KikouBlog de Le Lutin d'Ecouves - Mars 2020
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

Archives Mars 2020

CORONAPÉRO

Par Le Lutin d'Ecouves - 30-03-2020 08:59:02 - 4 commentaires


Bon, ben je ne mourrai pas idiot, je viens d'installer Skype sur le portable de mon épouse. Je n'en avais jusqu'ici pas ressenti la nécessité, ma vie sociale étant plutôt fournie et le nombre de mes connaissances tellement important que j'oublie parfois les noms, ce qui me pousse souvent à répondre à "Salut Thierry" ou "Salut Lutin" par : Ah, salut toi..., ça va ?"
 
Oui, le Lutin a beaucoup de connaissances, ce qui est normal quand on vit dans la ville qui vous a vu naître 64 ans auparavant : des sportifs, d'anciennes connaissances du collège ou du lycée, d'anciens élèves et parents d'élèves, des conseillers municipaux et même le député. J'ai beaucoup traîné dans l’associatif et j'y traîne encore. Ça fait du monde. Mais c'était avant, avant les Temps Modernes où, pris dans les engrenages en roue libre d'une société que rien n'arrête, nous tournons, nous tournons... en rond. Moi qui aimais faire le Charlot, me voici obligé de faire le confinement.
 
Eh oui, nous voilà confinés tels des rats de laboratoire en attendant la fin de l'expérience. Je ne vais pas me plaindre outre mesure, j'ai un petit jardin (zut, il fait froid) et je sors une cinquantaine de minutes chaque jour de manière subreptice au crépuscule sans me prendre pour Hercule car le gouvernement m'en... donne l'autorisation pour pratiquer une sortie sportive me permettant de ne pas encombrer les urgences psychiatriques de la cité.

J'ai de la chance oui car je vis avec ma chère épouse qu'après presque deux semaines de confinement je n'ai toujours pas envie de frapper, ce qui est un bon indice quant à la qualité de notre union.

Cela dit, je commence à avoir le boyau social qui gargouille...

C'est Brain, mon ami ingénieur spirouphile qui m'a suggéré d'installer "Skaïpe", moi qui croyais que c'était une imitation cuir. Eh bien, c'est plutôt sympa et ça donne un peu plus de présence dans la maison. Voici pourquoi, moi qui ne picolais que le week-end, je me suis mis à pratiquer l'apéro-Skype deux fois la semaine. La première fois, ce fut donc avec Brain. Nous avons parlé de choses et d'autres donc bien sûr de cinéma car l'animal est plus que féru de toile, surtout ancienne et même muette. Nous avons aussi pas mal parlé de grammaire car je corrige en ce moment son livre de 600 pages sur le cinéaste Henry King. Plus de deux heures après, les sujets n'étant pas épuisés, nous convînmes d'un rendez-vous hebdomadaire.

Enthousiasmés, nous avons réitéré à trois écrans avec mon fils ainsi qu'avec ma fille et son époux. Ça fait vraiment du bien de revoir sa petite famille et surtout mes deux petites chéries adorées et merveilleuses petites-filles d'amour (ben oui, ça fait cela d'être papy). On a causé de choses et d'autres et bien sûr du connardevirus. Arielle, bientôt six ans, était très à l'aise avec ce type de contact virtuel alors qu'Olivia (16 mois) semble n'avoir pas trop compris ce qui se passait.

Comme dirait Bradbury, Skype peut finalement servir de remède à la mélancolie... mais il y a un hic : lors de ces séances, je me suis aperçu que, comme après la première tournée, je n'avais pas de refus de mes commensaux pour en servir une seconde vu que chacun chez soi a son chaix, j'avais tendance à me resservir deux, trois ou quatre fois. Et comme je suis un amateur de rhum pur, j'ai bien peur qu'une fois le confinement terminé, je sois amené à fréquenter un autre type de réunion lors de laquelle on s'assoit en cercle et on se présente en rajoutant : "Je suis alcoolique".




