ENTOMOLOGIE DU JARDIN
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

ENTOMOLOGIE DU JARDIN

Par Le Lutin d'Ecouves - 01-11-2017 17:18:07 - 12 commentaires


CENT (espèces) pour CENT (m²)
 
En 2010, je commençai à m'amuser à photographier les bestioles de mon jardin avec mes petits appareils compacts qui me servaient jusqu'ici à prendre des clichés de mes escapades en Ecouves ou autres lieux de course à pied. J'ai ainsi découvert sur écran l'incroyable beauté de ce petit monde qui vit et grouille à côté de nous et qui n'attire au mieux qu'indifférence et au pire une peur aussi inepte qu'injustifiée. Petit à petit, je me suis constitué une collection d'insectes (entre autres) qui n'a cessé de grandir. Au bout d'un moment, je me suis dit  que, mon jardin de ville faisant cent mètres carrés, ce serait bien si je constituais une collection de cent espèces différentes d'insectes. Cela a pris plusieurs années mais j'ai ainsi pu me prouver que pour qui sait regarder, il existe une incroyable variété de vie qui vaque sous nos yeux de pauvres primates aveugles. Après cela, ne dites plus :"Tiens, une mouche, tiens une abeille, tiens une punaise..." mais penchez-vous donc sur l'incroyable variété de la nature. Chacune de ces espèces a une histoire et des mœurs qui peuvent en étonner plus d'un mais ce jour, admirez la vie déployer ses formes et ses couleurs :

(Chaque cliché est en plein format si l'on clique dessus, ne vous contentez pas de l'aperçu présenté dans chaque case. Retour arrière pour revenir.)

 
Acanthosoma haemorrhoidale
Adela reaumurella
Aglais urticae
 
 

Amblyteles armatorius
 
Andrena cineraria
Anthidium manicatum
 
Anthidium septemspinosum
 
Aphrophora alni
Apis mellifera
 

Bombus agrorum
Bombus lucorum
 
Bombus pratorum
Bombus terrestris
Bombylius major
Brachyleptura fulva
 
Calliphora vicina
Camponotus ligniperdus
Ceratina cyanea
Cetonia aurata
Chloromyia formosa
Chrysolina americana
Chrysolina bankii
Chrysolina herbacea
Chrysopa perla

 Cicadella viridis
Clytus arietis
Coccinella septempunctata
Coccinula quatuordecimpustulata
Colletes cunicularius
Colletes daviesanus
Colletes hederae
Coreus marginatus
Corizus hyoscyami
Crioceris lilii
Delta Ungiculatum
Deracaeoris ruber
Ectemnius cavifrons
Ectobius vinzi
 
Ectophasia Crassipennis
 
Episyrphus balteatus
 
Eriothrix rufomaculata
Eristalis arbustorum
 
Eristalis jugorum
 
Eristalis pertinax
 
Eristalis tenax
 
Euodynerus dantici
 
Eupeodes latifasciatus
 
Graphosoma italicum
 
Harmonia axyridis
 
Helophilus pendulus
 
Holcostethus albipes
 
Holcostethus sphacelatus
 
Holcostethus vernalis
 
Isodontia mexicana
 
Lasioglossum malachurum
 
Leptinotarsa decemlineata
 
Leptophyes punctatissima
 
Libellula depressa
 
Lucanus cervus
 
Lucilia Sericata
 
Macroglossum stellatarum
 
Maniola jurtina
 
Melolontha melolontha
 
Merodon equestris
 
Musca domestica
 
Myatropa florea
 
Nephrotoma appendiculata
 
Nezara viridula
Osmia bicornis
Osmia cornuta
 
Otiorhynchus armadillo
 
Pararge aegeria
 
Philanthus triangulum
 
 
Pieris brassicae
 
Podalonia hirsuta
 
Polistes dominula
 
Polygonia c-album
 
Psithyrus campestris
 
Pyrrhocoris apterus
 
Rhyparochromus vulgaris
 
Sarcophaga carnaria
 
Scaeva selenitica
 
 Scolia Hirta
 
Sicus ferrugineus
 
 
Sphaerophoria scripta
 
Sphecodes albilabris
 
Symmorphus murarius
 
Sympetrum striolatum
 
Synanthedon formicaeformis
 
Synanthedon tipuliformis
Trichius Fasciatus
Triodia sylvina
Valgus hemipterus
Vanessa atalanta
 
Vespa velutina
Vespula vulgaris
Volucella pellucens
Volucella zonaria
Xanthogramma pedissequum
 Photos prises à Alençon
entre le 17 juillet 2010
et le 26 octobre 2017
Xylocopa violacea
Toutes photos
 ©Le Lutin d'Ecouves
 
 
Note : On peut trouver bien plus de cent espèces d'insectes sur 100 m² mais j'ai été d'abord été limité par la taille des insectes (sous les 0,5 cm de long) et par les possibilités de mes appareils (je n'ai pas d'objectif macro) mais aussi par les caprices de certains insectes comme le superbe grand paon de jour qui m'a toujours snobé du haut de mon lilas ou le frelon européen qui ne fait que passer alors que son collègue asiatique, beaucoup plus placide, me laisse approcher à quelques cm de distance.

