GUERNICA
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

GUERNICA

Par Le Lutin d'Ecouves - 28-05-2008 16:14:05 - 12 commentaires

L'Art relie le passé au présent

 

Le lundi 26 avril 1937, jour de marché à Guernica (pays basque espagnol), quatre escadrilles de Junkers de la Légion Condor Allemande ainsi que l'escadrille VB 88 de bombardement expérimental, escortées par des bombardiers italiens et des avions de chasse allemands, procèdent au bombardement de la ville afin de tester leurs nouvelles armes. L'attaque commence à 16h30, aux bombes explosives puis à la mitrailleuse et enfin aux bombes incendiaires. Après avoir lâché quelques 50 tonnes de bombes incendiaires, les derniers avions quittent le ciel de Guernica vers 19h45. Après le massacre, 20% de la ville était en flammes, et l'aide des pompiers s'avérant inefficace, le feu se propagea à 70% des habitations.

Le nombre officiel de victimes, toujours maintenu depuis par le gouvernement basque, fait état de 1 654 morts (1/3 de la population) et de plus de 800 blessés.

Pablo Picasso peindra l'horreur de cet événement dans un tableau devenu célèbre : Guernica, commande du gouvernement républicain espagnol pour leur pavillon de l'exposition universelle de 1937 à Paris. À  l'ambassadeur nazi à Paris qui lui aurait demandé, un peu indigné, lors de son exposition, si c'était lui qui avait fait cela, Picasso aurait répondu : « Non, c'est vous ».

La ville après le bombardement

Soixante et onze ans plus tard, je parle à mes élèves de Ce2 (entre 8 et 9 ans) de ce tragique événement et, pour clore une année d'Arts Plastiques consacrée à Picasso, je leur propose de reproduire le célèbre tableau à l'aide d'un projecteur de diapositives et de six feuilles bristol grand format collées au tableau.

Pour des raisons légales, je ne peux pas vous montrer les enfants de face; seul le site de l'école (dont je suis le webmaster) en a l'autorisation.

Après avoir occulté les fenêtres de la classe avec des sacs poubelle, Ils se sont mis au travail par groupes de trois, les autres attendant sagement leur tour dans l'obscurité au fond de la pièce. Au fur et à mesure de la réalisation, 3h00 pleines sans récréation, le groupe est rentré dans une espèce de transe pédagogique. L'extrême concentration des enfants était perceptible et une tension positive montait graduellement jusqu'à la réalisation finale.
 

 Les photos sont prises à la lumière du projecteur avec une pose importante et une forte sensibilité
 
Maladroit de nature, je suis peu intervenu, mon seul rôle a été de les encourager et de les persuader qu'ils sont toujours capables du meilleur. Comme je leur dis souvent : "Faites comme vous voulez, je vous demande juste que ce soit parfait..."
 
 
 
Détails de la réalisation
 
Les enfants commentaient en travaillant et je me suis aperçu qu'ils accédaient à une connaissance de plus en plus pointue de la composition de l'oeuvre qu'ils ne voyaient au départ que comme une seule scène compacte. Leurs yeux s'ouvraient et chaque détail devenait un symbole sur lequel ils se sont interrogés et m'ont interrogé.
 
Le taureau a bien été perçu comme une expression de la brutalité, tel le minotaure qui dévore ses proies.
La femme a été reliée aux nombreuses femmes qui pleurent de l'oeuvre de Picasso. 
 
Un peu en retard et passablement fatigués, nous sommes sortis en rang (je suis un vieil instit...) pour nous diriger vers le grille de l'école. Là, les gamins ont littéralement sauté sur leurs parents pour les traîner dans la classe et leur faire une visite commentée.
 
Voilà le travail : 1,90mx0,90m entièrement fait au marqueur.
 
Je souriais, j'étais fier d'eux. Quand les enfants m'ont demandé ce qu'on ferait le lendemain matin, je leur ai dit :
"- Dictée, approche de la division puis pluriel des adjectifs, les gamins; faut pas mollir !"
- Beuh...c'était mieux aujourd'hui!"
Et ils sont partis en riant. 
 
 
 
 
 

Billet précédent: V POUR VENDETTA
Billet suivant: HOMMAGE A MA FORET

12 commentaires

Commentaire de BENIBENI posté le 28-05-2008 à 16:30:12

Etrange ce grand oeil ( en haut ) que l'on retrouve un peu partout en littérature et peinture qui symbolise à la fois le mal et la puissance.

Commentaire de _azerty posté le 28-05-2008 à 16:49:58

Ils ont de la chance ces gamins !!!

Dans des dizaines d'années ils s'en souviendront encore. C'est fou ce que l'on enregistre à cet age là


Commentaire de taz28 posté le 28-05-2008 à 19:37:49

J'aurais rêvé d'avoir un prof comme toi !!!
Cette approche de l'art est à leur portée, tu leur donnes le goût de la curiosité et du regard...
Une toile dévoile toujours plein de choses voulues par l'artiste....Il faut ouvrir l'oeil et faire travailler son esprit pour les découvrir.
Merci pour cette jolie leçon !!

Commentaire de corto posté le 29-05-2008 à 07:50:49

Une dictée, pfff tu es dur quand même!!! J'aurai bien aimé être un de ses gamins ce jour de classe!!

Commentaire de Mustang posté le 29-05-2008 à 14:47:48

ça, Darcos, ne pourra pas nous l'enlever!!!

Commentaire de Jerome_I posté le 29-05-2008 à 23:34:36

Entre les posts d'Agnes qui fait découvrir l'athlé aux jeunes et ton enseignement cela me donne vraiment envie de commencer des formations pour devenir entraineur. Le partage des connaissance, c'est beau. Surtout comme cela un travail d'équipe qui donne un superbe résultat.

Jérome

Commentaire de mesyes posté le 30-05-2008 à 09:35:14

Peut-être pour poursuivre avec eux, les references de ce livre assez récent que j'ai chez moi. "Et Picasso peint Guernica" Le chef d'oeuvre raconte aux enfants par Alain Serres
Edition (collection?) 'Rue du monde'.

Commentaire de Le Bulot posté le 30-05-2008 à 19:14:25


"le groupe est rentré dans une espèce de transe pédagogique. L'extrême concentration des enfants était perceptible et une tension positive montait graduellement jusqu'à la réalisation finale"

OUI, c'est cela..........., une transe pédagogique ça ressamble à quoi ? t' as pas une photo ?

Le bulot_en_transe

Commentaire de grandware posté le 31-05-2008 à 11:18:21

Bravo !

Commentaire de L'Castor Junior posté le 04-06-2008 à 14:14:53

Je trouve l'idée formidable.
Merci Lutin, pour nous et pour ces gamins...

Commentaire de mat974 posté le 04-06-2008 à 23:03:19

ton récit m'encourage à persister dans ce métier, merci ! et merci pour les gamins !

Commentaire de Cyrille posté le 30-10-2008 à 21:29:08

Parce que parce que...je n'ai pas vu ça avant aujourd'hui, j'écris ce commentaire terriblement en retard (en retard de quoi ?).
Je montre à ma chérie dès qu'elle revient du sud (toujours en vacances ces profs) ce billet. Elle a beau ne pas aimer l'histoire contemporaine, je vais l'obliger à reprendre ta séance qui est tout simplement magnifique.
Un immense merci.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 3080380 visites