KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HÉMIPTÈRES (I)

Par Le Lutin d'Ecouves - 16-07-2020 12:24:47 - 3 commentaires

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.

Hémiptères (1ère partie)
 
 
Les hémiptères sont un ordre d'insectes comportant essentiellement les punaises, cigales, cicadelles et pucerons. Au niveau cigales, le réchauffement climatique n'a pas encore permis l'arrivée de ces scies entomologiques dans mon département normand de l'Orne malgré l'existence de la cigale de l'orne (cicada ornis) qui doit en fait son nom au frêne à fleurs (fraxinus ornus). Les hémiptères sont des insectes à métamorphose incomplète, les juvéniles (larves) ressemblent (plus ou moins) aux adultes et il n'y a pas de phase immobile dans leur croissance comme pour les insectes à métamorphose complète comme le papillon, sa chenille et sa chrysalide.
 
 
 Acanthosoma haemorrhoidale
 
Oh punaise ! Je ne pensais pas a priori que ces insectes offraient une telle variété de formes et de couleurs. Commençons par la punaise ensanglantée dont les dessins sont assez variables. Les adultes se nourrissent de fruits alors que les larves se nourrissent de feuilles d'aubépine, chêne, peuplier, noisetier... Comme toutes les punaises, elle émet une substance nauséabonde si on l'importune et comme toutes les punaises, elle possède un long rostre replié sous la tête et le thorax qu'elle déploie pour se nourrir car c'est un insecte suceur.

******

Coreus marginatus

La corée marginée est très courante et facile à identifier, elle se nourrit sur l'oseille ou le groseillier mais ce qu'elle préfère chez moi, c'est la rhubarbe, véritable immeuble à punaises ; les larves sont très semblables aux adultes et grandissent lors de cinq stades larvaires.

******

Rhaphigaster nebulosa

La punaise nébuleuse n'est pas trop difficile et se nourrit sur divers arbustes comme ses larves. Elle peut hiverner dans votre maison, si c'est le cas, ne la capturez pas avec les doigts et ne l'écrasez pas car elle peut sentir vraiment mauvais. De toute façon, elle sortira de chez vous dès le printemps.

******

Holcostethus vernalis
 
Cette punaise est très courante, elle a comme autre nom Peribalus vernalis. Elle se nourrit sur une vingtaine de plantes différentes.

******

Dolycoris baccarum

Encore une punaise éclectique dans son alimentation, toutefois, la punaise des baies a une préférence pour les fruits qu'elle pique avec son rostre suceur (comme toutes les punaises), laissant un goût désagréable à ce qui reste. 

******

Graphosoma italicum
 
La punaise arlequin, très commune sur les apiacées (ombellifères) recherche le soleil et la chaleur, il n'est pas rare de la voir en grand nombre sur le bord des chemins. Sa livrée d'arlequin peu discrète est un avertissement pour les éventuels prédateurs signifiant : "Je suis vraiment mauvaise à manger". Comme les autres punaises de sa famille, elle possède un long rostre piqueur replié sous sa tête mais rassurez-vous, elle ne s'en servira pas pour vous agresser mais seulement pour se nourrir de sève. Les larves n'ont pas la même couleur que les adultes, elles sont brunes et plus arrondies.

******

Eurydema ornata

La punaise rouge du chou peut en fait être rouge, orange ou jaune et même parfois blanche. Elle se reconnaît en fait grâce à ses dessins. Elle vit et se nourrit sur l'immense famille des brassicacées qui comporte le chou mais aussi la moutarde, le colza, le rutabaga, le radis, la giroflée, le navet, la roquette, la cardamine, le chou marin etc...

******

Eurydema oleracea

La punaise potagère est aussi appelée punaise verte du chou car les taches qui vous semblent noires sont en fait vert très foncé. Les autres taches sont rouges, jaunes ou blanches. Elle aussi se nourrit de brassicacées mais comme certaines autres punaises, en cas de manque, elle peut consommer d'autres insectes qu'elle empale avec son rostre avant d'en sucer l'intérieur.

******

 
Palomena prasina
(larves stades 4 et 5)


La punaise verte (qui devient rousse en fin d'année pour des raisons de camouflage) est très courante dans les jardins ou bois. Elle apprécie particulièrement les pommiers et poiriers mais aussi tout un tas d'herbacées. Ses larves sont aussi polyphages et les œufs facilement reconnaissables à leur couleur vert fluo sont pondus là où elles peuvent se nourrir... sauf grosse méprise comme j'ai pu le constater sur le mur extérieur de ma cuisine :

 
Oups !

******

Nezara viridula

J'ai longtemps pensé que j'avais affaire à la punaise verte (Palomena prasina) jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'elle possédait sur le scutellum trois petits points blancs encadrés de deux petits points noirs. Pas de doute, il s'agit de la punaise verte ponctuée qui provient d'Ethiopie et qui est commune en Europe du sud. Sa présence en Normandie n'est pas un hasard vu l'accroissement régulier des températures moyennes. Elle est très polyphage et s'attaque à une trentaine d'espèces de plantes. Comme on peut le voir ci-dessous, ses larves ne ressemblent pas à celles de l'autre punaise verte :


Nezara Virudula
(larves stades 3 et 5)





Voir les 3 commentaires

FEND LA BISE

Par Le Lutin d'Ecouves - 18-06-2020 17:15:49 - 10 commentaires


Vous avez passé les soixante ans et il vous tombe un bout d'histoire personnelle comme ça, sans prévenir, une photo que je n'avais jamais vue auparavant ressortie d'une boîte à chaussures et que l'on m'a donnée il y a peu. "Tiens, toi qui fais de la course à pied..."
 
 
Les chaussures d'athlétisme, outil sophistiqué pour l'époque, font contraste avec la piste pour le moins rustique mais néanmoins entretenue. La campagne autour semble banale alors que, tout au contraire, elle est fortement exotique pour nous car située non loin de Hanoï l'actuelle capitale du Vietnam. On est entre 1951 et 1953.
 
La guerre, ce n'est pas comme dans les films, c'est beaucoup d'attente pour peu d'action et ces jeunes trentenaires s'occupent comme ils peuvent. Si le blond de gauche est taillé comme un athlète confirmé, le brun de droite a une attitude et une ligne moins conventionnelles. La disette et le travail obligatoire en Allemagne ne dataient que de quelques années et avaient certainement laissé des traces. Néanmoins, dans ce camp d'entraînement de l'Armée Française, il avait hérité du pseudonyme de "Fend la Bise" grâce à sa capacité de tenir son rang en sprint auprès de ses camarades. On aurait aussi pu l'appeler "Trompe la Mort" car c'est dans cette région que lors d'un de ses entraînements de course dans la nature il sauta sur une mine anti-char dont le souffle l'avait projeté la tête la première dans une mare dont il sortit indemne. Il faut dire que le Viêt-Minh fabriquait ses mines à l'efficacité aléatoire avec ce qu'il trouvait en démontant parfois des bombes et obus non-explosés.
 
Paul était peut-être déjà contaminé par le virus de l'hépatite "non-A - non B" contractée outre-mer et qui devait l'emporter en 1970. Il était en pleine forme et pensait souvent à son épouse et à sa petite fille de deux semaines qu'il avait laissée en Normandie et qu'il ne reverra qu'à l'âge de deux ans. Moi, je ne devais arriver que trois ans après juste pour son départ en Algérie.
 
Parmi les étoffes déchirées de la mémoire maternelle, il m'a fallu recueillir ces bribes décrivant quelqu'un que je n'ai pas connu en tant qu'athlète mais seulement en tant que père hyper-sensible sanglé dans le carcan de son éducation comme il l'était dans son uniforme. Le hasard ou la génétique a fait de moi un coureur de fond sans que je ne connaisse jusqu'ici cette histoire de "Fend la Bise".
 