Voir les 4 commentaires

CORONAGENDA

Par Le Lutin d'Ecouves - 26-03-2020 18:45:53 - 2 commentaires

Tout ce temps à gaspiller, il faut s'organiser en le rendant utile mais n'en faisons point trop. Déjà, j'ai mis deux jours à décaper ma modeste terrasse au lieu d'une journée. Je regarde fièrement le résultat : impeccable, et ce barbecue nettoyé à fond et prêt à l'emploi, c'est super. Bon, il ne va pas trop se salir dans le mois qui vient. Pour le moment, en terme de barbecue party, c'est partie remise.
 
Mon épouse a passé les derniers jours à nettoyer le jardin, il ne reste plus grand chose à tailler à part la bavette ; de plus, la déchetterie étant fermée jusqu'à nouvel ordre (ou ordre nouveau), les sacs de déchets verts s'entassent dans le garage sans espoir d'échappatoire et à Thouars, d'ailleurs ils sont aussi confinés finalement.
 
Zut, je fais quoi ce matin ? Les paniers à linge sont désespérément vides, un crève-cœur pour moi qui aime vraiment repasser au calme dans ma buanderie en écoutant France-Culture. Faudrait s'habiller plus pour salir plus mais comme je passe mes journées en short à vaguement vaquer, mon fer n'en a plus tellement sous la semelle. Pourtant, en ce moment, les Chemins de la Philosophie rediffusent une série passionnante sur Nietzsche, philosophe aussi limpide que son nom est pénible à écrire.

Je m'essaie bien à la réparation du volet roulant de la chambre et je ne passe pas loin de la catastrophe en m'ouvrant le mollet avec le cache du moteur qui a le mauvais goût de choir inopinément. Bon, le volet ne marche toujours pas correctement et au remontage, il manque une vis qui s'est fait la malle par le regard du sous-sol.
 
Pas mal, en prenant mon temps grâce à ce bricolage inopérant et à cette plaie au mollet (soins et nettoyage du sang dans les godasses et sur la fenêtre), je suis arrivé à 11h30. Je termine la partie de Warcraft 3 que j'avais débutée hier soir. Je finis de poutrer l'armée de morts-vivants ennemie en lui coupant tout accès aux ressources. Je contrôle moi-même une autre armée de morts-vivants dont je maîtrise efficacement les codes. Ça ne paraît pas utile a priori mais ça pourrait servir ce genre de compétences si la situation s’aggrave...
 
 Par Ner'zhul, la belle force de frappe !

Mangeons léger. Mon épouse a plus de temps pour cuisiner et nous adaptons nos apports caloriques à notre moindre dépense énergétique.

Le thé : au moins une heure devant la télé à regarder un demi-film d'horreur. Ça s'appelle "Hostile" et ça se passe dans un monde apparemment ravagé par une sorte d'épidémie qui rend certains individus cadavériques et avides de chair humaine. Juste visible mais la fille a de très belles jambes.

Pas de bricolage cet après-midi mais chasse photographique dans les 100 m2 du jardin. Des éristales, des tas d'éristales mais aussi des osmies, une grosse mère bourdon terrestre et une coccinelle à deux points. Au bout de deux heures, jackpot ! Ma 37ème espèce d'hyménoptère : Nomada flava, une abeille coucou qui pond dans les nids d'autres abeilles solitaires. Oh la vilaine !

 
Le vent est tombé, le café au soleil ça n'a pas de prix. Quelques recherches entomologiques sur internet et c'est l'heure d'aller agiter les jambons. Je remplis mon abfällige Reisebescheinigung, j'y joins mon ausweis et je pars courir sur mon circuit réglementaire. Depuis quelques jours, j'effectue mon heure de sport solitaire de 19 à 20 h car le matin, je croisais des regards et parfois des gestes hostiles typiques de ces temps modernes d'inversion de valeurs où le sportif en bonne santé devient un suspect, ce qui n'est guère plus propre que d'être un suspendu.

