KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Avril 2013
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Avril 2013

UN INSTANT DE PERFECTION

Par Le Lutin d'Ecouves - 30-04-2013 08:31:19 - 7 commentaires


Andy Warhol avait parlé du quart d'heure de célébrité mais ce samedi matin, nous eûmes, moi et Germaine, 0,0015625 secondes de perfection pour prendre ce cliché.
 
 Cliquer sur la photo pour la voir en 1024x768

Lors d'un entraînement de 21 km à vitesse marathon, sentant l'opportunité, je me suis jeté sur la rambarde à 12 km/h pour m'y bloquer et y prendre une rafale. La première photo fut la bonne.

Une vingtaine de lignes parallèles, trois perpendiculaires (dont la crête d'Ecouves), un camaïeu de bleu et les pieds de la cousine à 2 cm du sol, mon Canon D20 peut-être fier de lui.
 
 

Voir les 7 commentaires

LA RIA DE L'AVEN

Par Le Lutin d'Ecouves - 27-04-2013 20:55:33 - 7 commentaires


La Bretagne est décidément une mystérieuse terre de contrastes sur laquelle doivent encore rôder quelques korrigans, cousins du goubelin (lutin) normand.
 
 
Partis pour à nouveau crapahuter sur les escarpés chemins de douaniers du bord de mer, le Lutin et sa Josette sont tombés par hasard sur la ria de l'Aven.

Photo de ma Josette

Une ria est la basse vallée d'un fleuve envahie par la mer, le terme est très proche de celui d'aber largement utilisé en Bretagne.
 

Deux fois par jour, la ria de l'Aven se remplit et le marais devient une petite mer intérieure.
 
 
La sinueuse promenade sur les bords de la ria représente de nombreux kilomètres et chaque bras contourné offre une couleur différente en fonction de l'heure, du terrain et de la profondeur.
 
Photo de ma Josette

J'ai cru y voir quelques Ents se reposer au bord de l'eau mais je n'en suis pas sûr. Ce qui est certain, c'est que le lieu est habité par une multitude d'oiseaux ...
 
Photo de ma Josette

... comme cette fantomatique aigrette garzette qui cherche sa nourriture dans la vase.
 
Photo de ma Josette

Ou ce courlis corlieu dont le bec recourbé est parfaitement adapté à la pêche aux mollusques, petits crabes ou vers marins.
 
Photo de ma Josette

Mais aussi le tadorne de Belon, le plus grand de nos anatidés au plumage blanc superbement décoré de vert, roux et noir avec un bec rouge vif et des pattes palmées roses.
 
Photo de ma Josette

La ria de l'Aven se situe dans le Finistère entre Pont-Aven et l'Océan Atlantique.


  Clichés pris les 23 et 24 avril 2013
 

Voir les 7 commentaires

LE BLEU DES ÂMES

Par Le Lutin d'Ecouves - 22-04-2013 23:04:03 - 8 commentaires

 
Trois heures et six secondes dans la campagne entre Sarthe et Ecouves,  j'entraîne, j'anime, je fais du bruit durant trente kilomètres ; et pourtant, je rêve éveillé, fasciné par la splendeur toujours changeante de la nature et l'émouvante beauté des âmes humaines.
 

Encore un matin, encore un chemin.
Pénétrant un printemps bleu acier,
Ils glissent dans l'air vif,
Leurs sourires pareils à des larmes.


Trop de temps passé, trop de promesses,
Ils ne croient plus, ils respirent seulement.
Amour et haine mêlés quittent leur existence
Par les sources des paupières, par les pleurs du printemps.


De froides douleurs en noirs ressentiments,
Ils sont ici, là et maintenant.
Ils vont, indifférents à la peur,
Pour une seconde d'éternité.
 

Héros discrets volés au quotidien,
Ils courent comme si leur vie en dépendait.
Jamais les mêmes, toujours sincères
En leurs corps et en leurs âmes, ils vivent encore.


Calmes dans l'effort, ivres de soleil
Par-delà l'impassible azur
En cet instant fugace d'une courte éternité, 
Ils aiment ...


Moments légers de plénitude
Brisant nos sombres certitudes
Printemps d'automne, folie du sage
Autres passions, nouveaux passages.



 

Voir les 8 commentaires

SUR LE FIL DU RASOIR

Par Le Lutin d'Ecouves - 17-04-2013 14:24:28 - Aucun commentaire

 

 

Sur le fil, le Lutin se pose des questions.

 

Le récit ICI.

