KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Novembre 2021
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Novembre 2021

Le Pro se tâte (ÉPISODE 6/6)

Par Le Lutin d'Ecouves - 04-11-2021 08:42:10 - 14 commentaires


Entretemps 4

J'avais bien lu la documentation sur la biopsie avant l'intervention mais il devait manquer une page. Comment dire... se faire larder la poire à jus, ce n'est pas sans conséquences. 

Osons la métaphore : c'est comme si tu rentrais dans un bar et que tu commandais une piña colada et qu'on t'amenait un lait fraise. Ça surprend. En fait, quand ça m'est arrivé, j'ai eu un début de malaise vaginal vagal. C'était mes premières règles et je ne m'y attendais pas. Une fois remis, j'ai téléphoné au secrétariat urologie qui m'a envoyé par mail la feuille d'info manquante. C'était normal et ça pouvait durer des semaines. Encore un truc qui me rapproche de mon épouse et de mes copines, les problèmes liés à l'appareil reproducteur, elle connaissent ça depuis leur prime jeunesse. Moi, j'ouvre seulement les yeux. A 65 ans, c'est pas terrible mais c'est mieux que rien.

17 au 23 septembre 2021

Effectivement, la biopsie n'a aucune incidence sur les perfs. Mon cinquante bornes se passe au mieux et je poutre à l'occasion un tas de jeunes, ce qui me fait reluire l'Ego. Tout cela tombe fort à propos car mon moral était sur pause depuis un moment et ça commençait à se voir. J'ai bien joué mon rôle de type cool mais de temps en temps j'avais des absences. En gros, parfois je ne racontais pas de conneries, ce qui est mauvais signe chez moi.

Cela dit, ce fut un week-end de super forme avec les amis suivi de quelques jours avec ma chère épouse qui sait toujours trouver les bons mots quand il le faut et parler d'autre chose quand c'est nécessaire. Nous finissons ces courtes vacances dans un quatre étoiles à Granville pour fêter son anniversaire qui coïncide avec le premier jour d'automne. La chambre et le restau, ça me coûte un rein mais je suis prêt à donner les deux et la prostate avec. Soyons fous !

Entretemps 5

Depuis juin, j'ai plus que du temps pour gamberger. Je me doute qu'un jour plus ou moins proche, on va m'exploser la noisette. Bien sûr, j'ai le choix de refuser et bien sûr je connais les conséquences liées aux deux options. D'un côté, avec l'intervention chirurgicale je risque de me retrouver avec le divertisseur comme un foulard ; de l'autre côté je risque de ne pas voir grandir mes petites filles. Le choix est vite fait : j'opte pour le foulard.

1er au 6 octobre 2021

La pression est trop forte, je ne peux pas garder tout ça pour moi, j'ai des responsabilités familiales et sportives. J'annonce la chose à mes enfants en y glissant quelques plaisanteries pour faire passer la pilule. Ils me remercient pour ma franchise, ils n'auraient pas apprécié que je leur cache cela plus avant.

J'en parle à mon copain Hervé proche comme moi du Mustang trop tôt disparu à cause de cette saleté de cancer. Hervé a de bonnes raisons de me comprendre.

J'en parle au petit groupe que je dois bientôt entraîner pour le marathon de La Rochelle que je ne suis pas sûr de courir selon que ça urge ou pas. Béa en a les larmes aux yeux. Je n'aime pas faire de peine aux autres.

J'en parle à Katia dont l'empathie m'a toujours fait beaucoup de bien.

Et puis j'attends le 12 octobre.

12 octobre 2021

Josette m'a proposé de m'accompagner mais je préfère y aller seul et à pied. Trop de pression. 

Il fait très beau et la balade pourrait être très agréable si je n'étais pas tendu comme une corde d'arbalète. Arrivé à l'hôpital, je prends mon ticket et j'attends. Autour de moi, que des vieux. Je réalise que moi aussi je suis vieux et que je ne fais pas tache. L'urologue a une heure trente de retard et je prends mon mal en patience. J'ai l'air calme mais je suis remonté comme un coucou suisse.

Une fois en face du médecin, celui-ci commence en me disant d'un air étonné : "Ça ne va pas ? Vous avez l'air tendu."

J'ai envie de lui dire que ça fait quatre mois et demi que j'ai neuf chances sur dix d'avoir un début de cancer de la prostate, que je me suis injecté par deux fois de l'huile dans le rectum puis fait reluire le conduit à lentilles par une machine à échographie, que lui-même a lâchement profité de mon sommeil pour m'y mettre les doigts avant de me composter joyeusement la noix. Sinon, ça va, je ne suis pas tendu. Trop cool la vie !

"Bonne nouvelle, pour le moment il n'y a pas de cellules cancéreuses."

J'ai chaud ! Il m'explique que j'ai bien quelques cellules un peu zarbi et que ça va solliciter un contrôle annuel des PSA et éventuellement une nouvelle biopsie.

"Dans ce cas, je vous ferai une trentaine de prélèvements."