Il est des occasions ratées dans la vie et on ne sait pas pourquoi. Paul ne m'a jamais parlé de ses aptitudes à la course, trop occupé par ses responsabilités d'officier puis par la maladie qui le rongea dès le milieu de la quarantaine. Peut-être aussi que cet homme né en 1922 ne savait pas que les pères étaient aussi autorisés à s'occuper de leurs jeunes enfants. Question de génération. Ne soyons pas trop prompts à déboulonner nos statues à la lumière de notre  contemporanéité. Je suis devenu trop vieux pour juger et c'est bien ainsi.
 

Voir les 10 commentaires

CENT MÈTRES CARRÉS : MES DIPTÈRES (III)

Par Le Lutin d'Ecouves - 10-06-2020 18:34:18 - 3 commentaires

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.
 
 
Diptères (3ème partie)
 
 
 Sarcophaga carnaria
 
De la famille des sarcophagidés (qui mangent de la viande), cette grande mouche appelée mouche à damier ou mouche grise de la viande est aussi une commensale de l'homme dont elle apprécie la nourriture carnée, viande ou poisson qu'elle gâte systématiquement en y déposant bactéries, virus pathogènes et champignons qu'elle importe des cadavres ou excréments visités à l'extérieur. C'est dans ces cadavres et ces excréments qu'elle dépose aussi ses œufs et, si le besoin s'en fait sentir, les larves peuvent être déposées directement car cette mouche peut aussi être ovovivipare. Son goût pour les cadavres en fait une précieuse auxiliaire de la médecine légale.

******

Anthomyia procellaris

Nouvelle famille : les anthomyies.  Celle-ci est de petite taille (7 mm environ) et se nourrit de nectar, pollen et excréments. Elle fréquente les nids d'oiseaux dont ses larves apprécient les déjections.

******

Sicus ferrugineus

De la famille des conopidés, le sicus ferrugineux n'a pas gagné le concours de beauté des mouches mais il compense par une certaine habileté en ce qui concerne la reproduction : la femelle fécondée, prenant son air chafouin (voir photo), attend de repérer de son œil torve un bon gros bourdon qui butine et elle va lui balancer un œuf pourvu de petits crochets dans les poils de l'abdomen où il s'arrime solidement avant d'éclore un peu plus tard. Les deux premiers stades de développement de la larve se contentent de pomper l'hémolymphe du bourdon (l'équivalent de son sang), le stade suivant se met à consommer la viande de l'hôte qui finit par en mourir. La métamorphose se terminera dans le cadavre du bourdon : la larve se transforme en pupe (la chrysalide de la mouche) et elle hiverne ainsi pour émerger à la saison suivante.

******

 Chloromyia formosa
 
 De la famille des stratiomyidés, la chloromye agréable a un thorax vert métallique. Le spécimen présenté est un mâle à l'abdomen doré alors que la femelle possède un large abdomen bleuté. les adultes sont des butineurs et les larves se nourrissent de végétaux en décomposition et ainsi être fort utiles pour la transformation du compost.

 ******


Oplodontha viridula

Autre stratiomyidé, cette petite mouche se rencontre plutôt dans les milieux humides car ses larves se développent dans l'eau. Son abdomen peut être de couleur très variable : jaune, vert, blanc ou orange.

******


Thaumatomyia notata

Le chlorops grégaire (de la famille des chloropidés) est une toute petite mouche de 2 à 3 mm de long qui se nourrit de nectar et de liquides sucrés. Ses larves (3 à 4 générations par saison) vivent dans les racines de graminées et se nourrissent de pucerons d'où leur utilité dans les jardins.

******

Bombylius major

Tout le monde connaît le grand bombyle mais certains le confondent avec un bourdon alors que c'est bien un diptère brachycère et donc une mouche tout à fait inoffensive. C'est un grand spécialiste du vol stationnaire et il butine les fleurs à l'aide de sa trompe d'une manière très semblable à celle du sphinx colibri qui est par contre un lépidoptère (papillon). La femelle pond ses œufs à l'entrée des nids de certaines abeilles ou même de certains papillons, ses larves se développent dans les nymphes ou chrysalides des espèces parasitées. Encore plus fort, on en a observé qui parasitaient des mouches tachinaires qui sont elle-mêmes des parasites de chenilles. On parle alors d'hyperparasitisme.

******

Tipula oleracea

Chez les diptères, il n'y a pas que les mouches, il y a aussi les nématocères dont font partie ces imbéciles de moustiques mais aussi la placide tipule du potager appelée aussi cousin, faucheux ou même maringouin. Cet insecte pond ses œufs au sol et ses larves en forme de vers se nourrissent de racines. La tipule est attirée par la lumière et certains soirs d'été, on peut voir des invasions dans les vérandas de ces insectes inoffensifs mais parfois envahissants.

******

Nephrotoma appendiculata

Le néphrotome de Pierre aisément reconnaissable grâce au dessin de son thorax est une autre espèce de tipule aux mœurs semblables à celles de la tipule du potager, ses larves mangeuses de racines sont donc moyennement appréciées du jardinier.



Voir les 3 commentaires

CORONA LIBRE !

Par Le Lutin d'Ecouves - 05-06-2020 17:48:46 - 9 commentaires


Vertubleu, ce fut long ! Durant ces 55 jours de confinement, en dehors de mes expéditions à risque dans des grandes surfaces nids à virus où il fallait bien que le mâle chasseur que je suis prît des risques pour assurer la subsistance du couple, ma seule sortie était mon heure de sport de 19h à 20h qui me fit parcourir au total 656,5 km muni de l'autorisation ad hoc (L’État rembourse-t-il les cartouches d'imprimante ?).
 
J'avais par civisme (ça, c'est mon côté maître d'école) suivi les instructions gouvernementales tricotées par les beaux messieurs en leurs bureaux du Mordor, contrée (c'est bien connu) où l'on ne trouve ni forêt digne de ce nom, ni plage méritant cette appellation mais, doté d'un sens aigu de la contradiction (ça, c'est mon côté Baby Boomer), je ne suis pas sorti de chez moi le lundi 11 mai, premier jour du déconfinement.

Cela m'a quand même fait drôle de retrouver quelques jours plus tard ma forêt et ses 15 000 hectares que les Gens d'Armes quadrillaient depuis deux mois pour que nul individu ne transmette le coronavirus aux blaireaux certainement cousins de ceux du Mordor sus-cités (on est solidaire chez les mustélidés).


Ecouves était toujours là et toujours aussi vaste. Nous les lutins avions été punis deux mois et ainsi privés de notre milieu naturel et un lutin hors-sol, ça s'étiole du pétiole. Je courus deux heures sans voir personne comme à l'accoutumée. Certains chemins s'étaient refermés à la faveur du glorieux printemps en cours et je rentrai quelque peu zébré à la maison.

Cela dit, nous étions toujours sous surveillance... Le mercredi suivant, alors que je faisais mes séries de 1000 m à vitesse semi-marathon sur la piste de la Plaine des Sports en compagnie de ma copine Katia (chacun dans son couloir), j'ai été interpellé (par mon nom) par un fonctionnaire de la mairie : "Excusez-moi, mais vous courez trop près l'un de l'autre !" Palsambleu, allais-je sortir ma rapière pour transpercer l'impudent paltoquet ou bien allais-je lui répondre courtoisement histoire de préserver les bonnes relations entre mon club et la mairie ? J'ai finalement opté pour la deuxième solution. Comme quoi toutes ces heures à courir seul m'avaient fait progresser au niveau self-control.

