes s'étripent pour le contrôle des nids au printemps.

Quant aux pièges classiques à base de bouteilles en plastique et de liquide sucré qu'on trouve sur internet, une étude menée à Bordeaux en 2009 a montré que seulement 0,55 % des animaux piégés étaient des frelons asiatiques. Autant dire qu'on a utilisé une arme de destruction massive pour des résultats dérisoires et l'on a tué des tas d'autres insectes pour rien (Source Terra eco).

Et en plus, avec les pièges, on favorise paradoxalement la dissémination de l'espèce comme l'indique le chercheur Quentin Rome : « Elles essayent de voler le nid qu’a commencé à préparer une autre et se bagarrent pour cela. C’est un système de régulation naturel : plus il y a de reines présentes, plus la mortalité est élevée, si l’on en piège certaines, on libère le terrain pour d’autres qui n’auront même pas à se battre. »
 
 Vespa Velutina
Alençon 10-10-2016

Vous l'avez compris, sur des dizaines de sites consultés dont pas mal d'officiels (départements, villes), je n'ai pu trouver que quelques pages abordant raisonnablement le problème d'un point de vue scientifique. En fait, j'ai été impressionné par le nombre et la violence des attaques contre le pauvre animal qui a contre lui les pouvoirs publics ainsi que diverses associations qui lui promettent mille maux et mille morts. Il ne reste plus qu'à créer un parti politique visant à la promotion de notre frelon bien français face à l'envahisseur asiatique (Je propose FN pour Frelon National vu que le sigle est à vendre...)
 
Plaisanterie mise à part, Vespa Velutina fait peur pour deux raisons : d'abord parce que c'est une bête qui pique (Hou j'ai peur !) mais surtout parce que c'est un migrant et que dans nos petites têtes, ce qui vient de loin est toujours plus inquiétant que ce qui est proche. N'ayons pas peur des mots, il s'agit de racisme entomologique et comme tout racisme, il se base sur l'ignorance, en l'occurrence de ce qu'est l'écologie, les mouvements de populations et les systèmes de répartition des espèces. Le monde vivant n'est jamais figé et on n'arrête pas une espèce en pleine expansion à moins de noyer le pays sous un nuage chimique. Malgré les nuisances parfois réelles, il est nécessaire de composer avec la nature en utilisant par exemple des muselières à ruches ou même en élevant de féroces poules.

Moi qui observe depuis longtemps les effets du réchauffement climatique dans mon jardin normand, je dois dire que les arrivées du frelon asiatique (Vespa velutina), de la guêpe potière espagnole (Delta Ungiculatum) ou de la jolie guêpe mexicaine (Isodontia Mexicana) m'enchantent au plus haut point car les insectes et les araignées m'ont appris depuis longtemps que la beauté se trouvait dans la diversité.

Isodontia Mexicana
Alençon 07-08-2016


Pour en savoir plus, l'excellent site Insectes.net (4 pages sur le frelon asiatique)
Un article très intéressant sur l'inutilité du piégeage : Terraeco
Un article de l'INRA sur l'impact des pièges.


Photos © Lutin d'Ecouves (sauf indiqué)
 
 
 





Billet précédent: COURS TOUJOURS épisode 7
Billet suivant: COURS TOUJOURS épisode 8

9 commentaires

Commentaire de philtraverses posté le 20-03-2018 à 19:40:48

Personnellement je suis pour le mélange, la diversité, tous le(s) métissage(s) culturels et de peau et considère que l'humain sera métissé ou ne sera plus.
Aussi, si je préfère l'abeille au "doux" frelon asiatique, ce n'est nullement parce qu'elle est "bien de chez nous", contrairement au dit frelon, qui symboliserait l'étranger, le migrant, l'autre, mais parce que, contrairement à ce dernier, sauf erreur de ma part, elle est utile à la pollenisation et produit en outre du (bon) miel..
Je n'ai donc pas été convaincu par ta plaidoirie, même si je ne demandais qu'à l'être, Maitre Lutin. Je concède toutefois que l'animal est beau et mis en valeur par tes photos et ton texte mais d'une beauté vaine.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 21-03-2018 à 17:12:39

