SPORT AU COLLÈGE
Le Lutin d'Ecouves

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

SPORT AU COLLÈGE

Par Le Lutin d'Ecouves - 12-09-2014 20:16:50 - 18 commentaires

Mercredi matin : entraînement de 3x20min en vitesse semi-marathon sur piste, le 100km de Millau, ça ne s'improvise pas ! Pendant que Sébastien galope et que Katia, affûtée comme une lame de tungstène me décolle avec une incroyable facilité, moi, je me traîne...

Au bout d'une trentaine de minutes, arrive une classe de collège, certainement des troisièmes. Il fait grand soleil et nous courons en débardeur alors que les jeunes arrivent habillés dans des survêtements qui nous feraient exploser de chaleur même au plus fort de l'hiver.
 
Je remarque un bon quart des filles qui s'assoient le long de la clôture pour n'en plus bouger. C'est certainement les victimes des menstruations qui, c'est bien connu, oblitèrent toute idée de sport. Ayant entraîné plusieurs femmes au marathon, je suppose que mes pauvres amies qui ne rataient aucun des quatre entraînements hebdomadaires étaient en aménorrhée permanente...
 
Le prof, bien jeune, commence par demander aux collégiens de s'échauffer en faisant un tour de piste. Au bout de cent mètres, un autre groupe de filles se met à marcher en ronchonnant (D'abord, j'aime pas courir !) pendant que le reste du groupe rampe à l'exception de quatre ou cinq garçons qui ont encore gardé le goût du jeu ; j'apprendrai plus tard que ce sont les footeux de la classe.
 
Après quatre cents mètres "d'échauffement", le prof montre aux élèves quelques mouvements de gym, le genre d'assouplissements à ressorts que l'on ne pratique plus depuis vingt ans et d'autres exercices, cette fois-ci plus adaptés à l'athlétisme. 

Pas facile son boulot : enseigner le sport est, à mon sens, plus dur que d'enseigner les maths car on est sur de l'humain, du corporel, et, chez les ados, il n'y a rien de plus mouvant et problématique.

Séries de deux cents mètres : les footeux partent comme des bombes suivis par quelques rappeurs qui explosent en milieu de course. Tant bien que mal, le jeune enseignant indique les performances à ses élèves assorties de quelques encouragements.

Reste quelques mangeurs excessifs de mac do qui s'évertuent avec lenteur mais qui terminent tant bien que mal leur demi-tour de piste. Une élève est cependant rétive (Je sais pas courir !), le prof s'énerve un peu : "Mais tu sais marcher, alors fais au moins tes deux cents mètres !" La gamine l'envoie promener. 

"Mais... si tu cours pas, comment veux-tu que je te note ?" explose enfin le prof.

Ben voilà mon gars, me dis-je en continuant de faire mon hamster sur la piste, tu as touché du doigt le problème du sport à l'école. Le sport, c'est le corps, c'est le sensible. Quand on note un devoir d'histoire ou un exercice de maths, on apprécie un travail, pas celui qui l'a fait. Quand on note une performance sportive chez un ado, on s'attaque à un corps qui est un continent en pleine révolution tectonique.

Notre entraînement sur piste se termine, Katia a déjà parcouru quinze kilomètres, elle ruisselle. Quelle ado était-elle, je n'en sais rien. Quant à moi, je me souviens vaguement de mes cours de sport au collège et au lycée mais j'ai cependant gardé des archives :



Billet précédent: C'EST LA RENTRÉE
Billet suivant: L'AMOUR, C'EST SIMPLE COMME UN COUP SUR LE FIL

18 commentaires

Commentaire de philtraverses posté le 12-09-2014 à 21:07:02

L'éducation sportive ne semble guère avoir évolué depuis l'époque du collège de notre temps, pas plus que les ados. Le temps semble s'être arrêté et ce n'est pas la façon dont la course à pied est enseignée, depuis des temps immémoriaux, qui redonnera envie à ces jeunes en proie à leurs hormones et en délicatesse avec leur corps, dont les transformations le rendent étranger à eux mêmes, l'envie de courir.
Mais rien n'est jamais perdu et le paresseux d'aujourd'hui pourra devenir un coureur émérite, voire un coach, tu en es la preuve.
Moi aussi je n'aimais pas le sport et je parierais que beaucoup de kiks, fondus de cap, n'étaient guère vaillants sur les terrains de sport.

Commentaire de Mustang posté le 12-09-2014 à 22:14:53

Itou pour moi au lycée: en conflit avec les profs de sport, je ne faisais rien de rien
et pourtant.....

Commentaire de Benman posté le 12-09-2014 à 22:56:01

Moi, j'ai bossé le sport des heures en bibliothèque pour le passer au bac! Jamais été si studieux.

Commentaire de PhilKiKou posté le 13-09-2014 à 16:02:24

Sûrement plus facile à gérer les djeun's en primaire... Au collège je pense qu'il y en a qqs uns à fond sport et pas mal d autres contre par principe...

Commentaire de Arclusaz posté le 13-09-2014 à 22:14:08

J'étais toujours le dernier en endurance au collège.
Une quinzaine d'année plus tard alors que j'allais participer à une course de côte, j'ai croisé mon prof d'EPS au départ. Il n'en revenait pas que j'allais participer. Du coup, il est monté à l'arrivée et quand j'ai passé la ligne dans un temps honorable, il sautait de joie. La première fois que je le surprenais en bien au niveau sportif !