Il restait la limite des 100 km. Habitant dans l'Orne, j'ai trouvé normal le mardi d'après de suivre le cours de ce ruisseau éponyme qui prend sa source au nord-est d'Ecouves. Direction Franceville au bord de la Manche à 97 km à vol d'oiseau de chez moi en compagnie de ma chère épouse.


Le ruisseau ornais est devenu un large fleuve, le temps est magnifique, les marais habités par une multitude d'oiseaux et la plage déserte. A son entrée, un panonceau nous invite à nous mouvoir étant donné que nous sommes censés nous trouver sur une plage "dynamique", tout arrêt risquant de contaminer crabes et palourdes...


Au bout d'une petite heure de marche, constatant qu'il n'y avait personne un kilomètre à l’ouest ni âme qui vive un kilomètre à l'est, nous prîmes le risque insensé de nous asseoir pour consommer nos sandwiches au poulet et au curry. Pas d'hélicoptère pour nous chasser ni de drone pour nous filmer... Nous étions des rebelles !


Retrouvant la civilisation à Houlgate en début d'après-midi, nous vîmes que la mairie avait bien fait les choses, fléchant promenade et plage pour que les quelques badauds ne puissent se croiser. On ne sait jamais, après ces mois de confinement, nos cerveaux mal oxygénés n'étaient peut-être plus en mesure de gérer efficacement nos déplacements.
 
 Photo de ma Josette

Il faisait vraiment trop beau ! Nous décidâmes de rester et il me fallut prendre le risque mortel mais calculé d'affronter les emplettes dans la supérette locale dépourvue de fléchage approprié. Munis de nos quelques provisions, nous nous dirigeâmes ensuite vers Villers sur Mer dont la plage se révéla moins que dynamique :

Photo de ma Josette

En panne de peinture mais détenant un énorme surplus de rubalise, la commune avait interdit la plage et bloqué ses nombreux accès. Au bout d'un kilomètre d'interdictions, nous arrivâmes à Auberville au pied des falaises des Vaches Noires et la prohibition cessa. Pas de marquage, de panonceau, de barrière ou d'injonction.


Estimant que le risque de recevoir un parapentiste contaminé dans la figure était négligeable, nous fîmes notre repas du soir en ce lieu de paix. Enfin vraiment chez nous dans notre belle Normandie, enfin libres !

Picolare perseveramus et merdum ad Mordorem !


Voir les 9 commentaires

CENT MÈTRES CARRÉS : MES DIPTÈRES (II)

Par Le Lutin d'Ecouves - 15-05-2020 11:20:09 - 1 commentaire

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.
 
 
Diptères (2ème partie)
 
 
Après avoir exploré une fraction de l'immense famille des syrphes, intéressons-nous à des mouches qui ont l'air de mouches : les muscidés, les calliphoridés et les tachinidés.


  Musca domestica
 
La mouche domestique est l'insecte dont la répartition mondiale est la plus vaste car, si elle vit facilement dehors, elle s'est adaptée à l'habitat humain et participe même à sa décoration en dessinant sur les voilages. C'est un animal opportuniste qui peut se nourrir d'à peu près tout ce qu'il trouve avec une préférence pour les sucres, les cadavres, les déchets alimentaires et les excréments mais la mouche ne mange que liquide et donc régurgite sa salive sur la nourriture pour la dissoudre avant de l’aspirer avec sa trompe. Miam ! Sa larve s'appelle asticot dont l’œuf est pondu dans de la nourriture où elle doit se débrouiller pour grossir et se métamorphoser. Une mouche peut pondre jusqu'à 1000 œufs dans sa vie. La mouche domestique est vecteur d'un tas de maladies car elle-même supporte plus de 100 pathogènes différents. Comme elle vit avec l'homme, elle a dû subir les attaques insecticides de notre espèce et elle s'est donc adaptée à cela en devenant une des espèces les plus résistantes à la chimie tchernobylienne. Tout cela n'en fait pas apparemment un animal très sympathique mais, après tout, les maladies qu'elle colporte ce sont les nôtres et les différentes résistances qu'elle a acquises, c'est à notre contact. La mouche domestique, c'est un peu le rat des insectes et comme lui, elle a co-émigré et co-évolué avec notre espèce.
 
******

 Phaonia subventa

Autre muscidé, Phaonia subventa vit dans les endroits végétalisés et pond ses œufs dans des feuilles ou du bois en décomposition mais aussi dans des charognes. Les yeux rapprochés du spécimen photographié indiquent qu'il s'agit d'un mâle, la femelle les ayant bien séparés. C'est un trait commun à beaucoup de mouches.

******
 
 Hebecnema vespertina
 
Cette petite mouche (5 à 6 mm) fait aussi partie des muscidés, elle est très répandue en Europe et en Amérique.  On remarquera son élégance de lignes, les soies blanches sous les yeux et ses petits crochets blancs au bout des pattes.

******

Lucilia sericata
 
Nouvelle famille : les calliphoridés, des mouches aux belles couleurs. La lucilie soyeuse, aussi appelée mouche verte est, comme la mouche domestique, une fidèle compagne de l'homme. Sa fidélité va jusqu'à pondre ses œufs dans les cadavres oubliés en pleine nature, ce qui en fait une des espèces utilisées par la médecine légale pour dater les décès. En dehors des cadavres de divers animaux, cette mouche pond dans les plaies ou les excréments. Cette espèce est d'ailleurs utilisée en "larvothérapie" pour nettoyer certaines plaies infectées en nettoyant les tissus nécrosés et en épargnant les tissus sains. La salive liquéfie les tissus nécrosés qui sont aspirés par les larves. Cette salive contient en outre des peptides antimicrobiens efficaces contre les contaminations bactériennes (source Quel est cet animal). Pas si mal pour une mouche à m... !

******

Protocalliphora azurea
 
Ces mouches bleues ne vont pas chercher à s'intéresser à votre nourriture car elles se nourrissent essentiellement sur les fleurs d'apiacées ou de lierre bien que la femelle de celle-ci aime à se restaurer de la transpiration humaine ou des déjections fraîches d'oiseaux. La larve hématophage de cette espèce se développe dans les nids de passereaux dont elle parasite les oisillons.

******

Calliphora vicina

La calliphore bleue est une mouche à viande très courante et cosmopolite qui pond ses œufs dans toutes sortes de cadavres y compris le poisson. Ses larves se nourrissent de la chair en décomposition en la liquéfiant avec leur salive. Leur action est déterminante en tant que nettoyeurs de la nature. Elles servent bien sûr aussi à la datation en médecine légale.  Les adultes se nourrissent cependant de nectar, de matières sucrées et de fruits en décomposition. Cette mouche joue un rôle important dans la pollinisation de l'arum italicum et la dispersion des spores du phallus impudicus, cette plante et ce champignon dégageant une odeur de décomposition propre à attirer la femelle de cette calliphore.

******

Tachina fera

Les tachinaires (ou tachinidés) sont une famille de mouches généralement appréciée des jardiniers car leurs larves sont parasites d'autres insectes, particulièrement de chenilles qui ont souvent la mauvaise idée de se nourrir des produits du potager. La tachinaire hérissonne se nourrit de nectar mais ses larves parasitent les chenilles de papillons de nuit qu'elles pénètrent pour les dévorer de l'intérieur avant de procéder à leur métamorphose.

******



Eriothrix rufomaculata


Cousine tout aussi hérissée, cette tachinaire rouge à pattes noires a des mœurs identiques à celles de sa cousine jaune, parasitant aussi des chenilles de papillons de nuit.