Tu mets le doigt sur un des aspects de ce rejet : l'abeille (l'abeille domestique : apis mellifera) produit du miel et l'homme la défend par intérêt car il a du mal à concevoir la nature autrement que comme un milieu à exploiter (et c'est légitime, l'espèce humaine n'aurait pas pu se développer sans la chasse au paléolithique puis l'agriculture au néolithique).
Quant à la pollinisation, rassure-toi, je peux te citer des dizaines de pollinisateurs qui agissent conjointement avec l'abeille, des tas de diptères en premier dont les espèces sont bien plus nombreuses que les hyménoptères et puis, il y a rien qu'en France 831 espèces d'abeilles sauvages ou solitaires qui butinent tout autant, pareil pour certaines espèces de guêpes. Sur les photos, tu vois le frelon en train de butiner car il n'est pas exclusivement carnivore. La disparition des abeilles serait un drame mais fort heureusement pas un un coup d'arrêt à la pollinisation.
Et puis, je ne cherche pas à opposer les abeilles et les frelons asiatiques, mon propos est juste de mettre le doigt sur une vision figée et un peu raciste (parce qu'anthropomorphique) de la nature. La notion d'espèce autochtone est une vue de l'esprit, les espèces se déplacent au gré du climat et du hasard.
Quant à la mignonne abeille domestique (apis mellifera), je l'adore mais il faut savoir que si l'homme cessait de l'élever, son retour à la nature se traduirait par une baisse très importante des effectifs car c'est une espèce domestique comme la vache ou le cochon qui eux aussi auraient beaucoup à perdre au niveau effectif avec la disparition de la domestication.

Commentaire de Mustang posté le 21-03-2018 à 17:46:35

Intéressant point de vue

Commentaire de Benman posté le 21-03-2018 à 19:36:40

Quand le lutin sort son dard contre les idées reçues...(et pourtant le cochon d'inde a été accepté par tous - mais c'est un doux). J'avoue que j'aimerais une même mobilisation contre la pyrale du buis qui elle aussi est importée de lointaines contrées et fait des ravages dans nos paysages, mais seul papy râle...

Commentaire de L'Dingo posté le 21-03-2018 à 19:58:00

A moitié convaincu par l'argumentaire du Lutin, qui pourtant ,en matière d'hymenoptères et de mellifères, sait y faire.

Je ne suis pas sur que le frelon européen soit aussi prédateur envers les abeilles que la variété asiatique, mais il me semble que le principal exterminateur naturel d'abeilles soit un parasite accarien nommé Varroa.

[attention d'ailleurs à ne pas le confondre avec le Varois qu'il lui aurait tendance à s'en prendre aux doryphores estivaux qui viennent s'étaler sur ses plages :-) :-) ]

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 22-03-2018 à 08:46:28

Le varroa est un ravageur de la ruche mais on note que les ruches bien entretenues par les abeilles résistent bien. Il détruit d'abord les ruches déjà malades tout comme les champignons et le lierre s'attaquent aux arbres mourants. On appelle cela la sélection naturelle.
Le problème pour les abeilles mais surtout pour les autres insectes, donc pour les oiseaux qui s'en nourrissent, c'est l'activité humaine et surtout l'emploi immodéré de produits chimiques ou de pièges à insectes qui détruisent tout sans discernement. Sans parler de la modification du milieu qui affaiblit les espèces que nous qualifions d'autochtones et qui sont supplantées par des espèces invasives.
Quant aux doryphores, je me demandais bien où ils étaient passés...

Commentaire de centori posté le 29-03-2018 à 18:39:28

ça me rappelle le départ du trail de la rôche d'oêtre 2017. je m’engage dans un petit chemin pour m'échauffer, et là je sens une piqûre au mollet ! j'étais au beau milieu d'un essaim de guêpe - abeille j'en sais rien ! et ben ça fait pas plaize pour se réveiller. on est plusieurs à s'être fait mordillé de partout. on a du faire fermer le chemin par les officiels.

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-04-2018 à 17:19:49

Bien qu'ayant très très peur des guêpes et autres frelons, la faute à un nid de guêpes passé trop près de nos pieds lors d'une balande enfantine et qui m'a cloué au lit durant 8 jours, j'ai dévoré cet article. Merci pour cette belle leçon d'entomologie (mais je ne les aime toujours pas ! Brrrr !)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 3130680 visites