Aucun cas n'est désespéré....

Commentaire de PhilKiKou posté le 14-09-2014 à 07:22:06

Kikourou : un nid de rebelles au sport au collège ?? ... mais qui se sont rattrapé par la suite ;-)

Commentaire de domi81 posté le 14-09-2014 à 10:37:45

Si elle ne veut pas faire l'effort de le faire au moins en marchant la note est vite trouvée !
au collège, notre prof nous faisait faire du foot pour être tranquille....comme j'aime pas les footeux, mon esprit rebelle a pris le dessus !

Commentaire de francois 91410 posté le 14-09-2014 à 18:56:26

j'avais peine à finir deux tours de piste au collège, courir plus de 15 minutes me semblait aussi difficile qu'inutile... Comme quoi il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !

Commentaire de caro.s91 posté le 15-09-2014 à 10:02:34

Très franchement, c'est surtout l'adolescence qui n'est pas chose aisée à vivre. Un corps qui change, souvent pas totalement accepté.
Et puis ma copine ne veut pas faire, je reste avec elle.
Et puis le prof il est nul...
Et puis, c'est fatiguant, et puis à quoi ca sert?

En clair, j'étais nulle en sport à l'école, alors que je pratiquais régulièrement ski l'hiver, tennis, dériveur l'été et que j'ai toujours, 35 ans plus tard, un très bon niveau à ski... La course à pied, bof. La gym avec les sauts, alors pas du tout. Sports co, le volley ou le hand, ca allait à peu près, mais pour le rugby, je laissais passer les adversaires qui arrivaient en face !!! :)
Comme quoi tout est question de motivation. Je me souviens d'avoir fait quelques efforts uniquement pour le bac, en allant à la piscine faire des longueurs !

En attendant , bonne fin de prépa pour Millau !!!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2014 à 11:54:28

je vois dans ce billet un hommage aux profs d'EPS car jamais je n'aurai leur patience !!

Commentaire de Mickey49 posté le 15-09-2014 à 18:51:11

Je confirme les propos de certains : j'étais aussi le dernier en sport à l'école,
je ne m'y suis mis un peu qu'en prépa pour évacuer le stress le week-end et parce qu'il y en avait à certains concours : 1er 20km à 20 ans et le suivant...30 ans après pour mes 50 ans. Depuis 2 ans, j'ai un peu allongé la foulée, je ne sais pas pourquoi....

Commentaire de Scoubidou posté le 15-09-2014 à 19:59:05

J'en rajoute ma petite couche sur le sport à l'école que je détestais ! Je ne suis même pas sûr d'avoir eu la moyenne une seule fois, c'est dire.

En même temps, à partir du moment où j'avais l'étiquette "intello", j'étais obligé d'avoir des sales notes... quand bien même j'aurais couru le 100m en moins de 10 secondes, j'aurais eu une sale note. Ca peut faire sourire, mais dans l'esprit c'était du vécu: si je réalisais une perf, il y'avait forcément une erreur dans le chronométrage/la mesure !

Etre prof de sport n'est probablement pas un métier facile comme ton post le mets en lumière. Mais etre eleve ne l'est pas non plus. Il y'a un décalage astronomique entre ma conception du sport au college/lycee et la passion du sport qui m'anime depuis mes 19 ans.

Commentaire de Jean-Phi posté le 16-09-2014 à 14:16:26

chouette billet !
Moi je détesais le sport à l'école bien que pratiquant le ski à niveau correct... et la musique alors que j'étais au conservatoire.
Je crois sincèrement que l'EN a du mal à "vendre" des matières qui devraient être avant tout des exutoires. Codifiés certes mais où la note importe peu et l'on devrait juger uniquement sur le résultat atteint : Est-il (elle) arrivé(e) à courir ces 200m ou pas ?

Commentaire de philippe.u posté le 17-09-2014 à 07:00:01

Excellent ! ça me rappelle exactement mes cours de sport au collège. Je faisais partie des footeux et j'adorais ça, et tous ceux qui "ralentissaient" le cours m'exaspéraient.

Commentaire de chris78 posté le 18-09-2014 à 15:53:12

EXCELLENT ! Je détestais le sport au collège, toujours une excuse pour rater le cours. Je me suis mise courir a 20 ans, et pas arrete depuis... comme quoi..

Commentaire de jepipote posté le 19-09-2014 à 16:20:24

je faisais parti des gamins qui n'aimait pas courir au colège et au lycée.....
ce soir 8x400 et 2x5000 sur piste pour la prépa marathon..... y'a de l'espoir lutin ;)

Commentaire de Mamanpat posté le 23-09-2014 à 06:10:28

Mince... j'ai toujours adoré le sport à l'école, la seule différence, je ne suis plus la petite boule qui se traine derrière...

Ceci dit, la note est désormais rarement lié à la performance mais à l'atteinte d'un projet : l'élève défini son objectif distance (en fonction de plusieurs séances préalables) et sera évalué sur son atteinte

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 23-09-2014 à 08:41:58

Yes, en théorie mais dans la pratique, c'est trop souvent une sanction. Je ne suis pas contre les notes quand elles évaluent un travail mais pas quand elles en arrivent à évaluer l'individu. Je me souviendrai toujours de ma fille évaluée en endurance sur le temps couru 1h c'est 20 30 min c'est 10 etc... Et cela à un retour de vacances sans cycle d'endurance préalable, juste pour avoir une note. La prof a fini conseillère pédagogique.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 2706224 visites