******

Sturmia bella

Cette belle tachinaire gris-bleu a une autre stratégie  : elle pond ses œufs sur les orties dont se nourrissent les chenilles de la petite tortue (aglais urticae), un papillon de jour très courant. Trop occupées à boulotter, les chenilles ne s'aperçoivent pas qu'elles avalent des œufs qu'elles ne digèrent pas, leur système digestif n'étant adapté qu'aux orties. Les chenilles continuent leur croissance jusqu'à leur dernière mue mais pendant la formation de la chrysalide, elles se font dévorer de l'intérieur par les larves qui s'échappent enfin du cadavre pour finir leur métamorphose au sol (Source Filming VarWild).


******

Phasia barbifrons

Cette toute petite tachinaire fort élégante n'a pas suffisamment été étudiée pour qu'on connaisse son espèce hôte. On sait juste qu'elle présente les caractéristiques de sa famille de mouches parasites.

******

Phania funesta
 
Inutile d'aller chercher bien loin pour comprendre son nom... Phania funesta est une  petite tachinaire endoparasite des punaises.

******

Ectophasia crassipennis


La phasie crassipenne a des petits airs de syrphe mais c'est bien une tachinaire qui parasite aussi les larves des punaises de diverses espèces comme la punaise arlequin ou la punaise des baies. Les adultes comme on le voit sur la photo sont des butineurs qui apprécient particulièrement les apiacées (ombellifères).

******


Cylindromyia bicolor

Eloignez les enfants... Cylindromyia bicolor est très facile à identifier grâce à sa forme cylindrique, sa couleur, sa tache noire sur le dessus de l'abdomen, ses gros cuillerons blancs qui protègent ses balanciers et bien sûr ses belles épines de tachinaire. Elle aussi parasite une punaise, plus précisément la punaise nébuleuse présente dans mon jardin.







 

Voir le commentaire

CENT MÈTRES CARRÉS : MES DIPTÈRES (I)

Par Le Lutin d'Ecouves - 05-05-2020 18:11:38 - 5 commentaires

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.
 
 
Diptères (1ère partie)
 
Les diptères, sont des insectes qui ne possèdent qu'une paire d'ailes (d'où le nom), la deuxième paire étant généralement réduite à l'état de balanciers servant de stabilisateurs durant le vol. Parmi les diptères, se situe la famille des moustiques fameux criminels en série qui tuent un million d'humains par an sur Terre (par les maladies qu'ils inoculent) alors que l'homme n'est même pas capable d'en tuer la moitié (430 à 480 000 meurtres pas an, petit joueur !). Vous ne trouverez pas ici de photo de moustique car j'ai tendance à les trucider supportant mal d'être pompé au niveau sanguin. A noter que ce printemps, j'ai déjà assassiné une bonne dizaine de moustiques tigres (qu'ils sont lents !) alors qu'ils ne sont pas signalés dans l'Orne et dans les départements limitrophes).
 
Une grande majorité des diptères sont appelés mouches et j'espère contribuer à la réhabilitation de ces insectes souvent très utiles et parfois très beaux, il suffit de les regarder de près. Ce premier chapitre est entièrement consacré aux syrphes de mon jardin. Les syrphes, facilement reconnaissables à leurs couleurs sont de remarquables et indispensables pollinisateurs, aussi importants mais moins connus que les abeilles.
 
 
 Volucella zonaria
 
Cette magnifique mouche de grande taille (2,5 cm) c'est la volucelle zonée, elle est appelée mouche frelon par les Anglais car elle imite visuellement le frelon mais rassurez-vous, elle ne possède pas de dard et n'est pas équipée pour mordre. Cela dit, son aspect décourage de nombreux prédateurs qui hésitent à se frotter à ce qu'ils pensent être un hyménoptère irascible. Cette volucelle ne fait pas qu'imiter le frelon, elle le parasite en pénétrant dans les nids, protégée par son aspect mais aussi par les phéromones trompeuses qu'elle dégage et elle y pond ses œufs. Après éclosion, lorsqu'elle quitte la cellule qu'elle occupe, la larve de volucelle se nourrit de débris ou même de cadavres de frelons, effectuant ainsi un rôle de nettoyeur utile à la colonie de ses hôtes.

******

Volucella pellucens
 
Un peu plus petite,  la volucelle transparente est appelée ainsi car une partie de son abdomen est constitué de sacs aériens utiles au vol en allégeant l'insecte. C'est un ectoparasite de la guêpe commune mais elle ne cherche pas à imiter son aspect, se fiant aux odeurs qu'elle dégage et qui trompent suffisamment ces hyménoptères pour qu'on la laisse pondre ses œufs à l'intérieur du nid. Comme pour sa cousine zonée, les larves de la volucelle transparente se nourrissent en servant d'éboueurs du nid de guêpe. Ce type de parasitisme est donc proche d'une forme de symbiose.
 
******
 
 Helophilus pendulus

L'hélophile suspendu est un très joli syrphe habitué aux zones humides (hélophile : qui aime les marais), ce qui ne l'empêche pas de rayonner jusque chez moi (j'habite à 1000 m de la Sarthe et de ses zones inondables). C'est bien sûr un butineur comme tous les syrphes mais sa larve est aquatique et elle se nourrit en se déplaçant dans des eaux chargées en matière organique la tête en bas, respirant par son siphon postérieur qui affleure à la surface.

******


Merodon equestris


La mouche des narcisses imite cette fois-ci un petit bourdon mais ne cherche pas à parasiter cet animal. Ce syrphe assez précoce au printemps dépose ses larves dans les bulbes de narcisses et de lys où il peuvent faire quelques dégâts en creusant des galeries pour se nourrir, les adultes se nourrissent du pollen et du nectar de ces fleurs.

******

Eristalis tenax

L'éristale tenace (ou gluante ou  mouche pourceau) est un syrphe très courant que l'on peut confondre avec l'abeille à cause de sa taille, son aspect et sa façon de voler et de butiner sur place. Cette mouche est bien sûr totalement inoffensive. Vous en voyez souvent voler en stationnant un moment dans un rayon de soleil pour plonger habilement et subitement car ce sont d'excellents voiliers. Les noms peu flatteurs qu'on lui attribue sont dus à son habitude de pondre dans des endroits fortement pollués comme le purin, les eaux stagnantes très chargées en débris organiques et bien sûr les toilettes au fond du jardin dont la quasi disparition est un véritable drame pour un bon nombre d'espèces de diptères. La larve de cette mouche pourceau est bien moche en forme de ver à queue de rat, elle se nourrit des déchets trouvés dans ces eaux polluées, effectuant ainsi son travail de nettoyeur ; sa queue lui sert juste à affleurer à la surface de l'eau pour lui permettre de respirer. Rassurez-vous, l'adulte est parfaitement propre et se nourrit en butinant.
 
******
 
 Eristalis pertinax

Pas facile à distinguer de sa copine... L'éristale opiniâtre a un abdomen plus conique et surtout les tarses 1 et 2 jaunes. Son comportement et celui de ses larves à queue de rat est identique à ceux de l'éristale tenace. Après tout, tenace et opiniâtre sont synonymes...

******

Eristalis arbustorum

L'éristale des arbustes est un peu plus petit et un peu plus gracieux. On le trouve butinant les apiacées, les cirses, les chardons, le séneçon, les centaurées... Ses larves sont, elles, aussi moches que celles de ses camarades éristales et elles se nourrissent aussi dans le caca... On ne se refait pas.

******

Myathropa florea

Voilà un nom plus avenant : le syrphe des fleurs. Les anciens l’appelaient le syrphe tête de mort à cause du dessin sur la partie supérieure de son thorax, ils ignoraient en fait qu'il s'agit du signe de Batman que tout le monde reconnaît aisément. L'adulte est un grand amateur du nectar d'un tas de fleurs, sa larve "queue de rat" se développe dans les eaux stagnantes chargées en matières organiques comme celles des autres éristales.