Vitesse marathon durant 55 minutes ce jour d'hui. J'ai tendance à aller de plus en plus vite. Plus mon esprit se vide, plus mon fardeau s'allège. Trois fois je longe les terres inconstructibles le long de la Sarthe. On se croirait à la campagne à quelques centaines de mètres du centre-ville. Au dernier tour, le soleil se couche et la fugace heure bleue vient poétiser mes derniers instants de liberté. Le hamster retourne dans sa cage.






 

Voir les 2 commentaires

CORONAVIRUN

Par Le Lutin d'Ecouves - 19-03-2020 12:49:08 - 4 commentaires


Pas aisé de se conformer aux instructions officielles quand on a eu 12 ans en 1968...  Il faut dire qu'avec ses neuf cas d'infection à ce jour (zéro décès) pour 280 000 habitants, l'Orne fait figure de désert covid et c'est tant mieux. Cela dit, par respect d'autrui et par civisme, j'ai fait violence à l'ado rebelle qui sommeille toujours en moi et j'ai respecté tant que faire se peut les consignes de confinement.
 
Il faut dire que j'ai une maman de 92 ans à la santé incertaine dont je m'occupe régulièrement. Prendre le plus petit risque de lui amener le moindre virus serait de la folie. Donc, à plus tard Maman, on va s'envoyer des SMS. Il y a aussi mes amours de petites-filles que je ne puis voir pour le moment. Ça ce n'est pas drôle ! 
 
Pour le moment, il est autorisé de courir à proximité de chez soi. Là, mon expérience de hamster va me servir. Ayant participé aux 24h de la No Finish Line Paris quatre fois (107 km, 101 km, 101km, 128 km) sur le Champ de Mars, mon cerveau est déjà accoutumé à tourner en circuit court et puis circuit court, ça fait moderne et écolo. 
 
Mon quartier populaire de Courteille est suffisamment vaste et aéré pour qu'on ne se sente pas oppressé. Je descends l'avenue jusqu'à la rivière, huit cents mètres. Rue d'Echauffour : je longe la Sarthe jusqu'à la Fuie des Vignes, zone champêtre et inondable à quelques centaines de mètres du centre ville. Pas grand monde à part les quelques personnes qui vont encore au boulot en automobile. Je croise une maman qui fait son jogging sur la piste cyclable avec sa petite fille en vélo. Je la vois donner des instructions à son enfant. Je m'écarte ostensiblement pour que la maman ne s'effarouche pas. Elle me sourit, on se salue. Le cimetière Notre-Dame où mon frère accompagné de son fils et mon père se font face. Non loin se trouve la maison funéraire. Un enterrement en petit comité se prépare. Encore deux cents mètres et ce sont les pompes funèbres, une vieille entreprise d'Alençon dont les vieux natifs comme moi se remémorent encore l'ancienne enseigne "Pompes funèbres Bouillon anciennement Mordefroy" ça ne s'invente pas...
 
Je remonte par la rue de La Billardière du nom de Jacques Julien Houtou de La Billardière le célèbre botaniste qui a donné son nom à l'Atraphaxis billardieri. Dans cette rue, se trouve la maison où vécut le non moins célèbre maréchal et intrépide Lyautey dont on disait que c'était un homme qui avait des c....... au c.. mais que ce n'était pas toujours les siennes. 

Voilà, je tourne rue Cazault et passe le pont de Courteille. Je suis chez moi : 3,5 km et toujours à 1km max de chez moi. Il fait soleil et les rues sont quasi désertes, on repart pour un tour puis un autre. Au total 10,5 km en 56 min.

Ce n'est pas la magnifique forêt d'Ecouves mais c'est supportable. En accomplissant cela sept jours sur sept, je crois que ça va le faire...

Et puis, il fait beau. Cet après-midi on va jardiner.





Voir les 4 commentaires

CENT MÈTRES CARRÉS : MES HYMÉNOPTÈRES (I)

Par Le Lutin d'Ecouves - 04-03-2020 15:43:34 - 2 commentaires

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.