Bonne Mère, ça ne va plus être une prostate, ça va être de la dentelle d'Alençon ! Bon, si j'ai bien compris, je n'ai pas de cancer.  Au pire, j'ai un pré-cancer qui pourrait éventuellement évoluer en gentil cancer pas grave car pris à temps. Ne perdant pas le nord, je dis au gars que je suis déjà inscrit aux 100 km de Millau fin septembre 2022 et que dans ce cas, je ne commencerai les tests que courant octobre. Il approuve : "Pas la peine de vous mettre la pression".

J'ai les pattes coupées et je vais m'asseoir sur un banc non loin de l'hôpital pendant un long moment. J'ai des coups de fil à passer et des SMS à envoyer. 

13 octobre 2021

C'est Katia qui a le mot de la fin provisoire dans cette histoire lors de notre traditionnel entraînement allure semi-marathon du mercredi :

"Tu vois, maintenant tu es comme nous les femmes avec nos frottis annuels et nos mammographies. On a ça dans la tête et puis ça passe puis ça revient...



1 2 3 4 5 6

Voir les 14 commentaires

Le Pro se tâte (ÉPISODE 5/6)

Par Le Lutin d'Ecouves - 02-11-2021 09:06:25 - 6 commentaires


Entretemps 3

J'ai dit aux copines que je n'étais pas disponible pour la séance de fractionnés du jeudi. Je sens que mon mutisme à propos de ma santé va finir par poser des problèmes.  En plus de Béa dont ce sera le premier marathon, j'ai écrit un plan pour Fab qui veut passer sous les 3h30 et pour Patricia qui veut courir La Rochelle en 4h12. Dans peu de temps, on va tous à La Hague pour remplacer le 100 km de Mag par un trail de 50 bornes. Cette échéance est réalisable comme m'a dit l'urologue mais la suite reste un mystère. Il va falloir à un moment ou à un autre que je lâche le morceau avant qu'on me l'enlève...

9 septembre 2021

Comme je passe à 14h30, j'ai droit au lavement le matin. Trop fun. Et en plus, je dois être à jeun pour l'intervention. Trop top. Je suis dans un couloir et j'attends un bon moment. On m'appelle et une infirmière m'emmène dans une chambre puis me donne des vêtements en papier et une charlotte que je dois enfiler dès maintenant. Je me regarde dans la glace des sanitaires et je me dis que j'ai tellement l'air ridicule que si une de mes copines me voyait dans cet accoutrement, je n'aurais plus comme porte de sortie que le Seppuku (improprement nommé Hara Kiri) pour laver mon honneur.

On me donne un calmant et j'attends. Je vois le type d'à côté partir en chariot puis on vient me chercher. L'anesthésiste est sympa, elle me fait le coup de Kaa dans le Livre de la Jungle (Aie confiance...) et je pars en sucette comme un pet sur une toile cirée.

L'instant d'après, je me réveille et le soir n'est pas loin de tomber, Kaa me sourit et m'annonce qu'on m'a fait douze prélèvements sur la prostate, un organe qui a généralement une taille de quatre par trois cm. Il est bien poinçonné mon ticket de métro. Je suis crevé et je vais passer encore une heure dans la chambre devenue silencieuse, tellement silencieuse que je me demande si je ne suis pas dans le premier épisode de Walking Dead lors duquel Rick se réveille dans un hôpital déserté envahi par des zombies assoiffés de chair humaine. J'étais le dernier à passer et tout le monde est barré. Je me sens glauque.

Finalement, Josette vient me chercher. Elle n'est pas pâle et ne veut pas me prélever un bout de barbaque avec les dents. C'eût été facile car j'ai l'énergie d'une huître asthmatique. Non, tout va bien, j'ai juste envie de dormir mais avant il faut bien manger un peu car je suis à jeun depuis un moment.

10 au 12 septembre 2021

Je repars courir une petit jogging le vendredi et un entraînement à l'éclate le samedi. Je me permets d'exploser tout le monde dans la montée du Chemin de la Messe qu'on aurait dû appeler le Chemin de Croix. Deux heures en forêt le dimanche et ça va fort ! La prostate c'est pas utile pour la course à pied semble-t-il !

13 septembre 2021

Ne voyant rien arriver, je téléphone au secrétariat urologie. On ne m'a pas oublié mais le planning, vous savez ! Bon, le docteur vous fera un bilan le 12 octobre... Gasp ! Encore un mois sur le grill avant qu'on me dise que l'on va m'enlever un organe qui ne va de toute façon plus me servir ou alors qu'il est tellement pourri que je suis foutu et que je ferais mieux de me jeter du haut des 130 mètres du Nez de Jobourg, la plus haute falaise de Normandie. 

Ben tiens ça tombe bien, je pars courir là-bas dans quelques jours avec Ma Josette, Béa et son Fab ainsi que Mag et Pat. On va s'éclater et je vais continuer de me faire un sang d'encre tout en donnant le change à jouer le coach hyper cool et rassurant. Y'a des moments où on a envie de se la prendre et se la mordre...


©Thierry et Josette


1 2 3 4 5 6

 


 

 

Voir les 6 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.24 - 4010695 visites