******

Epistrophe melanostoma

Le syrphe de mai est un butineur polyvalent, comme tous les épistrophes, ses larves se nourrissent de pucerons, bonne nouvelle pour les jardiniers !

******

Epistrophe eligans
 
Ce joli syrphe qui brille comme de l'or est qualifié d'élégant. Lui et ses larves ont le même comportement que le syrphe de mai. Une étude a été menée sur les larves de cet insecte, mettant en évidence une éclosion plus précoce qu'il y a vingt ans, preuve supplémentaire du réchauffement climatique.

******
 
 Syrphus ribesii

Ok, il n'est pas à sa place sur une poire mais c'est un syrphe du groseillier sur lequel se développent ses larves apodes qui se nourrissent de pucerons et mon groseillier, il en a des tonnes de pucerons !

******

 Episyrphus balteatus


Nous en arrivons aux syrphes de petite taille que les âmes craintives prennent parfois pour des mini guêpes. Le syrphe ceinturé est une véritable bénédiction de la nature car, en plus d'être à 100% inoffensif, c'est un pollinisateur hors pair, notamment du colza qui aurait bien du mal à se développer sans ce petit insecte ; mais ce n'est pas tout, sa larve est une grande consommatrice de pucerons (elle peut en 10 jours de croissance consommer jusqu'à 1000 pucerons) et l'on commercialise d'ailleurs ces insectes pour en protéger les cultures, entre autres sous serre.

******

Scaeva selenitica

Pour qui n'est point trop attentif, tous ces petits syrphes se ressemblent. Celui-ci butine un grand nombre de fleurs et sa larve a une préférence pour les pucerons des conifères qui sont plus gros.

******

Sphaerophoria scripta

Le syrphe porte-plume est très fin, d'où son nom. La femelle a le bout de l'abdomen pointu contrairement au mâle présenté ici. Comme ses collègues, c'est un très bon pollinisateur et ses larves en forme de sangsues boulottent les pucerons avec entrain. Cette espèce est migratrice et elle hiverne dans le sud de l'Europe.

******


Eupeodes luniger

On ne va pas se répéter quand même : butinage et pucerons. Les maraîchers apprécient particulièrement ces petits syrphes. A noter qu'une révision des eupeodes (4 espèces dans nos régions  d'Europe de l'Ouest) a eu lieu en 2007 et que certains spécialistes affirment qu'on ne peut vraiment les distinguer qu'en disséquant les parties génitales (comme quoi, ça existe vraiment les gens minutieux qui ont des pratiques répréhensibles envers les mouches). Vu la taille de l'animal et l'état de ma vue, j'en resterai à mes observations actuelles.

*****
 
 Xanthogramma pedissequum

Contrairement à ce que j'ai lu sur Wikipedia, ce petit syrphe est courant dans toute l'Europe de l'Ouest même s'il ne pullule pas. Il a les même mœurs que ses camarades cités plus haut mais il est à remarquer qu'on a retrouvé des larves de cette espèce se nourrissant dans des fourmilières d'éleveuses de pucerons (eh oui, certaines fourmis élèvent les pucerons pour les "traire"). Les connaissances étant limitées sur le développement de cette espèce, on ne sait pas encore quelles sont les stratégies développées par ces larves pour ne pas se faire agresser par les fourmis qui sont très jalouses de leur cheptel.

******


Xylota segnis


La xylote indolente m'a demandé bien des efforts pour son identification et j'ai dû recourir à l'aide du site Quel est cet animal. Ce petit syrphe se balade volontiers sur les feuilles où elle mange les grains de pollen ou "suce" les pucerons qu'elle peut trouver, ceux-ci regorgeant de miellat sucré. Ses larves se nourrissent de sève mais on en a trouvé aussi dans des restes humains en décomposition selon certains entomologistes britanniques.







 

Voir les 5 commentaires

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HYMÉNOPTÈRES (III)

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-05-2020 21:50:37 - 2 commentaires

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.
 
 
Hyménoptères (3ème partie)
 
 
 Vespa velutina
 
Vous pensiez en avoir fini avec la famille des guêpes, eh bien non ! Voici le fameux frelon asiatique facilement reconnaissable à ses pattes jaunes. Contrairement à son cousin européen plus imposant (Vespa crabro), celui-ci ne se contente pas de passer au-dessus de mon jardin en vrombissant, il se pose et se laisse gentiment photographier car le frelon asiatique est, contrairement à la légende, beaucoup plus pacifique que le nôtre qui a tendance à être un peu grincheux. Comme chez toutes les guêpes sociales, les reines construisent des nids en papier où elles pondent les œufs donnant les premières ouvrières qui l'aident ensuite à agrandir le nid et ce n'est pas peu dire ! Un nid à maturité (très souvent arboricole) peut faire un mètre de haut. Au bout d'un moment, on a affaire à un véritable immeuble à frelons où la population peut aller jusqu'à 2000 ouvrières et 500 futures reines et au moins autant de mâles en fin de saison (travaux de Quentin Rome). Même si vespa velutina est plutôt placide, je conseillerai de ne pas approcher son nid à moins de cinq mètres même si je l'ai déjà fait de très près... Ce frelon est fructivore et butineur mais il nourrit ses larves avec de la viande d'autres insectes (abeilles, guêpes, mouches, papillons etc...) comme le fait le frelon européen. Il est même capable de prélever des lambeaux de viande sur des cadavres d'animaux ou sur votre steak si vous le laissez traîner dehors. Ce frelon est très rustique et il n'est pas rare de voir des femelles butiner jusqu'à début novembre alors que les autres hyménoptères survivants se sont cachés pour hiverner. Cependant, il peut mourir d'hyperthermie au-dessus de 45°C, c'est pourquoi les abeilles Apis ceranae asiatiques se jettent en groupe sur les frelons trop proches de la ruche pour les entourer d'une boule compacte et faire ainsi monter leur température jusqu'à leur mort.
 
******
 
 Scolia hirta
 
Guêpe thermophile, la scolie hirsute est plutôt méditerranéenne mais comme pas mal d'espèces, elle est remontée au nord depuis quelques années, ce qui explique sa présence en Normandie intérieure (par contre, sur la presqu'île du Cotentin, on rencontre naturellement un certain nombre d'espèces sudistes ; cela est dû à la quasi absence de gel). Sa piqûre est réputée très douloureuse mais comme c'est une guêpe solitaire, n'ayant pas de nid à défendre, elle est nullement agressive et il faut être bien empoté pour se faire piquer. La femelle a une manière bien à elle de nourrir ses larves : plutôt que de faire un nid, elle repère au sol les larves de scarabées tels que la cétoine, creuse éventuellement pour y accéder, paralyse la larve avec son aiguillon et dépose un œuf fécondé à côté. Elle ressort au besoin en creusant à nouveau en laissant sa larve se débrouiller pour dévorer sa proie après son éclosion.
 
******
 
 Philanthus triangulum

Encore un voyou détesté par les apiculteurs ! Ce petit crabronidé est un philanthe apivore qui, comme son nom l'indique, est un prédateur de l'abeille qui est pourtant un peu plus grosse que lui... C'est un insecte solitaire qui creuse des galeries dans le sol où il dépose des œufs fécondés accompagnés de deux à trois abeilles paralysées par œuf. Je l'ai personnellement vu procéder, attaquant une abeille en plein vol, les deux insectes sont tombés à terre et avaient l'air de se battre comme des chiffonniers. Le philanthe pique l'abeille sous la gorge, ce qui a pour effet de la paralyser grâce au venin puis il transporte son imposante proie jusqu'à son nid où elle sera dévorée à l'éclosion des petits.