 
Hyménoptères (1ère partie)
 
Le terme hyménoptère signifie "ailes membraneuses", ce qui n'est pas très précis pour cet ordre d'insectes aussi fourni que les coléoptères. Bon, en gros, ce sont des insectes qui font bzzz dont certains pourraient piquer mais qui ne le font pas ou alors c'est parce que vous l'avez vraiment cherché !
 
 
 Apis mellifera

On ne présente pas l'abeille domestique. C'est un peu la vache des insectes sauf qu'elle produit du miel à la place de lait. Comme chacun sait, il y  trois types d'abeilles dans une ruche : la reine qui pond des œufs, l'ouvrière (multi-tâches : elle change de métier lors des étapes de sa vie) et le faux-bourdon, le mâle réservé à la reproduction lors des vols nuptiaux.
Connue depuis la préhistoire, l'abeille ne fut vraiment domestiquée qu'à la période de l'Egypte antique où on installa les essaims dans des ruches rudimentaires. En effet, si l'abeille n'est pas commode quand on s'approche de la ruche, elle est parfaitement pacifique quand, à la belle saison, les jeunes reines fécondées quittent la maison bien accompagnées pour fonder une ruche ailleurs. J'ai moi-même pu vérifier l'absence d'agressivité des abeilles en essaim lors de l'atterrissage d'une petite dizaine de milliers de ces insectes dans la cour de l'école où je travaillais. J'ai pu constater que l'apiculteur convoqué pour l'occasion n'avait même pas pris la précaution de mettre des gants pour capturer la reine et la mettre dans une ruchette où elle fut bientôt suivie par la plupart des autres abeilles. J'ai moi-même quasiment mis le nez dans l'essaim pour faire cette photo avec le petit appareil de l'école :


Cela dit, ne vous avisez pas d'approcher une ruche en activité, les abeilles, après avoir souvent pratiqué des vols d'intimidation, attaquent en nombre et peuvent être vraiment dangereuses. Sur les 15 à 20 décès en France par an (source INVS) dus aux piqûres d'hyménoptères, les abeilles sont à égalité avec les frelons mais nettement derrière les guêpes. Ne nous affolons pas, ces insectes n'attaquent que quand ils se sentent menacés et leur piqûre n'est dangereuse que pour les personnes peu nombreuses qui y sont allergiques (en premier les apiculteurs qui sont deux à trois fois plus susceptibles de faire une réaction allergique que les autres adultes, les enfants étant trois fois moins exposés à ce risque que les adultes en général (source INSERM).

******
 
 Xylocopa violacea

Cette abeille solitaire de taille impressionnante est appelée abeille charpentière ou xylocope. C'est une butineuse et pollinisatrice hors pair qui va de fleur en fleur sans s'occuper de vous qui êtes bêtement effrayé par son vol bruyant. Son nom latin fait référence aux reflets violets de son corps sous une certaine lumière. C'est un animal thermophile et ses effectifs semblent se multiplier à la faveur du réchauffement climatique. Ce très pacifique insecte est un bon auxiliaire du jardinier pour peu qu'il laisse traîner un tas de bois quelque part car notre abeille est une vraie chignole entomologique qui va percer des galeries pour y loger ses œufs accompagnés d'un petit tas de pollen destiné à nourrir la future larve. Les dégâts occasionnés par cet animal resteront toujours très limités (quelques trous dans votre bois de chauffage ou dans votre charpente extérieure à la seule condition que celle-ci soit déjà en mauvais état). Là où cela devient vraiment intéressant, c'est que notre abeille perce de profondes galeries dans lesquelles elle peut déposer cinq à six œufs en enfilade séparés par des cloisons de sciure compactée ; or c'est du dernier œuf pondu que va sortir le premier insecte adulte alors que le premier œuf donnera le dernier spécimen à sortir de la galerie. Donc, le xylocope applique des procédés propres à ralentir le développement des premiers pondus et à accélérer celui des derniers pondus. Reste à savoir si cela est lié à des dosages hormonaux ou au dosage de la quantité de nourriture par cellule...
Pour aller plus loin : l'excellent site insectes-net.fr que je remercie pour ses infos.