 

Pour les spécialistes : les espèces sont correctement identifiées à 95% selon moi mais chacun sait qu'une nervure d'aile ou la longueur d'un tarse peut faire la différence. Pardonnez donc mes imprécisions. Merci aux différents sites entomologiques consultés et particulièrement à Alain Ramel auquel j'ai parfois demandé assistance.




Billet précédent: TONTON JOËL
Billet suivant: COURS TOUJOURS épisode 1

12 commentaires

Commentaire de CAPCAP posté le 03-11-2017 à 14:53:58

Superbe travail! :-)
Je suis un peu basique, mais j'aime bien le papillon rouge à pois noirs ;-)
Peu de papillons, d'ailleurs parmi les cents...
Combien d'espèces trouverais-je dans ma courette parisienne de 4m²?

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 03-11-2017 à 16:02:02

Il s'appelle Polygonia c-album parce-qu'il possède un C blanc au revers de chaque aile.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 04-11-2017 à 08:36:46

Dix papilons différents quand-même... C'est vrai que les syrphes et les hyménoptères sont très nombreux.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 03-11-2017 à 22:06:25

Merci pour ce partage

Commentaire de Benman posté le 04-11-2017 à 11:51:11

Je ne regarderai plus jamais les mouches à m... de la même manière! Très belles photos

Commentaire de peky posté le 04-11-2017 à 12:36:08

Beau résultat.
Surtout après l'alerte sur la disparition (à 80%) en Europe de toutes ces espèces.
Protégeons les.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 04-11-2017 à 18:22:44

La nature a horreur du vide et de nouvelles espèces surviennent comme la delta ungiculatum, l'isodontia mexicana ou la vespa velutina. C'est un phénomène naturel qui suit l'évolution de l'écosystème qui se modifie sous l'influence humaine entre autres. Certaines espèces très communes deviennent rares comme le hanneton ou le doryphore victimes des traitements agricoles. Paradoxalement, la ville peut devenir un sanctuaire pour certaines espèces, surtout comme chez moi où les produits phyto-sanitaires sont proscrits au niveau des services municipaux. Et où des allumés sèment des plantes pour y voir venir des insectes qui bouffent tout comme les chrysomèles (chrysolina) qui sont de sacrés ravageurs mais qui sont si jolies.

Commentaire de philtraverses posté le 04-11-2017 à 14:57:51

Belles photos et très instructif. Comme toujours tu fais un remarquable travail .
Heureusement que pour la biodiversité il y a ton jardin. Perso je pleure les papillons, et libellules de mon enfance et désormais les seuls papillons que je vois sont les mites qui mangent mes habits . Mais sont ce des papillons ?

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 04-11-2017 à 18:11:25

Bien sûr, la Tineola bisselliella est bien un papillon et elle fait partie de la biodiversité. Comme aussi les mites alimentaires qui sont une autre famille de papillons.

Commentaire de L'Dingo posté le 07-11-2017 à 14:09:58

Remarquable compilation d'individus microcosmiques.

Concernant Eristalis pertinax et Eristalis tenax, à mes yeux la différence est picométrique, mais ce doit etre une question de parallaxe :-))

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 07-11-2017 à 17:09:26

Bravo pour ton sens de l'observation ! Les deux espèces sont difficiles à distinguer (dessins sur les ailes, couleurs des tarses, poils sur les yeux) En entomologie, il faut être modeste, c'est pourquoi je parle de 95% d'identification.

Commentaire de PhilKiKou posté le 15-11-2017 à 22:21:56

Moi je vote pour Acanthosoma haemorrhoidale :

La punaise de l’aubépine / La punaise ensanglantée

C’est une très jolie punaise de couleurs rouge et vert mais de motifs assez variables. Bien que préférant l’aubépine, elle se rencontre sur de nombreuses espèces d’arbres et d’arbustes.



ETYMOLOGIE :

Acanthosoma veut dire « corps épineux » (en raison du 6ème segment abdominal dont les bords postérieurs sont prolongés en pointe) et haemorrhoidale en raison de la couleur rouge de l’extrémité de l’abdomen.

En anglais, elle se nomme « hawthorn shieldbug », c’est à dire comme en français, la punaise de l’aubépine.
https://www.quelestcetanimal.com/hemipteres/la-punaise-de-laubepine/

merci de nous faire partager tes passions et tes connais-sciences

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.21 - 2800762 visites