******
 
 Cerceris rybyensis

Le cerceris commun est lui aussi un petit crabronidé solitaire qui a les mêmes mœurs que le philanthe mais il s'attaque surtout à des petites abeilles de type lasioglossum qu'il mord au niveau de la nuque et qu'il pique pour les paralyser avant de les donner à manger à ses larves qui nichent dans un trou au sol.
 
******
 
 Ectemnius cephalotes
 
Ectemnius cephalotes est aussi un petit crabronidé solitaire mais on peut le trouver dans des habitats collectifs creusés dans du bois tendre où chaque femelle s'occupe de ses propres larves en leur amenant des proies, essentiellement des syrphes (famille de mouches souvent rayées jaune et noir). Pour se nourrir, cet insecte butine des apiacées mais ne dédaigne pas pour autant les larves ou les petits insectes.
 
******


Crossocerus podagricus

Ce petit crabronidé a pour proies de petits diptères qu'il capture pour nourrir ses larves. L'animal est très peu étudié et je n'en sais pas plus... désolé.


 ******

 
 Isodontia mexicana
 
Les sphécidés sont une famille de "guêpes" particulièrement élégantes. Provenant d'Amérique, l'isodonte mexicaine s'est implantée dans la partie méditerranéenne de la France dès les années 1960 et elle ne s'est répandue au nord qu'à partir de 2003. Son arrivée dans mon jardin date de 2014, elle y vient butiner mes chardons bleus qui ont un grand succès car j'y ai compté jusqu'à 40 individus en même temps. Elle fait son nid dans des cavités de bois ou de bâtiments. Elle nourrit ses larves de sauterelles qu'elle aura préalablement paralysées en les piquant au niveau des ganglions nerveux. Les adultes (le mâle est nettement plus petit) sont des butineurs.
 
******
 
 Podalonia hirsuta
 
L'ammophile hérissée est censée vivre dans la partie sud des Alpes et dans le Cotentin mais elle semble bien avoir rejoint le sud de l'Orne où j'habite, nouvelle preuve du radoucissement progressif du climat dans cette partie de la Normandie. Ce sphécidé creuse son terrier dans des endroits sablonneux où il entasse des chenilles paralysées servant à la nourriture de ses larves. 
 
******
 

 Macrophya annulata

 
Les tenthrèdes (appelés "mouches à scie" bien que ce ne soit pas des mouches) sont des hyménoptères primitifs dont les femelles ont la particularité d'avoir un ovipositeur en forme de"scie" avec lequel elles incisent le feuillage ou les tiges des plantes hôtes pour y déposer leur ponte. De cette ponte sort ce qu'on appelle des "fausses chenilles" qui se nourrissent du feuillage sur lequel elles ont été pondues tout comme le font les "vraies chenilles" du papillon. Les chenilles de macrophya annulata sont des prédatrices du rosier, de la ronce et de la potentille.

******

Arge pagana

La tenthrède du rosier, comme son nom l’indique, dépose ses œufs sur les rosiers ou églantiers où les fausses chenilles qui en sortiront risquent de faire pas mal de dégâts. Avec sa "scie", la femelle pratique une incision dans une tige, y dépose ses œufs en ligne puis referme la plaie grâce à une sécrétion qu'elle produit (Voir ici sur insectes-net.fr). 

******

Amblyteles armatorius

Les ichneumons sont des hyménoptères dont la femelle possède un long ovipositeur parfois rétractable avec lequel elle dépose ses œufs dans les insectes hôtes (souvent des chenilles ou des chrysalides mais aussi des larves de coléoptères) sans les tuer ou les paralyser. L'hôte continue un moment sa vie pendant que la larve le grignote provoquant in fine sa mort. Amblyteles armatorius pond ses œufs dans des chenilles de noctuelles qui font de sacrés dégâts dans le jardin. Voilà pourquoi les ichneumons sont très appréciés des jardiniers.

******

Ctenichneumon inspector ssp.nigriventris

Voici une magnifique femelle d'ichneumon sous-espèce de Ctenichneumon inspector. Comme beaucoup d'hyménoptères, si leurs larves sont souvent carnivores, les adultes butinent les fleurs pour se nourrir, mon pied d'angélique officinale est d’ailleurs apprécié par pas mal d'espèces...

******

Ophion luteus

L'ophion jaune (il est en fait plutôt roux...) est un insecte tardif qui émerge à la fin de l'été. J'ai photographié ce spécimen un 16 novembre à une époque où on ne voit plus guère d'insectes hormis une ou deux femelles frelon asiatique à la recherche d'un abri. Cet ichneumon parasite lui aussi diverses chenilles.

******

Lasius emarginatus

On allait oublier les fourmis ! Ce sont bien des hyménoptères comme les guêpes ou les abeilles et comme ces dernières, elle possèdent une organisation sociale sophistiquée et même plus complexe. Une fourmilière a non seulement une organisation architecturale (différentes salles pour différentes fonctions) mais les fourmis ont aussi une organisation sociale plus développée que les abeilles car s'il y a bien une reine (qui peut vivre parfois dix à quinze ans), des femelles et des mâles destinés à la reproduction, là où les ouvrières abeilles font toutes les tâches au cours de leur brève vie, les ouvrières fourmis sont parfois divisées en catégories : simples ouvrières minor ou ouvrières major puissamment armées pour la guerre. D'autres fourmis ont des ouvrières monomorphes, les tâches intérieures étant réservées aux plus jeunes, le pourvoi en nourriture étant effectué par les plus âgées. Chez certaines fourmis champignonnistes, on atteint jusqu'à 29 tâches différentes mêlant âge et morphologies particulières. Dans le cas de mes lasius emarginatus, point de polymorphisme, les ouvrières sont toutes identiques. Il s'agit d'une espèce de petites fourmis bicolores qu'on trouve fréquemment dans les constructions humaines, en l'occurrence dans un muret de mon jardin et certainement sous ma terrasse. Les ouvrières peuvent rayonner à plusieurs dizaines de mètres pour chercher de la nourriture. Une dernière précision : les fourmis comme tous les hyménoptères ont des ailes mais chez les ouvrières, ces ailes ne se développent pas. Seuls les mâles et les jeunes reines en possèdent et en usent le jour du vol nuptial lors duquel ils s'accouplent, ce qui provoque la mort du mâle et la dispersion des femelles qui s'enterrent ensuite en arrachant leurs ailes dans le but de créer une nouvelle fourmilière. Ce phénomène de "fourmis volantes" se passe généralement lors de fins d'après-midis chaudes en été et est très apprécié des oiseaux et autres prédateurs des insectes.




Voir les 2 commentaires

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HYMÉNOPTÈRES (II)

Par Le Lutin d'Ecouves - 15-04-2020 12:36:03 - 1 commentaire

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.

Hyménoptères (2ème partie)
 
 
 Megachile centuncularis
 
Continuons avec les abeilles solitaires. Cette petite abeille (entre 0,8 et 1 cm) est un mégachile du rosier. Comme son nom l'indique, elle découpe des morceaux de feuilles de rosier, non pour s'en nourrir mais pour fabriquer des petites cellules pour ses œufs en les repliant en cigare qu'elle introduit dans des galeries creusées dans la terre ou la pulpe de bois. Contrairement à d'autres abeilles, elle ne récolte pas le pollen avec ses pattes mais avec une brosse située sous son ventre. Si vous constatez de jolies découpes en cercle sur vos feuilles de rosier, ne vous inquiétez pas, les dégâts resteront minimes et cette petite abeille participe grandement à la pollinisation. Les avantages de cet insecte restent donc bien supérieurs à ses inconvénients d'ordre esthétique.
 
 
J'ai une seule fois réussi à photographier un mégachile à la sortie de son terrier. Remarquez les feuilles découpées net autour du trou, ce ne sont pas des feuilles de rosier, ce qui semblerait indiquer que cet insecte est plus opportuniste qu'on ne le croit.