******

Bombus terrestris

Encore un ami du jardinier, le bourdon terrestre est un pollinisateur plus efficace que l'abeille et il semble plus résistant à la pollution que celle-ci mais aussi aux basses températures. Un nid de bourdons, situé au niveau du sol, contient 30 à 50 individus avec une reine, des ouvrières et des mâles (issus d’œufs non fécondés) comme les abeilles et tout comme celles-ci, le bourdon produit du miel mais en petite quantité car l'espèce n'a pas besoin de réserves pour l'hiver car toutes les ouvrières meurent à l'automne ce qui fait qu'au printemps, la reine des bourdons est seule à construire son nouveau nid. 

******
 
 Bombus pratorum

Le bourdon des prés est facile à reconnaître à sa houppe jaune et l'extrémité rouge orangée de son abdomen. Il est précoce et peut se voir dès le mois de mars. C’est un opportuniste qui peut nicher dans des galeries ou dans des nids abandonnés avec une préférence pour les nids au-dessus du sol.

******

Bombus agrorum (pascuorum)

Le bourdon des champs est aussi une espèce très courante et précoce qui niche le plus souvent au niveau du sol. Un nid peut compter une centaine d'individus. C'est le bourdon qui butine le plus grand nombre de variétés de fleurs d'où sa grand utilité.

******

Bombus lucorum (mâle)
 
Bien que plus petite, la femelle du bourdon des forêts est difficile à distinguer de celle du bourdon terrestre alors que son mâle présenté ici se distingue bien grâce à son aspect grisonnant.  

******

Psithyrus campestris

Le psithyre des champs est un bourdon coucou qui parasite surtout le bourdon des champs. La femelle s'introduit dans le nid de son hôte où elle se cache jusqu'à ce qu'elle soit imprégnée de l'odeur de la colonie. Elle va ensuite pondre ses œufs (seulement des reines et des mâles) qui sont pris en charge par les ouvrières de l'autre espèce. 

******

Osmia cornuta

L'osmie cornue est une petite abeille solitaire qui se met à butiner très tôt et vous aurez des chances de la voir avant les premières abeilles et les premiers bourdons. C'est un insecte très actif qui peut butiner par météo froide ou assez mauvaise et son rôle de pollinisateur peut être déterminant pour les espèces fruitières les plus précoces. Elle a des méthodes de nidification très proches du xylocope car elle aussi fore des galeries dans du bois où elle loge ses œufs dans des cellules en enfilade. Les derniers pondus sont donc les premiers sortis mais là, on connaît la stratégie de l'osmie : elle pond des œufs mâles en dernier car ceux-ci ont un développement plus rapide.

******


Osmia bicornis

Encore une pollinisatrice efficiente ! L'osmie rousse, plus costaude d'aspect que sa cousine cornue, butine au moins vingt espèces de fleurs et est dès mars très efficace pour la pollinisation des arbres fruitiers et les arbustes à baies. Elle pond aussi ses œufs dans des galeries de bois et les cloisonne avec de l'argile préalablement préparée avec sa salive. 

******

Andrena cineraria


L'andrène grise est une jolie petite abeille solitaire qui creuse son nid dans le sol où elle aménage deux à trois cellules. C'est une butineuse efficace comme toutes les abeilles et fait partie des principaux pollinisateurs du colza (source : université de Rennes)
 
******
 
 Andrena morio

L'andrène noire est, semble-t-il moins connue que sa cousine grise. Je n'ai trouvé que la liste des plantes butinées par cette abeille solitaire et elle est conséquente : asphodèle, ciste, coriandre, carotte, carotte sauvage, coquelicot, anis, moutarde blanche, germandrée, tordyle et divers ophrys (orchidées sauvages). Source : Florabeilles.

 
******

Nomada flava

Et pour en terminer avec ce chapitre, en voici une qui est plutôt culottée ! Nomada flava est une abeille cleptoparasite qui pond ses oeufs dans les nids d'autres abeilles solitaires, plus précisément dans les nids d'andrènes (citées plus haut). 






Voir les 2 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 3585073 visites