A WHITER SHADE OF PALE
Le Lutin d'Ecouves

Sa fiche

A WHITER SHADE OF PALE

Par Le Lutin d'Ecouves - 13-04-2012 09:32:09 - 12 commentaires

 

Plus qu'un énorme tube à faire saigner les nombrils, "A whiter shade of pale" (1967) est un des morceaux les plus énigmatiques de la musique des années 60.
 
Longtemps, on a reproché à Gary Brooker d'avoir copié sur l'Air de la troisième suite de Bach pour composer son fameux thème ; ce qui est totalement injuste car, si on compare les deux thèmes, on ne peut parler que de réminiscence dans le cas de la pièce de Procol Harum.
 
Ce qui distinguait ce groupe des autres, c'est qu'un des membres, Keith Reid, ne jouait d'aucun instrument mais avait la charge de composer les paroles, produisant une poésie bien supérieure à ce qui se faisait à l'époque.
 
Le texte de "A whiter shade of pale" est une énigme pour qui cherche à le traduire littéralement. J'en ai longtemps cherché une traduction française et, n'ayant rien trouvé de satisfaisant, j'ai fini par en écrire une version personnelle dans la langue de Molière, respectant l'Esprit en m'écartant de la Lettre.
 

We skipped the light fandango -
turned cartwheels 'cross the floor
I was feeling kinda seasick
but the crowd called out for more
The room was humming harder
as the ceiling flew away
When we called out for another drink
the waiter brought a tray
 
And so it was that later
as the miller told his tale
that her face, at first just ghostly,
turned a whiter shade of pale
 
She said, 'There is no reason
and the truth is plain to see.'
But I wandered through my playing cards
and would not let her be
one of sixteen vestal virgins
who were leaving for the coast
and although my eyes were open
they might have just as well've been closed
 
And so it was that later
as the miller told his tale
that her face, at first just ghostly,
turned a whiter shade of pale


Effleurant le sol comme dans un léger fandango,
Nous traversions la piste en décrivant des roues.
J'étais pris d'un léger mal de mer
Mais la foule criait "Encore !"
La pièce se mit à vibrer tant et plus.
Alors que le plafond s'envolait,
Quand nous commandâmes une autre boisson,
Le serveur survint avec son plateau.
 
Et c'est ainsi que plus tard,
Alors que les brumes de l'ivresse nous prenaient,
Son visage, d'abord juste spectral,
Prit une nuance d'une pâleur extrême.
 
Elle dit qu'elle n'avait aucune raison de céder
Et la vérité sautait aux yeux.
Mais j'abattis mes derniers atouts,
Ne voulant pas qu'elle fût comme
Une de ces  seize Vestales
Qui partaient pour la côte.
Et même si mes yeux étaient ouverts,
Mes paupières closes n'auraient rien changé.
 
Et c'est ainsi que plus tard,
Alors que les brumes de l'ivresse nous prenaient,
Son visage, d'abord juste spectral,
Prit une nuance d'une pâleur extrême.
 
 
Notes :

Le premier vers est le plus difficile à traduire avec élégance : To skip veut dire sautiller et light s'attache à fandango (danse espagnole), il indique donc une impression de légèreté et non de lumière. Sautiller n'est pas un terme gracieux et j'ai donc utilisé effleurer en miroir de l'adjectif léger.

"humming" signifie bourdonner et j'ai dérivé vers "vibrer" à cause de la lourdeur du premier terme en français.

"as the miller told his tale" est une référence au deuxième conte de Canterbury de Chaucer (XIVème siècle) qui est narré  par un "Robin le meunier" complètement ivre. Cela avait jusqu'ici échappé aux traducteurs francophones.

"I wandered through my playing cards" : très difficile à traduire mais, en se mettant à la place du personnage masculin, on comprend bien qu'il "erre parmi ses cartes" pour savoir ce qu'il va sortir de son jeu.

"one of sixteen vestal virgins" l'expression, malgré son intéressante euphonie ne peut se traduire par "une de ces seize vestales vierges" car en français, ce serait faire une répétition. Par contre, le terme anglais dérive directement du latin "virgo vestalis"

"a whiter shade of pale" littéralement : une nuance plus blanche de pâle, le terme ne m'a pas paru bien élégant en français alors qu'il sonne parfaitement en anglais.


 

Billet précédent: LESBIAN VAMPIRE KILLERS
Billet suivant: DANS LES FRISSONS DE NANTES

12 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 13-04-2012 à 12:30:24

Arrête le Calva mon Lutin ;-))))

Commentaire de L'Dingo posté le 13-04-2012 à 12:38:32

Et pour la marathon de Nantes , à l'arrivée, travaille ta foulée à l'égal de celle du 2eme musicien à droite à la fin du clip. arffff :-)))))))))))

Commentaire de domi81 posté le 13-04-2012 à 13:04:41

qu'est-ce que j'ai emballé là-dessus....enfin,pas en 67 comme le lutin...hein !

Commentaire de L'Dingo posté le 13-04-2012 à 16:38:10

[quote="Domi81"]
qu'est-ce que j'ai emballé là-dessus....enfin,pas en 67 comme le lutin...hein !
[/quote]
en 69 ,alors ??? ;-)

Commentaire de L'Dingo posté le 14-04-2012 à 16:53:30

69: je parle pas chronologie mais "technique" bien sûr :-)))

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 13-04-2012 à 19:30:40

Bande d'ados attardés ! En 67, j'avais 11 ans et je me tapais ma prof d'anglais !

Commentaire de Baobab posté le 13-04-2012 à 19:46:03

Ça me fait penser à un autre tube planétaire : Hotel California (1969), du groupe Eagle.Les thèmes de l'ivresse (warm smells of coolitas, rising up through the air), d'une rencontre avec la mort ou un de ses avatars, la pièce fermée, le plafond évanescent (miror on the ceilings) et la boisson (pink champaign on ice).
Même ambiguité, même destin : deux titres entrés dans le Panthéon des tubes du XXème.
j'ai tout de même une légère préférence pour Hotel California : le solo deux deux guitaristes déchire tout, http://www.dailymotion.com/video/xqow6_eagles-hotel-california_music Avec en bonus des looks mythiques : entre Woodstock et un chantier de bûcherons canadiens!

Commentaire de domi81 posté le 13-04-2012 à 20:12:19

j'aime pas lees bûcherons !!

Commentaire de Mustang posté le 14-04-2012 à 14:25:25

voilà été 1967, sur la plage de Larédo en Espagne

Commentaire de JLW posté le 14-04-2012 à 23:41:14

Elle n'a pas vieilli cette chanson, ou alors c'est moi ... ?
Belle traduction le Lutin, et ca vient d'où cette expression: "faire saigner les nombrils" ?

Commentaire de Laguy posté le 15-03-2015 à 11:52:51

C'est en cherchant une traduction correcte de la chanson A whiter shade of pale que je suis tombé sur votre blog.
Encore bravo pour cette traduction, c'est de loin la meilleure que j'aie trouvé!

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 15-03-2015 à 12:43:26

Merci merci !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 3027569 visites