******


Anthidium manicatum

Autres mégachiles, les anthidies sont aussi appelées "abeilles cotonnières" car elles cardent et feutrent les feuilles et récoltent ainsi de la matière duveteuse pour tapisser leurs nids creusés dans le sol, leur donnant ainsi l'aspect du coton. L'anthidie à manchettes présentée ici est une femelle, le mâle quant à lui est beaucoup plus gros et présente quatre épines à l'arrière de son abdomen qu'il utilise pour agresser tout autre insecte (guêpes, abeilles...) qui approche de son territoire en lui lacérant les ailes. 

******
 
Note : Un certain nombre d'espèces sont présentées sur du chardon bleu qui n'est pas la fleur qu'elles butinent habituellement mais qui me sert bien car sa légère odeur de cadavre fascine bon nombre d'espèces.

Anthidium septemspinosum

Autre abeille cotonnière (les Anglais les appellent abeilles cardeuses), l'anthidie à sept épines a les mêmes mœurs belliqueuses en ce qui concerne le mâle (présenté ici) mais vous ne risquez rien car il ne s'attaque pas aux humains contrairement aux abeilles sociales.

******

Chelostoma rapunculi

Le chélostome des campanules est une toute petite abeille mégachile qui, comme son nom l'indique, est spécialisée dans le butinage des campanules mais aussi de la centaurée, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier mon chardon bleu.

******
 

Coelioxys elongata

Si elle butine pour se nourrir, cette petite abeille mégachile facile à reconnaître avec son abdomen pointu ne récolte pas de pollen car c'est une abeille cleptoparasite : elle pond ses œufs dans les nids d'autres mégachiles, ses larves mangent ensuite les œufs de leurs hôtes pour mieux assurer leur survie.


******
 
 
Colletes hederae

L'abeille du lierre est une espèce solitaire mais qui niche en bourgades de parfois plusieurs centaines de nids sur des talus ou des surfaces planes. Chaque femelle s'occupe de son nid, un simple trou creusé dans le sol, et va butiner le lierre dont elle rapporte le nectar et le pollen à destination de sa progéniture. 

******
 
 Colletes daviesanus

La collète commune fait son nid sur des parois rocheuses dans la nature mais elle nidifie aussi en ville en creusant dans les joints de mortier mou, occasionnant parfois quelques dégâts si un grand nombre de ces abeilles décident de former une bourgade sur le même mur. Elle butine de l'alysson argenté, de l'achillée ou de l'anthémis des teinturiers

******


Lasioglossum malachurum


Les Français n'ont semble-t-il pas donné de nom vernaculaire à cette petite abeille de la famille des halictidés qui, au contraire de beaucoup de ses collègues n'est pas solitaire mais sociale. Les reines fécondées de l'année précédente hivernent à plusieurs dans un seul nid (un simple terrier) et quand la belle saison pointe le bout du nez, c'est la bagarre jusqu'à ce qu'une seule reine entre en possession de tout le nid, les autres allant en fonder de nouveaux plus loin. La reine pond ensuite ses œufs d'où sortiront quelques femelles ouvrières qui vont la seconder. Lors de cette première période, la reine s'absente fréquemment pour butiner et ainsi rapporter de la nourriture destinée au couvain. Ces absences du nid s'accompagnent d'un risque élevé d'usurpation du nid par des abeilles coucous du genre sphecodes. Une fois la première génération au travail, la reine reste dans le nid, faisant office de pondeuse mais aussi de gardienne, surveillant constamment l'entrée du nid. Les mâles et les futures reines sont produits au mois d'août. A l'automne, une fois les jeunes reines fécondées, les ouvrières et les mâles meurent et le nid se met en hibernation.

******



Sphecodes albilabris
 

En zoologie, le labre est l'équivalent de la mâchoire supérieure chez les insectes. Le sphécode à labre blanc est aisé à identifier grâce à cette petite moustache et à son abdomen rouge. C'est aussi une abeille de la famille des halictidés mais elle se s'embête pas à fonder une colonie car c'est une abeille-coucou qui va pondre dans le nid d'autres abeilles, généralement les mégachiles du rosier cités plus haut.

******

Vespula vulgaris

Nous quittons enfin le monde des abeilles pour entrer dans celui des guêpes (vespidés). Ces satanées guêpes sont très courantes mais constamment en mouvement, ce qui les rend difficiles à photographier. La guêpe commune est un insecte social (une reine et des ouvrières essentiellement puis des mâles et des jeunes reines destinés à la reproduction) qui vit en nids pouvant compter 5000 à 10 000 individus. Elles sont responsables d'une bonne moitié des attaques sur les humains qui passent près de leurs nids fabriqués en papier à partir de débris de bois. La guêpe n'est pas commode à proximité de chez elle mais juste énervante quand elle vient voler au-dessus de votre steak. C'est une espèce prédatrice des autres insectes mais c'est surtout pour alimenter ses larves car la guêpe adulte se nourrit de miellat, de nectar et de fruits tombés ou abîmés. En fin de saison, le nid est abandonné et les reines fécondées vont hiverner à l'abri dans des cavités ou même dans votre grenier.

******

Polistes dominula


Le poliste gaulois est une guêpe un peu plus grosse que la guêpe commune facile à reconnaître par ses deux pattes arrières beaucoup plus longues que les autres qui traînent derrière elle quand elle vole. Cette espèce est très peu agressive et se laisse facilement photographier. Ses mœurs sont semblables à celle de la guêpe commune mais son nid en papier mâché est considérablement plus petit, accueillant au maximum 100 à 200 individus. Le poliste est un prédateur de chenilles donc un utile auxiliaire du jardinier.

******

Euodynerus dantici

De la sous-famille des Eumènes, cette très belle guêpe est solitaire et fait son nid dans des loges ou terriers parfois abandonnés par d'autres espèces. pour nourrir ses larves, elle capture des chenilles de microlépidoptères (petites espèces de papillons). Elle semble assez rare mais elle est cependant répandue sur toute la surface eurasiatique.

******

Delta unguiculatum

La plus belle et la plus impressionnante des guêpes, ma préférée : l'Eumène unguiculé est une guêpe courante en Espagne qui remonte chez nous depuis quelques années. De la taille d'un gros frelon, cette élégante à la taille de... guêpe est aussi intimidante que pacifique comme toutes les guêpes et abeilles solitaires. Au pire, quand je l'ennuie trop avec mon appareil photo, elle pratique devant mon nez un vol d'intimidation histoire de me signifier que je la gêne. Son dard ne lui sert qu'à paralyser les chenilles qu'elle capture pour ses larves. C'est une guêpe potière qui fabrique de petites amphores avec de la terre, du sable et sa salive. Dans chaque pot souvent collé sur une paroi rocheuse ou plus simplement sur les murs des maisons, elle met un œuf et une chenille encore vivante qui sera dévorée par la larve à sa sortie de l’œuf.



Voir le commentaire

CORONANNIVERSAIRE

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-04-2020 15:46:49 - 13 commentaires

 1er avril 1978
 
En fait, nous ne nous sentions pas vraiment concernés par le mariage, nous étions peu adeptes de ces institutions héritées de nos parents nés dans les années vingt mais, au bout de dix-huit mois de vie commune, le problème se posa pour des raisons professionnelles. 
 
Josette émergeait de l'ENA (Ecole Normale d'Alençon) et j'y plongeais : notre carrière d'instituteurs laïques gratuits et obligatoires débutait. Eh oui, à l'époque, on pouvait se retrouver responsable à vingt ans d'une classe de trente gamins et vivre d'un traitement de fonctionnaire aussi maigre qu'un sandwich SNCF mais suffisant pour de jeunes adultes dont les besoins se limitaient à un peu de nourriture et deux ou trois fringues. Or, la question des postes se posait...
 