 

 

LES SAISONS D'ECOUVES

Par Le Lutin d'Ecouves - 13-04-2013 08:05:21 - 3 commentaires


Ecouves de janvier à décembre
Au fil des saisons dans la lumière et la couleur
 
Sur une musique de Tomaso Albinoni
 
 
(Ref)
 
 
 
Pour les curieux : Une anecdote sur le fameux adagio d'Albinoni
 
 
 
 

Voir les 3 commentaires

VIVALDI ET LE CONCERTO 14

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-04-2013 13:01:03 - 1 commentaire

Deux trompettes
 
 
Contrairement à son contemporain Telemann, Vivaldi ne composa qu'un concerto pour trompette(s). Cela est simplement dû au fait que Vivaldi, à l'Ospedale della Pietà, ne disposait pas de spécialiste de la trompette parmi les jeunes filles qui composaient l'orchestre de l'institution. Souffler dans un tel instrument n'était guère aisé et peu à la portée des demoiselles pour lesquelles Vivaldi créa nombre de ses œuvres.
 
 Document Wikipédia

En effet, à cette époque, la trompette ne comportait pas de pistons et son jeu, très difficile, était affaire de musiciens spécialisés soit dans le registre normal (grave) soit dans le registre aigu du "clarino", petite trompette dont le jeu était réservé à une élite dont le plus célèbre fut Johann Gottfried Reiche qui joua, entre autres, pour J.S. Bach (voir deuxième concerto brandebourgeois).

Le concerto pour deux trompettes de Vivaldi paraît bien modeste à côté des merveilles allemandes de Bach, Telemann ou Fasch et l'on sent bien que la partition évite toutes les difficultés aux deux solistes qui ne devaient pas être d'un grand niveau.

Mais ... c'est quand même du Vivaldi et l'on serait bien nigaud de bouder son plaisir.


Référence épuisée :
The Academy of Ancient Music dir. Christopher Hogwood
 
 
 
1  2   3   4   5   6   7   8   9   10   11  12  13

 
 

Voir le commentaire

ANTONIO CANAPELLI (1670-1750)

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-04-2013 10:01:59 - 6 commentaires

Un maître de la musique de chambre :
 
Antonio Canapelli
 
 

L'histoire de la musique prend parfois de drôles de détours ; c'est par le plus grand des hasards que le musicologue Guiseppe Russare est tombé sur un matelas rembourré de partitions dans la sacristie de l'église San Pigro à Venise.
 
Depuis des années, le curé local se reposait entre deux messes sur un vrai trésor musicologique. Après expertise, les manuscrits musicaux s'avérèrent être l’œuvre d'un singulier musicien que la rumeur soupçonnait d'être celui qui influença le célèbre Vivaldi, j'ai nommé Antonio Canapelli.
 
A l'instar de Vivaldi qui était fils de barbier, Antonio Canapelli était d'origine modeste ; son père, Girolamo, étant un ébéniste qui, s'il vivait chichement, était cependant connu dans la cité des doges pour son invention du "divano letto", un sofa ingénieux qui, en basculant, permettait aux séducteurs d'arriver à leurs fins en troussant leurs conquêtes allongées après les avoir charmées assises. Casanova en fit d'ailleurs usage comme il en parle dans ses mémoires, écrites dans la langue de Molière : "Ah ! comme il était pratique ce sofa de Canapelli sur lequel j'eus le plaisir de rendre hommage à tant d'épouses frémissantes de marchands vénitiens trop occupés à leurs affaires ..." (Page 269 du tome 2 de l'édition Robert Laffont).
 
Revenons à Antonio, le fils ; remarqué par les bons pères de l'église San Pigro (celle-là même où l'on a retrouvé les partitions), le jeune homme montra de précoces dispositions pour la musique tant au niveau interprétation au violon qu'au niveau composition. Un brillant avenir lui était prédit quand il commença à souffrir d'un mal insidieux : la narcolepsie. Le malheureux Canapelli était obligé de s'allonger pour dormir une bonne partie de la journée, ce qui l'empêcha vite d'interpréter sa propre musique.
 
Voilà pourquoi le pauvre Antonio se cantonna à la composition, restant allongé la plupart du temps dans son lit où il était alimenté par les bons pères qui se dédommageaient en vendant ses partitions à l'Ospedale della Pietà, institution voisine où travaillait Vivaldi qui s'inspira fortement des œuvres de Canapelli.
 
 L'Ospedale de la pietà au XVIIIe siècle

La vie de Canapelli fut relativement longue et il composa de nombreux concertos mais ceux-ci furent dispersés comme ce fut aussi le cas des œuvres de Vivaldi. 
 
Seulement connu par les chroniques, Canapelli renaît enfin grâce à la trouvaille de Russare qui a entrepris une édition sur papier couché de l’œuvre du génial Vénitien.
 
Voici un des premiers concertos révélés par Russare, on notera aisément l'influence que l'auteur eut sur son cadet Vivaldi :
 
 
 
 
 

Voir les 6 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 2710423 visites