Dans l'Orne, jeune instit voulait et veut toujours dire perdu dans la cambrousse et, à cette époque, il n'était pas question d'obtenir de mesures de rapprochement de conjoint si justement on n'était pas conjoints. Sans parler des fameux postes doubles avec logement (en mauvais état) de fonction réservés exclusivement aux couples mariés. Il fallait donc que l'on se marie.
 
Au bureau de l'état-civil de la mairie d'Alençon, nous avions eu le choix entre le samedi 1er et le samedi 8 avril. Nous avions trouvé très amusant de nous marier un 1er avril, un pied de nez aux valeurs institutionnelles de nos parents en quelque sorte. Nous vivions comme si le temps n'existait pas sans penser aux conséquences de nos actes. L'idée même de fonder une famille ne nous avait pas effleuré et d'ailleurs notre fille ne devait arriver que presque sept ans plus tard

Ma future épouse étant fille de couturière, sa mère avait tenu à lui faire un ensemble jupe-boléro bordeaux, surtout pas blanc car c'était la couleur traditionnelle du mariage. J'étrennai ce jour mon premier costume payé par ma mère, il était bleu et en velours. Très années soixante-dix comme la moustache que je portais surtout pour me vieillir. A vingt et vingt-deux ans, dans la vie active, il faut pouvoir être pris au sérieux et certains artifices peuvent servir.
 
Il faisait un temps de  mars ce samedi d'avril avec des rafales de vent et des giboulées. Cérémonie à la mairie (surtout pas à l'église, ce qui fit se désister les grands-parents de Josette nés à la fin du XIXème siècle) puis vin d'honneur chez ma mère. Mon copain et témoin Daniel avait déniché une connaissance qui était équipé d'un réflex, appareil de luxe à l'époque, et qui voulait bien faire les photos du mariage car nous étions trop pauvres pour nous payer un professionnel. Le gars tirait lui-même ses clichés couleur et il avait certainement utilisé des produits périmés car les photos furent toutes ratées, couvertes d'une brume rougeâtre du plus mauvais effet. Nous nous en fichâmes, le souvenir n'avait pas d'importance pour nous.
 
Repas du soir chez Chalumeau, le restaurant ouvrier à côté de chez mes beaux-parents. Parents, frères et sœurs avec leur marmaille plus les témoins et un oncle par famille, nous étions trente. Inviter toute la famille de mon épouse tontons, tatas et cousins et nous dépasserions la centaine, pas possible pour le budget.
 
Vers deux heures du matin, avec plus d'un gramme d'alcool dans le sang comme cela se faisait à l'époque, nous étions partis nous coucher et puis voilà. Nous étions mariés et cela n'eut pas d'autre conséquence qu'administrative.
 
L'âge venant, les restaurants devenant plus abordables pour nous, nous prîmes l'habitude de fêter ce poisson d'avril plus dignement. Mon meilleur souvenir étant cette petite cabane au bord de l'immense plage de Bordeira sur la côte vincentine au Portugal. Nous avions fêté nos quarante ans de mariage d'une daurade pêchée le matin même par le restaurateur accompagnée d'une bouteille de vinho verde. Une repas de fête simple comme le fut notre mariage.
 
Cette année c'est 42 qui comme chacun le sait est la réponse à la grande question sur la vie, l'univers et le reste. Drôle d'anniversaire confiné... j'ai quand même acheté un gâteau en allant chercher le pain. La queue faisait dix mètres de long, nous étions cinq à attendre. Je suis ensuite allé chez le traiteur acheter du gratin de poisson. Ça s'impose.
 
Un anniversaire de mariage en ces temps de privation de liberté ça finit un peu en queue de poisson. Mais après tout, nous prenons cela avec légèreté comme nous le fîmes en ce jour de 1978.

 
 
 

Voir les 13 commentaires

CORONAPÉRO

Par Le Lutin d'Ecouves - 30-03-2020 08:59:02 - 4 commentaires


Bon, ben je ne mourrai pas idiot, je viens d'installer Skype sur le portable de mon épouse. Je n'en avais jusqu'ici pas ressenti la nécessité, ma vie sociale étant plutôt fournie et le nombre de mes connaissances tellement important que j'oublie parfois les noms, ce qui me pousse souvent à répondre à "Salut Thierry" ou "Salut Lutin" par : Ah, salut toi..., ça va ?"
 
Oui, le Lutin a beaucoup de connaissances, ce qui est normal quand on vit dans la ville qui vous a vu naître 64 ans auparavant : des sportifs, d'anciennes connaissances du collège ou du lycée, d'anciens élèves et parents d'élèves, des conseillers municipaux et même le député. J'ai beaucoup traîné dans l’associatif et j'y traîne encore. Ça fait du monde. Mais c'était avant, avant les Temps Modernes où, pris dans les engrenages en roue libre d'une société que rien n'arrête, nous tournons, nous tournons... en rond. Moi qui aimais faire le Charlot, me voici obligé de faire le confinement.
 
Eh oui, nous voilà confinés tels des rats de laboratoire en attendant la fin de l'expérience. Je ne vais pas me plaindre outre mesure, j'ai un petit jardin (zut, il fait froid) et je sors une cinquantaine de minutes chaque jour de manière subreptice au crépuscule sans me prendre pour Hercule car le gouvernement m'en... donne l'autorisation pour pratiquer une sortie sportive me permettant de ne pas encombrer les urgences psychiatriques de la cité.

J'ai de la chance oui car je vis avec ma chère épouse qu'après presque deux semaines de confinement je n'ai toujours pas envie de frapper, ce qui est un bon indice quant à la qualité de notre union.

Cela dit, je commence à avoir le boyau social qui gargouille...

C'est Brain, mon ami ingénieur spirouphile qui m'a suggéré d'installer "Skaïpe", moi qui croyais que c'était une imitation cuir. Eh bien, c'est plutôt sympa et ça donne un peu plus de présence dans la maison. Voici pourquoi, moi qui ne picolais que le week-end, je me suis mis à pratiquer l'apéro-Skype deux fois la semaine. La première fois, ce fut donc avec Brain. Nous avons parlé de choses et d'autres donc bien sûr de cinéma car l'animal est plus que féru de toile, surtout ancienne et même muette. Nous avons aussi pas mal parlé de grammaire car je corrige en ce moment son livre de 600 pages sur le cinéaste Henry King. Plus de deux heures après, les sujets n'étant pas épuisés, nous convînmes d'un rendez-vous hebdomadaire.

Enthousiasmés, nous avons réitéré à trois écrans avec mon fils ainsi qu'avec ma fille et son époux. Ça fait vraiment du bien de revoir sa petite famille et surtout mes deux petites chéries adorées et merveilleuses petites-filles d'amour (ben oui, ça fait cela d'être papy). On a causé de choses et d'autres et bien sûr du connardevirus. Arielle, bientôt six ans, était très à l'aise avec ce type de contact virtuel alors qu'Olivia (16 mois) semble n'avoir pas trop compris ce qui se passait.

Comme dirait Bradbury, Skype peut finalement servir de remède à la mélancolie... mais il y a un hic : lors de ces séances, je me suis aperçu que, comme après la première tournée, je n'avais pas de refus de mes commensaux pour en servir une seconde vu que chacun chez soi a son chaix, j'avais tendance à me resservir deux, trois ou quatre fois. Et comme je suis un amateur de rhum pur, j'ai bien peur qu'une fois le confinement terminé, je sois amené à fréquenter un autre type de réunion lors de laquelle on s'assoit en cercle et on se présente en rajoutant : "Je suis alcoolique".




Voir les 4 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 3607444 visites